LUNDI 14 DÉCEMBRE ADVOCAAT AIME LE DÉCORUM

Quand le serpent se mord la queue. Journée de feu au Standard... sauf à Sclessin : si la planète foot débat de l'avenir de Bölöni, les vestiaires de Bois-Saint-Jean sont vides, les joueurs digèrent leur repas de Noël, Nicaise se paie Joe-le-taxi et Luciano D'Onofrio " ne commente pas les rumeurs ". Le soir en télé, Coach Laszlo distribue les points, trie les questions et définit la démocratie par la capacité à monologuer. Vive la com' !
...

Quand le serpent se mord la queue. Journée de feu au Standard... sauf à Sclessin : si la planète foot débat de l'avenir de Bölöni, les vestiaires de Bois-Saint-Jean sont vides, les joueurs digèrent leur repas de Noël, Nicaise se paie Joe-le-taxi et Luciano D'Onofrio " ne commente pas les rumeurs ". Le soir en télé, Coach Laszlo distribue les points, trie les questions et définit la démocratie par la capacité à monologuer. Vive la com' ! La tournée du Grand Duc. Vu qu'Advocaat aime les fleurs et les rubans, il reçoit la presse dans la Salle d'Armes du château Gravenhof de Dworp. Dick éructe quand on lui parle du beau Stijn (" un frustré ") et d'Herman W. de Westerlo (" s'il me serre la main, il me la vole "). Mais il est ravi de voir Degryse, un ex du PSV, et de ne pas avoir lu la presse, car " il en aurait chassé certains ". Pigé, petits ? Sinon, la fiesta a duré 1 h 30, avec un chariot desserts pas dégueu. Une info quand même : les Diables sont invités mi-mai à un tournoi en Californie. Affiche latino : Paraguay, Mexique, Uruguay et... nous. Olé ! Le droit pour les nuls. Avec Mouscron... La Belgique judiciaire vue du ciel : aujourd'hui, le tribunal de Tournai. Alain Zenner n'aime pas qu'on l'appelle " liquidateur ", il préfère " mandataire judiciaire ", c'est plus classe. Etoffons notre vocabulaire juridique, grâce à l'Excel. Effet immédiat : Zenner voit trois candidats-repreneurs, dont un " très sérieux ". A suivre ? Evidemment. L'Enfer, c'est chez nous. Sclessin garde son icône : le Standard va rénover son Enfer vers 44.000 places, modèle 2018. " On voulait déménager, mais ceci est plus réaliste ", décrypte Pierre François. Les Rouches paieront la moitié des 60 millions de budget. La tribune sera surélevée, sans empêcher les matches, un Village Standard poussera rue de la Centrale, qui sera reculée au prix d'expropriations. Bob-la-tombe. Le parquet fédéral annule les expulsions de Mathijssen, Berrier et Serebrennikov. Jeurissen (CCA) ne bronche pas : " Je ne commente plus les prestations arbitrales. " Que demande le peuple ? Un écran large SVP. A cause de MPH, Ivan De Witte doit payer 5.000 euros au Standard pour le coup de la télé sur le banc. Ça fait cher pour un truc cramé après huit minutes... Mais les Rouches mettront la somme dans un projet social : un écran LCD pour la Noël des SDF ? Peu rancunier, le patron buffalo se met à table avec son DT-coach : et si on prolongeait jusqu'en 2014 ? Jovanovic à Anderlecht ! Du moins le " Jova de Montegnée " : titre du rapport de scouting qui a fait tilter Van Holsbeek. Paul Taylor est le n°10 de Montegnée (P1 liégeoise), ce Liverpuldian de 22 ans signe pour 18 mois au Parc. Le garçon a brillé dans les derbies contre Aubel, Prayon ou Verlaine, car il avait quitté les Iles suite à un sniff de coke. Tom Boonen est content : revoici un vieux cousin british. Mogi Bayat aussi : Herman va lui prêter son patient anglais. Mister Cash. Malgré la crise financière, l'ancrage français de la banque, ses habitudes dans le tennis et le passage prochain en SA très familiale, Anderlecht fait rempiler BNP Paribas pour quatre ans et 3 millions d'euros annuels. Le Sporting et la banque, l'affaire roule depuis 1981. " Je connais peu de mariages qui durent 30 ans ", commente Président Roger. A côté, Madame Kiki frétille. Mauve toujours : Alain Courtois encaisse aussi. Chauffée par son homologue du Nord, la Région wallonne libère 20 millions pour les futurs stades de Sclessin et de Marchienne. Cash. Défense de zonards. Enfin du sang au Comité sportif, qui scrute le choc Goreux-Mennes : le président engueule le procureur, car il a appelé Wim pour qu'il charge Régi dans sa déposition. Pierre François rigole : jamais on ne lui a offert sur un si beau plateau une violation des droits de la défense. Vas-y Francky, c'est pas bon. Le faciès de Dury se craquèle un peu plus : Mister Essevee réclame le maintien des points pris face à Mouscron. " Si je loupe les playoffs I à cause de ça, mes avocats font exploser la fédé ! " Le ver(t) est dans l'arc-en-ciel. Milan sur Milan. Au Qatar, Sahib Jovanovic est ravi : son genou est nickel grâce au bistouri magique de son pote, le Dr Popovic. En convalescence pour trois semaines, Milan va potasser son dossier rossonero sur l'air de Jeanne Mas : l'AC Milan lui fait la cour. Malgré son nez tordu et ses nouvelles dents en plastoche, Berlusconi a gardé flair et mordant. L'impôt, c'est pour tout le monde. L'ISI sort sa louche : le fisc tape à Mouscron une amende de trois fois l'impôt que le club a éludé de 2003 à 2006. 5 millions ? C'était avant la présidence Dufermont : le petit poucet Detrem' avait semé quelques cailloux et peaux de banane. Interpellé au Sénat, le ministre des Finances exclut toute dérogation. L'un part, l'autre reste. Sur la route d'Amsterdam, Van Holsbeek est partagé. Il vient de lâcher 1,3 million pour le transfert définitif de Mazuch au Parc, mais son autre pilier axial va partir : après cinq ans en mauve, Juhasz veut aller voir plus haut. Départ prévu en fin de saison. La bourse ou la vie. Club ou parti politique, Alain Courtois et Yves Leterme ont peu en commun. Sauf le Mondial 2018 : c'est officiel, la Belgique présentera sept stades (Bruges, Gand, Anvers, Genk, Liège, Charleroi et Bruxelles). On va maintenant parler pognon. Ivan, l'anti-français. Bruges engorge les Pitchouns toulousains et met l' Europa League au chaud (1-0). Supersub Vargas a dynamité, Hoefkens a piloté Alcaraz, et Perisic est passé en dernier se venger de la France sochalienne : cinquième rose européenne. Sans son Croate, le Club marquait six points de moins ! Côté téfécé, le cassoulet était plombé et l'hiver imprévu : les visiteurs avaient oublié leurs pneus neige dans la Ville Rose et ont dévalisé le Disport local ! Emile, t'es plus tout seul. Le responsable du matos brugeois est plus futé : il a limé les studs, et les Gazelles ont détalé. Ivan de la météo. " Kleine Brogel, gelée au sol " : Ivan De Witte ne loupe plus un bulletin météo. Comme patron des pros, il prie pour un dégel, car les terrains chauffés n'arrivent que la saison prochaine. Mais comme président gantois, il sifflote car les marais font le lit des Buffalos : " Les entraînements de Preud'homme sont si durs, ça fait la différence sur les surfaces pourries. " Pas évidents ces cumuls, hein Dick ? La news du jour : El Ghanassy prolonge jusqu'en 2014. Après Dieu, le déluge. Pour succéder à Mbokani, la rumeur évoque Mirallas, Janczyk, Habibou et... Dimbala. L'agent de Mirallas rigole : " Avec le salaire de Kevin, ça m'étonnerait... " Bölöni rigole pareil : " J'ai enfin gagné un match ! " Mais c'était au tennis-ballon, et contre l'unijambiste Defour avec une balle en mousse. Sarr ne rit pas du tout et ne veut plus voir un journaliste : Momo vient de se faire rincer depuis Dakar, son paternel a vraiment cru qu'il volait dans le noyau B. Un colis du Sénégal quand même : Pape Camara (18 ans, Etoile Lusitana) signe à Sclessin. Chouette, Bölöni va pouvoir refaire de la post-formation. Vraiment pas drôle : un site d'info flamand élit le " Fou de l'année " et glisse Witsel entre les violeurs et les assassins, avant de le biffer et s'excuser auprès du club. Paraît que c'était l'idée d'un stagiaire... Solidarité anversoise. De retour d' Europa League, l'arbitre Bultynck voit son avion dérouté : le ref loupe l'inspection du terrain malinois (10 cm de neige), et Malines-GB Anvers est reporté. Au Kavé on est déçu : le club avait préparé un message antiraciste, à la demande du Comité sportif. Et si on passait le mot au Kiel ? Le retour du Tank. Portiers, attentifs : Alfonzo Ruiz est de retour. Le dernier " maillot doré " joue ses premières minutes en amical à Veldwezelt. Le Colombien de Westerlo frappe à la demi-heure et s'efface à la mi-temps. Notez, l'an passé il n'avait rien marqué durant l'hiver. Trop frisquet. Détergent ++. Anderlecht lessive Amsterdam, Ariel essore l'Ajax B par un foot enfin audacieux (1-3). Lukaku passe aux grandes eaux la défense batave avant de se blesser aux adducteurs, Legear repasse à froid, et le tandem Boussoufa-Biglia dézinguent la moustache d'Aad De Mos. Un match-référence. Les boules étaient chaudes. 18 ans que la Belgique n'avait plus placé trois clubs après l'hiver : nostalgique, Horst Hrubesch nous livre un tirage potable. Anderlecht respectera le boa Bilbao vainqueur naguère 1-7 à Sclessin. Le Standard répétera la valse de Salzbourg, note maximale en poule avec l'ex- Rouche Afolabi : en octobre, Defour est allé sur place en visite-sponsor, Afolabi croyait que c'était pour y signer ! Sur Valence, Bruges pourra se faire tuyauter par Philippe Dufermont, quoique... Le délégué brugeois arrive de justesse au tirage, la météo a retardé son avion de 15 heures ; Van Holsbeek n'est jamais parti, son coucou a calé au décollage ; dans son jet privé, Lucien D'Onofrio a pompé quelques havanes. Mais comment font-ils ? La justice salue le combat hurlu, le juge bruxellois déboute l'Union belge : elle aurait bien " manqué d'indépendance ". Prochaine étape : l'incompétence intégrale de la fédé. A Mouscron, les joueurs courent à pied jusqu'à la salle de fitness. Même plus de bus et de ballons ? Contre la neige, l'huile de bras. La D1 est très pro, mais pour déblayer les terrains, rien de tel que les fans : on en a trouvé à Malines, Courtrai, Roulers et Lokeren, à Charleroi on a dû en chercher parmi les cercles reconnus, car la société d'épandage n'est jamais venue et la ville sonne dans le vide. A Anderlecht, le chauffage au sol hoquète au début, puis tourne jour et nuit : à Copenhague, le Sommet sur le climat aurait pu l'évoquer. Le président De Witte déclare : " Mieux vaut une remise générale. " Avant de se mordre la lèvre : ben oui Ivan, cette réforme c'est de toi. Guido pas content. La volière trudonnaire grince : le coach local Brepoels trouve l'entraînement nul et renvoie ses joueurs après dix minutes : " Allez bosser à la chaîne chez Ford ! " Clairement, la motivation par le carré de pelouse et le talisman Swakiri a atteint ses limites. Monseigneur Lukaku. 16 h 40, la cloche de l'école sonne, vive les vacances pour Romelu. Papa Roger est content : le petit lui ramène un bulletin mention " assez bien ", 68 % de moyenne, une seule pète et un carton en religion. Dans son bureau, Tonton Herman prie aussi : faites que le gamin ne déraille pas. Pâte pas molle. Epinglé par Abbas Bayat (" Le plus gros échec de ma présidence "), Stef Demol sort de son mutisme : " J'aurais pu faire le faux jeton et prendre mon salaire, ce n'est pas mon genre ; les gens qui m'ont attaqué vont recevoir le boomerang. " Aux abris. Forfait(ure). Mouscron attend que le ref du soir valide le terrain du Breydel, puis annonce son forfait au Cercle (5-0) : pas question que le bétail du prochain mercato se blesse. Vigilance requise : encore deux forfaits, et le sauvetage sera vain. Pour la première fois, Galjé est dépité : " Je n'y crois plus, c'est la fin. " A Péruwelz, l'assemblée générale du club prépare la cession de matricule. Déjà les étrennes. L'Union belge et l'Exqi League font la paix : en procès depuis un an sur la réforme, la D2 retire sa plainte. La Ligue Nationale va enfin toucher ses droits télé sur les contrats Diables Rouges et Coupe de Belgique. Neige, pénos et super-subs. La Gantoise survit sur la patinoire de Daknam, et renvoie Mathijssen à ses stats de misère (0-1) : sixième succès de suite grâce au revenant tardif Stijn De Smet. Lokeren avait chaussé les pneus neige du président, mais en vain. En bloquant deux pénos légers, Lazic et Jorgacevic ont supplanté l'arbitre. Dans la steppe des Eperons d'Or, le Courtrai du super-sub Capon s'est enneigé face au Westerlo du bien nommé De Winter (1-1) ; Leekens n'a perdu qu'une fois depuis fin septembre ! T1 versus T2. Partage de potes pour les deux ex-Diables : Vercauteren (Genk) et Dury (Zulte Waregem) se sont neutralisés (2-2). Le Bruxellois teste la stérilité offensive malgré le doublé d'Ogunjimi, l'ex-flic a défendu 50 minutes à dix. Face à Saint-Trond, Roulers croit enfin gagner, mais Wilmet enrubanne la lunette et Sierens clôture avant les fêtes sa compil " spéciale bêtisier " en inventant " l'effet contraire inversé " (1-2). Rions de bon c£ur, avec Jurgen. Pas super, le Sunday. Adamo et son grand manteau blanc sont passés par là, il n'y aura pas foot ce soir. Charleroi-Standard et Anderlecht-Club Bruges sont mis au surgel'. Bölöni est content : il n'aura pas de boiteux supplémentaire... mais convoque quand même un entraînement dominical. Pierre François consulte frénétiquement son calendrier 2010 : va-t-on bientôt jouer la nuit ? En bons pères de famille. Ces choses-là se font dans la discrétion. La prochaine SA Sporting Anderlecht, annoncée pour février, appâte de nouveaux actionnaires : un top-manager belge de GDF Suez, le neveu d'Etienne Davignon et un notaire bruxellois proche de la famille VDS. Restons groupés. Recherche spectateurs. Les chiffres de la dernière saison sont sortis : malgré les tests-matches, la D1 a perdu 79.500 spectateurs, soit 3,3 %. On ne regrettera pas Tubize et Dender. La D2 va s'en rendre compte : les assistances avaient grimpé de 18 %. Mais Saint-Trond est monté. Scission brugeoise. Au Cercle Bruges, les querelles de clocher tournent à l'eugénisme : une partie des dirigeants renâcle à prolonger De Boeck car le coach a chassé les West-Flandriens, types De Wulf, Portier, Vandenbussche, De Smet et Buffel. En plus, Glen aime les petits Brésiliens : malgré le bide Kanu, il signe l'Anderlechtois Reynaldo, sorte de Boussoufa bis. Annemie au Real. Notre ministre de l'Intérieur revient d'une visite sécurité au Bernabeu de Madrid. Annemie Turtelboom a pris la pose avec Cristiano Ronaldo et un autre grand brun inconnu. Un certain Kakà. Encore heureux, elle ignorait que le gamin a un deuxième passeport italien. Sans quoi, c'était direct le charter. Par contre, Annemie a tout de suite reconnu Thomas van den Spiegel. Un lange bien belge, qui canarde les paniers madrilènes.l par erik libois (aussi sur Vivacité et www.rtbf.be/sport)