LUNDI 26 OCTOBRE GO ENZO, GO !

Relookage lokerenois. Jacky Mathijssen étrenne la pointeuse du Daknam : oui, il sourit et parle avec tout le monde : " Je veux changer mon image, j'étais devenu une caricature de moi-même. " Chirurgie esthétique ou psychothérapie brève ? Freddy Heirman, le T2 historique du club, va pouvoir re-prendre le port des cônes, Jankovic estimait qu'il n'avait pas la main. Rient moins : Janczyk, Smajic et Gueye, direction la Réserve. Sacré Jacky.
...

Relookage lokerenois. Jacky Mathijssen étrenne la pointeuse du Daknam : oui, il sourit et parle avec tout le monde : " Je veux changer mon image, j'étais devenu une caricature de moi-même. " Chirurgie esthétique ou psychothérapie brève ? Freddy Heirman, le T2 historique du club, va pouvoir re-prendre le port des cônes, Jankovic estimait qu'il n'avait pas la main. Rient moins : Janczyk, Smajic et Gueye, direction la Réserve. Sacré Jacky. Ostracismes. Cela tacle sec face aux stylos et micros. Le Brugeois Kouemaha veut déjà partir : " Je regrette d'avoir signé ici, on m'avait promis d'être titulaire. " Reculez de deux cases : comme pour Dahmane et Dirar, Koster envoie son Camerounais réfléchir en Réserve. A Liège, Mulemo taille Dracula Bölöni : " Avec lui je n'ai aucun avenir, il a ses chouchous et je n'en fais pas partie, j'ai demandé à Marc Wilmots de me trouver un club. " Wilmots... comme le T2 des Diables ? Même Thomas Chatelle perd le contrôle, c'est dire : " Je mérite de jouer plus, mon manager va sonder le marché. " Requête express à l' International Board : et si on passait au foot à quinze ? Les échos de Sclessin. Journée échographie à Liège. Celle de Dacourt atténue la déchirure en élongation : retour dans deux semaines au lieu de six. Celle de Madame de Camargo annonce un bonheur éternel : le petit Enzo fait sa percée, Igor sourit à plein appareil dentaire. 50 cm et 2,765 kg : la recrue manque un peu de taille et de muscle, mais ça ne saurait tarder. Ultime sursaut. L'attaché de presse mouscronnois pond l'un de ses derniers communiqués : " Suite aux dernières rumeurs de matches truqués, l'Excel n'hésitera pas à poursuivre en justice ceux qui diffameraient le club. " Notez, ça aurait toujours fait quelque yuan dans les caisses... Aux tampons. Animations diverses à la kermesse carolo. Adlène Guédioura reprend les entraînements : si Demol est le patron sportif, Mogi reste le patron tout court. Un commentaire, Stef ? " Neen ! " Motus aussi chez Papy De Wolf : le T2 a craqué et s'est frité avec Bayat junior. Le roc de Clabecq est mis au rapport et sommé de baisser le profil. L'échevine des Sports en profite pour l'ouvrir grande : " Le cahier de charges FIFA est trop cher pour nous ", dit Ingrid Colicis. Là, c'est le bourg-mestre qui avale de travers. L'Excel n'excelle plus. Benoît Roul demande un dernier délai de quinze jours, mais le jury des licences en a marre : Mouscron perd son certificat, et prépare fleurs et couronnes. Bientôt la D1 à 15. Les joueurs sont prévenus à la mi-temps du match à Mons, et craquent. " La direction nous a trahis avec de fausses promesses ", accuse Bastien Chantry. " Nos meilleurs joueurs vont se recaser sans problème mais moi, qui va payer ma maison ?" Voilà la vraie vie. Dick, ce grand sensible. Advocaat fond en pleurs en pleine interview télé : la question portait sur son père, mort quand il avait 17 ans. Big Dick avait déjà poussé la larme en quittant le Zenit. Diables, soyez gentils avec votre coach. Plans B. " B " comme " Coupe de Belgique " et " équipes B " : même le Lierse et Mons s'y mettent. Et ça marche : les Pallieters ennuient le Standard (2-1 pour les Rouches), et l'Albert élimine des Mouscronnois bientôt sur le trottoir (2-1 a.p.). Les gagnants du soir sont : Gregory Dufer (péno de la qualif), Cédric Roussel (premier but depuis deux ans), le Brugeois Bozovic (doublé contre Louvain) et le Genkois Ogunjimi, qui se fait jeter des bananes au Staaien avant de tuer le derby limbourgeois (0-1). Les perdants : Cyriac (Standard) et Sidibe (Saint-Trond) s'en repartent avec le muscle tout tordu, deux semaines d'arrêt. Mouscron, bientôt la fin. La ligne chauffe avec Hong-Kong : par téléphone depuis le Soleil couchant, Philippe Dufermont dirige son dernier (?) conseil d'administration. " L'Excel est mort, on va vers une liquidation ", résume Benoît Roul. Dender réclame vite une indemnité pour sa descente injuste la saison passée. Tant que le cadavre est chaud... Page blanche. Deux heures de réunion et aucun des deux ne s'est tapé sur la gueule, faut dire qu'avocat et syndicat étaient présents : Roger Lambrecht et Fred Dupré se serrent la pouille et oublient tout. " Je m'attendais au moins à une amende ", précise Dupré. C'est que le bougre en redemande. Traçabilité minière. Le Cercle Bruges veut rompre ses relations commerciales avec Genk : après le péroné écrabouillé de Jelle Vossen, l'autre recrue limbourgeoise de l'hiver Hans Cornelis se déchire et est out pour six semaines. Trop de bière Cristal ? Notez, Olufade (Gantoise) ne boit pas : pour la énième fois, il est réopéré du genou. A dans trois mois, Ademi. Même sort pour Wang Yang, le Chinois du Cercle : aucun mouvement suspect recensé côté bookmakers, l'arthroscopie n'était pas truquée. Away at home. Roland Juhasz va fêter sa quinqua à domicile : 50e sélection avec la Hongrie contre la Belgique à Bruxelles. L'Union belge a enfin trouvé un adversaire pour le 14 novembre. Le téléphone arabe s'est ensablé. Un tour pour rien. La hiérarchie est respectée, les clubs de D1 franchissent l'épreuve de la Coupe, mais Charleroi, Courtrai, Westerlo et Roulers passent par la case " prolongation ". Van Wijk inflige à ses Roulariens un entraînement punitif de minuit. Les souriants du jour : Frutos (94 secondes puis but contre Verviers), Mathijssen (tout arrive), Dekelver (deux pions qui sauvent Westerlo) et Cyprien Baguette (le gardien carolo a rassis tous les pains de Wetteren). Bienvenue à deux inconnus : Thibaut Van Acker (student de 17 ans et titulaire au Club Bruges) et Stefan Ernemann (joker zultois auteur d'un but Premier League). JM for T1. Le bureau du CEO tremble sur ses bases : Philips menace de sanctionner les clubs qui alignent une équipe B en Coupe. " Quand on paie pour un grand artiste, on ne veut pas un imitateur ou un sosie. " Ariel Jacobs réplique : " Quand dois-je faire jouer mes réservistes ? En Espoirs, le niveau est faible. Mais à la Fédé, on ne sait pas que ces matches existent... " Trop tard Ariel : maintenant, c'est Jean-Marie qui fait les compos. Voyage hebdomadaire. Milan Jovanovic revient d'un minitrip de deux jours en Serbie " pour raisons familiales ". Pas de quoi se gêner : cette semaine, y avait juste quelques entraînements et un petit match d'agrément. Tiens, au fait : Valence fait offre officielle pour un transfert en juin. Mais Bisou est sûrement déjà au courant. L'Excel meurt, mais ne se rend pas. Coup de théâtre après quatre heures de palabres : Mouscron va quand même en appel de sa licence perdue. " Des fois qu'un mécène passe ici la semaine prochaine ", glisse Gil Vandenbrouck. Le Standard veut reporter le match par crainte que tout soit annulé plus tard. Bölöni fait son schtroumpf à lunettes : " Au Racing Jet il y a 25 ans j'ai découvert le semi-professionnalisme, aujourd'hui voici l'amateurisme. " Tout courage, Ivan De Witte réplique : " Il faut être plus strict sur les licences, un cas Mouscron ne peut plus se reproduire. " Ce n'est que la quatrième fois, président. Le soir, à l'Académie Louis-Dreyfus, l'Excel gagne au Standard le match des Espoirs (2-3). Vous parlez d'emmerdeurs. Dégoût passager. Troisième entretien avec Monsieur Roger, et c'est bon : Ariel Jacobs rempile pour deux ans au Parc, ses problèmes de bile sont terminés. Avant même le terme de la maudite " troisième saison ", le Sporting coupe les rumeurs. Et si ça tourne mal ? Officiellement, Ariel n'a pas de clause de reconversion. La grippe du zèbre. La Ligue pro dans son meilleur rôle : dans le dossier " grippe H1N1 ", les clubs décident de ne rien décider. On ne remettra les matches qu'en cas d'" épidémie importante ". Allô la Terre ? Le midi, le repas collectif est annulé à Charleroi : Chabaud, Sergio et... Guédioura ont des symptômes grippaux, et on craint la contagion. Faut arrêter les bisous, les gars. Spare rib au Kuipje. A l'unanimité, le prix de la blessure con de la semaine est donné à Joris Van Hout (Westerlo) : télescopage avec De Winter sur un dégagement à l'entraînement, côte fracturée et trois semaines d'arrêt. A Lokeren, Carevic est déchiré pour six semaines : Mario va pouvoir lever le coude à l'aise. Zehun Ye a un cousin au Mexique. Régi Van Acker, le coach du RC Malines, et son staff démissionnent : le propriétaire mexicain leur a offert des primes pour aligner un max de chicos. " Les victoires, je m'en fous. " Fin de citation. Match de " liquidation ", un vrai. Mouscron-Standard nous sert la totale de l'extra-sportif : de l'émotion, un retour de suspension et une démission collective. Au Canonnier, 10.136 spectateurs (record de la saison) communient pour un adieu, Witsel rentre dans le respect, et le non-match annoncé en est bien un. Claude Bourdouxhe, désigné pour faire la police des " chants ludiques ", se claque, mais c'est bien le seul blessé du jour. Les rats quittent l'esquif : Djukic et sa clique filent à l'espagnole. En tribune, les vautours se bousculent : 64 scouts sont venus faire leur marché. Poignant. Le texto qui tue. Stéphane Demol envoie un sms groupé à ses dirigeants et collègues : Charleroi, c'est fini pour lui. Qualifié sans jouer, c'est pratique. L'UEFA aide Anderlecht : à cause de ses hooligans, Zagreb perd les trois points de sa victoire à Timisoara (0-3). Les Mauve ont un pied au prochain tour. Question pied, celui de Zitka est moyen : " Je ne retrouverai plus jamais 100 % de ma mobilité ", avoue le Tchèque. Retour à l'UEFA : le projet de Ligue Atlantique (Belgique-Hollande-Ecosse-Suède) est au panier, en revanche on peut discuter d'une BeNeLigue. Allô Mister Michel ? La réforme qui rend fou. Fabien Camus aime la nouvelle formule de la D1. " Grâce aux playoffs, Genk peut encore viser le titre ; Anderlecht et le Standard ont plus de qualités individuelles, mais nous, on est plus fort comme groupe. " Ce n'était pas l'avis d'Hein il y a quinze jours. Ou alors les stages de saut de la mort à La Roche-en-Ardenne, ça marche avec effet retard. Bruges, Anderlecht... et puis les autres. Le Club Bruges déplume Saint-Trond, mais pas Mignolet : pour une fois, Vargas l'homme-assist s'est mué en homme-but (1-0). Au Parc contre Lokeren, Anderlecht piétine sans Boussoufa, mais Lukaku joue pour onze (2-0) ; Mathijssen a donné une demi-heure de leçon tactique, reste à travailler le sens du but. Sept points avec le Standard : le duo bleu-mauve a fait le trou. Loin de son stade, Malines n'est plus Malines : Leekens gagne le duel de Kavé (2-0), Courtrai est invaincu depuis un mois et commence à rêver du top 6. Sans Demol, Charleroi n'est pas mou à Zulte et revient au score dans les arrêts de jeu (2-2) : Bia montre sa classe et Habibou sa haine du banc. Le trio De Wolf-Notaro-Mommens a tout noté. Même sort pour Roulers à Westerlo dans un très mauvais match, forcément (2-2). Costaud, ce grand noir. La famille Lukaku prépare son déménagement de Bornem vers Bruxelles : " Pour Romelu, les trajets deviennent ingérables ", explique Papa Roger. Pour porter le piano de Maman, on a déjà le petit sous la main. En attendant, Rom' a téléchargé l'hymne à sa gloire sur YouTube : " He's got balls, he's got light ! " Comme ça en plus, il apprend l'english. Lutte pour le maintien. Serge Gumienny, Johan Verbist et Luc Wouters passent leur week-end en D2. " C'est un signal ", explique Robert Jeurissen, patron de la CCA. Contre la médiocrité ? Tacle politique. Le gouvernement flamand garrote à 50 millions d'euros l'enveloppe pour la rénovation des stades du Nord : Bruges réclame la préséance pour avoir, le premier, rentré son dossier. Retour de manivelle : le Club aura son stade multifonctionnel de 40.000 places, mais sur un terrain dépendant de la Ville, La Chartreuse. Traduction : cohabitation souhaitée avec le Cercle. En plus, les instances limitent les espaces commerciaux : le montage blauw en zwart est compromis, le Club hurle au complot. Où est passé Michel D'Hooghe ? Pif, paf, pouf. Jean-Marie Pfaff a osé : ses cols de chemises ne seront plus barrés par des noms de moquettes ou de grossistes en cervelas. Son dernier sponsor en date ne l'a pas payé, et on ne la fait pas à Zan-Marie. Heureusement, il reste le devoir de mémoire : El Magnifico se ré-entraîne, il va jouer avec Scifo, De Bilde et Verheyen un match de gala pour mieux vendre la Coupe du Monde 2018 dans les plats pays. Notez déjà, c'est le 3 dé-cembre. Mais il faudra se taper... Le Cap, en Afrique du Sud. Vu comme ça... Un dimanche en famille. Pendant que Demol et son avocat partagent le café pour écrire la version du divorce, deux naufragés se croisent dans les couloirs déserts du Canonnier. Hans Galjé et Gil Vandenbrouck préparent les galéjades à venir : le coach des gardiens, seul rescapé nanti d'une Licence pro, va remplir le banc épaulé du bon vieux Gil, cinquième intérim perso à la clé. Au programme de la semaine : " Des entraînements ludiques ". Sans déconner ? Grand galop et le choc psy. Si Daerden et Preud'homme ont partagé la magie des Rouches façon eighties, leurs courbes actuelles s'opposent. Les Rats du grand blond scalpent gratis les Buffalos du long crollé, avec Haroun dans le rôle du galopant qui percute (0-1). Le père à Koen démontre le choc psy : 18 points sur 24 depuis le relais de Klachkop Aimé, deuxième meilleure série derrière le Club Bruges. Cinquième à un point du podium, Joske pique à MPH son baquet dans les playoffs : Gand n'a raflé qu'un succès en sept matches. Y a comme un blème. par erik libois