LUNDI 24 AOÛT Milos Maric joue les blessés.

Rémy Laszlo Brika. Bölöni ressort son texte du lundi : " Certains vivent trop sur leur crédit, notre entrejeu manque d'intelligence. " Interrogé sur le manque de taille, Coach Laszlo demande un arrosoir svp : " Ce n'est pas en arrosant Carcela qu'il va grandir. " On savait le Roumain philosophe (" La vérité c'est une fois sur deux "), politologue (" L'égalité c'est du communisme ") et masseur personnel de Christian Benteke. Le voici désormais botaniste.
...

Rémy Laszlo Brika. Bölöni ressort son texte du lundi : " Certains vivent trop sur leur crédit, notre entrejeu manque d'intelligence. " Interrogé sur le manque de taille, Coach Laszlo demande un arrosoir svp : " Ce n'est pas en arrosant Carcela qu'il va grandir. " On savait le Roumain philosophe (" La vérité c'est une fois sur deux "), politologue (" L'égalité c'est du communisme ") et masseur personnel de Christian Benteke. Le voici désormais botaniste. Foot virtuel. Veille de match contre Lyon, Juhasz et Boussoufa chauffent la colle pour le service billetterie : " On y croit, on va se qualifier. " Relations publiques toujours : Deschacht tape le smoking au Festival du Film d'Ostende pour la promo du jeu FIFA 2010. " A la maison, je joue tout le temps, je prends Barcelone et le Real, mais je ne me fais jamais jouer : je suis trop lent. " Pas faux. Rnic a trouvé plus fou que lui. Charleroi est candidat, sans doute la manie du carton rouge con à hauteur de ligne médiane. Le Cercle rôde aussi, car le Roularien Van Loo est trop cher. Dure, la comparaison : de quoi faire un deuxième infar. Maric-mania. A Gand, Milos Maric se dit blessé et brosse l'entraînement : sans doute une contracture aux cheveux. Michel Louwagie ne décolère pas : " Lokeren négocie comme des bandits, on n'est pas en Russie ici. " C'est un expert qui parle. Le Standard se met sur le coup. En avant pour les enchères. Débats de cancres. A Lokeren et au GB Anvers, le début de saison est tout pourri. Herman Kesters le président mauve est inquiet : " Ce noyau est le plus fort depuis cinq ans. " Malki le croit sur parole : il resigne pour quatre ans, le Casino Salzbourg lui tendait pourtant la roulette et le jackpot. Aimé est moins bien : ses pieds de chaise seraient déjà rongés par Jos Daerden. A Daknam, Roger Lambrechts sort son refrain préféré : " Les joueurs ne s'entraînent pas assez ", lâche en expert le roi du pneu abdominal. Saloperie de crabe. Baseggio confirme lui-même l'info qui circulait : il souffre d'un cancer de la thyroïde, heureusement dépisté très tôt. Le pronostic de guérison est très favorable. " La vie est trop belle pour mourir ", dit Walter, 31 ans. Fallait encore que ça tombe sur le plus gentil de tous. Forza, Walt ! Fatal mollard. A l'hospice de l'avenue Houba, on n'aime pas les crachats : le lama Dirar prend cinq matches (deux avec sursis) pour avoir salivé d'admiration sur le Malinois Buyens. Les Gazelles se vengent en envoyant Olivier De Cock en test à Roulers. Vraiment dégueu après le coup Kucera. Psy de groupe. A Sclessin, les joueurs s'expliquent entre hommes comme au bon temps de MPH. Witsel a lu Bölöni dans la presse : " Je suis un leader, je dois assumer. " Dans le bureau du haut, Dominique D'Onofrio relit le Docteur Sigmund : " En période de crise, il faut rassurer et parler ; intérioriser coûte de l'énergie, et le corps ne suit plus. " Jawohl. A Westerlo, une psy applique la méthode Happy me : chaque joueur est invité à " entrer en soi dans son palais de cristal " et à se convaincre qu'il est " un soleil pour lui-même ". Jan Ceulemans est très sceptique. Mauves délavés. Anderlecht touche le fond contre Lyon (1-3). Ariel Jacobs se fait lyncher car le banc pour le duo Biglia-Suarez, ça l'fait peu. L'OL joue sa mi-temps syndicale : Mazuch et Polak inventent l'assist à l'adversaire, Lisandro réchauffe son adducteur blessé, Schollen récolte les patates. De Sutter compte les passes : 562 pour l'OL, 323 pour le Sporting, 67 % de possession visiteuse ! En plein ramadan, Saré et Boussoufa mangent des dattes devant le banc, c'est vraiment très bon. Pour le reste, c'est la bronca : le public prend Polak pour Gert Verheyen. Ultime espoir : la Commission belge des jeux de hasard dépose plainte contre l'OL, pour sa pub maillot illégale d'un site de paris en ligne. C'était donc un match truqué ? Le Standard jubile : il ne devra pas partager la dotation belge en C1. Adamo Coulibaly (ex-Saint-Trond) et Marcin Zewlakow sortent les confettis : avec leur club de Debrecen et d'Apoel Nicosie, ils iront aussi caqueter en poules ! On est tombé très bas. Clasico, ça décompte. A J-4, on met la première couche. Affaire Van Damme, le retour : le Standard aurait offert au grand Jelle un salaire annuel de 1,5 million, et 5 millions au Sporting. Allô Lucien ? Allô Roger ? Tûût-tûût-tûût. Bolat crève les ballons du Parc Astrid : " Ce sont les plus mauvais de D1. " Autant le dire avant. Marca annonce Defour à Séville pour 20 millions d'euros. Prochain épisode : Steevie à Barcelone. Hrvatska Connection. Ivan Perisic signe trois ans au Club Bruges, dont il fut le bourreau en Coupe l'an dernier avec Roulers. " C'est le nouveau Sterchele ", dit Luc Devroe. En moins vite ? Perisic la joue déjà Employé du mois : " Jouer à Bruges c'est le paradis, j'espère faire aussi bien que Stanic et Spehar. " Sur le terrain annexe, Koster fait botter les penalties. On ne sait jamais. Coup de cul. Sale coup pour Genk : João Carlos son capitaine-buteur est blessé aux fessiers et out pour plusieurs mois. A force de botter le cul de tout ce qui bouge, Hein ne doit pas faire l'étonné. Hepta Bob. Robert Waseige fête ses 70 ans, dont 48 avec Aline. Bob-le-mage suit des cours d'anthropologie sociale, aime le cinéma de Tarantino, veut rencontrer Obama, swingue sur des chants grégoriens, et admire Thomas Vermaelen. En revanche, Germain Landsheere est " un triste idiot ". De toute évidence, Robert a gardé la forme. Peur sur le stade. Depuis le double titre, les idées fourmillent à Sclessin. 150 personnes se pressent pour une visite nocturne du stade, avec montée sur le terrain au son de l'hymne de la C1. Chaque visiteur s'éclaire à la lampe-torche labellisée Standard de Liège, très utile pour la visite du cachot pour hooligans. On aurait aperçu le fantôme de Roger Petit, attablé dans le salon d'honneur. Nico et les trois singes. Polak fait débat : il ne serait plus concerné et bâclerait ses matches. Ariel Jacobs défend son Tchèque : " Si je dois éliminer chaque joueur qui rate un match, je n'ai plus grand-monde. " De passage au Parc, Frutos n'est donc plus seul paria, mais motus : " Je n'entends rien, je ne lis rien, je ne dis rien, je vis dans ma bulle. " Ou un caisson hyperbare ? Groupe rouge. Le Standard s'en sort bien au grattage de la C1 : il retrouve Arsenal et Vermaelen, l'AZ de Martens-Pocognoli-Swerts et l'Olympiacos de Michal Zewlakow. Se partagent la cagnotte : Defour, Jovanovic, Carcela, Mikulic et Pierre François, qui rêvaient d'AZ et Olympiacos. Personne ne voulait, Arsenal. Tiens pourquoi donc ? En novembre 93, Defour, Witsel et Mangala avaient 5, 4 et 2 ans. Et les Rouches prenaient du 0-7. Frankie, taille René. Comme René, Vercauteren ratisse large : 28 joueurs pour le diptyque Espagne-Arménie, et parmi les (r)appelés De Laet, Jean-François Gillet, Lamah, Lombaerts et Ma-Kalambay. Gillet barrit de plaisir, Lamah promet de la rillette pour la collation, et Lombaerts fait un moule de son genou, on ne sait jamais. Romelu Lukaku est appelé en Espoirs, les -17 sont déjà trop petits pour lui. Mises à feu. Les Zèbres retrouvent le complexe de Marcinelle. " C'est normal, tous ces trous partout ?" demande Demol. " C'était pire avant ", répond le concierge. Au stade, les pompiers répètent le plan catastrophe en simulant un incendie avec blessés. Dans l'évaluation figure le comportement des dirigeants... Mogi se teste en allumant le feu à Saint-Trond, accusé d'avoir contacté Moia. Vérification faite, c'est Bayat Jr lui-même qui aurait mis son back en vitrine, via le bureau Frenay. De l'eau dans le gaz entre les deux potes ? Diogo est renvoyé à son parquet flottant : vive le futsal. Bruges in, Genk out. Le Racing prend la purée à Lille (4-2), où Hazard est le seul Belge à marquer. Bruges bat Poznan aux pénos (1-0, tab 4-3), les anciens Sonck et Stijnen jouent les plombiers. Parmi les supporters polonais, Wasyl a levé le coude, cette fois-ci pour rien. Luc Devroe redevient l'ami d'Adrie Koster, le Club sauve le coefficient belge et rejoint Anderlecht en C3. Rouge mauve. Roger Vanden Stock croise Pierre François au p'tit déj au Méridien de Monte-Carlo. Un (tout) petit bonjour au comptoir des jus : tous deux prennent un citron pressé bien acide. Lucien D'Onofrio est resté dans la chambre et commande un plateau. Le président mauve promet un menu spécial pour la réception d'avant-clasico : un buffet (très) froid. Le DG liégeois lâche un scoop : " Jusqu'à 18 ans, j'étais supporter des Mauves. " Un pas vers la paix ? Euro-tirage. En poule de l'Europa League, Anderlecht retrouvera l'Ajax de Vertonghen, le Dinamo Zagreb de Butina l'ex-gardien-peintre brugeois, et Timisoara le repaire roumain de Nibombe, le roi du dicton togolais et ex-Montois. Le grand Daré a laissé sa famille près du Doudou, et suit toujours le foot belge : " L'autre jour, j'ai regardé Westerlo-Genk. " Confirmé : on s'emmerde en Roumanie. Bruges va se farcir le Shakhtar Donetsk dernier lauréat de la C3, le Partizan Belgrade d'Almani Moreira et le Toulouse du buteur Gignac et de l'inoubliable Nougaro. Lourd, le cassoulet. Dogue, bison et Zèbres. L'Olympic n'a pas le monopole des Dogues, Lille en lâche un vers le Sporting zébré. Peter Franquart, polyvalent défensif, débarque en prêt. Moins sérieux, les Zèbres préparent un contrat pour Dusan Djokic, qui tient tous les records au flipper du spelershome brugeois. Affaire Breda : Abbas Bayat refuse sa suspension par l'Union belge, dont il conteste l'autorité. Sinon, rien. Wester-lose. Le vent, la guigne et une fracture du nez pour Van Kerkhoven : tout se ligue contre Westerlo qui reste scotché en fond de classement. Zulte Waregem décroche sa première victoire (1-2). En tribune, l'Anderlechtois Iakovenko demande à relire son contrat de prêt au Kuipje. Bête match. Clasico J-1, Jovanovic caresse Deschacht dans le sens de la raie : " C'est le meilleur défenseur de Belgique, et le plus malin, sans lui Anderlecht prenait 8-1 contre Lyon. " Sympa pour Oli, moins pour les autres. Bölöni assure ses arrières : " Ce match tombe trop tôt pour être un sommet. " Jacob ne dit pas autre chose : " La victoire ne vaut que1,5 point, et après il reste... 76 matches à jouer. " Vraiment nébuleuse, cette réforme. Le Cercle du poète disparu. Thomas Buffel ne rit pas trop chez De Boeck : " A Feyenoord j'étais plus fort que van Persie et Kuijt, ce qu'ils font je peux le faire aussi, tout est question d'environnement. " Glen appréciera. Mercato, oufti. Sclessin passe enfin au rythme mercato. Le défenseur israélien Gershon (21 ans, Hapoel Rishon Lezion) se lie pour un an : il est libre de service militaire, mais pas sûr qu'il gagne au change avec Bölöni. Deux arrières centraux brésiliens débarquent : Felipe (Curitiba) et Ferreira (international Espoir, Vitoria) ont le gabarit d'Onyewu. Moins classe : Tom De Mul rejette l'offre liégeoise. C'est la deuxième fois en six mois. Futche-boules. Ronald Vargas joue à la place de Wesley Sonck et comprend mal la question : " Oui, je veux marquer quinze buts cette saison. " Le mini Brugeois est très en joie : deux ans de suite que Miss Univers vient du Venezuela. Carl Hoefkens s'entraîne à Sint-Andries, mais tire la gueule : sa miss à lui va rester en Angleterre. " Ici, explique Vanessa, les supermarchés sont ouverts 24 heures sur 24, et je trouve tout pour mon stoemp-saucisse. " Imparable. Mangez des pommes. Soirée fruitée : Gand vendange à Courtrai où Benko joue au foot (1-0). Saint-Trond plante des prunes à Malines (0-2), la caravane de la famille Brepoels grimpe à la deuxième place ! Théréau (deux nouveaux buts) et Charleroi version vert fluo confirment ce que tout le monde sait : Roulers est déjà en D2 (1-3). Mais même Demol s'enflamme : " On a joué une demi-heure de folie. " Mouscron bouffe de la vache espagnole à Lokeren, où Jankovic sauve sa peau (4-1). Ich liebe dich. Les amitiés belgo-allemandes turbinent. Bruges lâche Kruska à Cottbus, bienvenue dans le monde enchanté de l'ex-RDA. Son casier est refilé à l'avant camerounais Dorge Kouemaha, un arbre de1,92 m venu de Duisbourg. Le garçon a des relations : il claque de buts chez les Lions avec un certain Eto'o. Van Holsbeek lui prête ses K7, mais rien n'y fait : Kruiswijk n'aime pas Derrick, et après Düsseldorf, il refuse aussi Duisbourg. Francky Dury n'est pas maso : Zulte Waregem déniche pourtant à Bielefeld un international finnois dont le nom résume l'activité face au but : Berat Sadik. De Witte, c'est vraiment blanc. Ivan De Witte se fait prier : " Je ne rempilerai à la Ligue pro que si les clubs me le demandent. " Un volontaire dans la salle ? Non, adjugé. Chienne, la vie de dirigeant. Voyez le brave François, à l'étage du dessus. Pioches bosniaques. Herman Wijnants flaire la bonne occase et signe le Bosniaque Mravac. Un défenseur central qui garde quelques fumigènes au fond des poches, il était sur la pelouse de Genk en mars dernier. Malines trouve plus exotique encore : Dialiba, un Sénégalais au passeport bosniaque, et flanc gauche de Murcie. Le chouchou de Javier Clemente. Bref, un tendre. Moissonneur-batteur. Genk s'empêtre avec Hans Cornelis, les internautes lui viennent en aide via Kapaza, sorte d'eBay. L'annonce renseigne "footballeur de seconde main, mise à prix gratuit et sans enchère". Conséquence improbable: malgré le 1-1 au Limbourg, Aimé An-thuenis se fait virer du Beerschot le lundi matin ! Wesley is back. Confirmation : le Club Bruges a retrouvé des tripes et sa part de chance. Le Cercle après Courtrai : les Blauw en Zwart effacent un nouvel handicap de deux buts, malgré la mise au cachot d'Alcaraz, jauni deux fois. Sonck (deux buts) savoure sa revanche, et offre au Club le derby (2-3) et la bonne affaire du week-end. Méfiez-vous de la gazelle qui dort. Classique bestial. Affaire Van Damme, guerre des mots entre dirigeants, mémoire des stress matches : le terrain était miné, et le clasico dérape logiquement. Witsel se prend pour De Sloover et hache menu la cheville de Wasilewski : le Soulier d'Or déchausse encore et va déguster question suspension. C'est la soirée des Judas, Mbokani et Gillet graissent le marquoir (1-1). Petit partage entre amis ? Non. par erik libois