L'année dernière, huitième, la Sampdoria, qui venait de remonter parmi l'élite, a raté de peu un billet UEFA. Cette saison, elle est quatrième et la Coupe UEFA représente le strict minimum, puisqu'elle peut rêver de Ligue des Champions, avec un brin de chance.
...

L'année dernière, huitième, la Sampdoria, qui venait de remonter parmi l'élite, a raté de peu un billet UEFA. Cette saison, elle est quatrième et la Coupe UEFA représente le strict minimum, puisqu'elle peut rêver de Ligue des Champions, avec un brin de chance. Avec un voleur de buts, la Sampdoria jouerait le titre. C'est ce que pense la Gazzetta dello Sport. Malgré son brillant classement, la Samp a la 14e attaque sur 20, avec un but par match, mais en défense, seuls la Juventus et Milan font mieux. La Sampdoria a laissé partir le meilleur buteur de l'année dernière durant l'hiver : pour des raisons d'ordre privé, FabioBazzani, auteur de 13 buts, a rejoint Rome, où il ne marque guère pour la Lazio (deux fois, soit aussi peu qu'au premier tour à la Sampdoria). Son remplaçant, Simone Inzaghi, fait banquette. Le meilleur réalisateur, FrancescoFlachi (11 buts la saison passée) a trouvé le chemin du but à 12 reprises. FaustoRossini, le second avant, n'a marqué que deux buts. Walter Novellino (50 ans), adepte du 4-4-2, en est à sa troisième saison à la Sampdoria. Il n'était encore jamais resté aussi longtemps dans le même club. Cet entraîneur est le champion des promotions : en 11 années, il a promu son équipe à cinq reprises, dont quatre de Série B en Série A. Avant la Sampdoria, il a fait monter Venise, Naples et Piacenza. Novellino a été enrôlé par le géant du pétrole Riccardo Garrone. Celui-ci a repris le club au printemps 1992 et y a investi 70 millions d'euros en peu de temps : 30 millions pour effacer ses dettes, le reste pour former une équipe. Après la mort de son ancien propriétaire Paolo Mantovani en 1993, la Sampdoria a glissé au fond de la cave de la D2. Elle avait connu sa période de gloire sous l'ère Mantovani : elle avait gagné la Coupe des Vainqueurs de Coupes contre Anderlecht en 1990 et le seul titre de son histoire en 1991. (G. Foutré) FRANCESCO TOTTI est suspendu cinq matches à cause de son exclusion à Sienne. Il écope en plus d'une amende de 15.000 euros, comme l'AS Rome, pour ses déclarations à propos de l'arbitrage. ZLATANIBRAHIMOVIC (Juventus) est suspendu pour trois matches à cause de sa réaction pendant Juventus-Inter. Il ratera l'affiche contre Milan. L'UEFA a menacé l'Italie : de nouvelles irrégularités dans les stades lui coûteront sa candidature à l'EURO 2012 ou l'organisation de finales de Coupes d'Europe. BUTEURS : 1. Montella (AS Rome) 21 buts ; 2. Gilardino (Parme) 17 ; 3. Toni (Palerme) 16 ; 4. Esposito (Cagliari), Adriano (Inter), Ibrahimovic (Juventus) 15.