Un peu mieux chaque année, telle est la devise de l'Antwerp, le club de la métropole est le trouble-fête des ténors. Essayez donc, quand vous n'êtes pas un cador, de rivaliser avec Anderlecht, le Club Bruges, le Standard, Genk, La Gantoise et maintenant l'Antwerp, qui est passé en l'espace de deux ans de la D1B à une place européenne. C'est aussi la saison trois sous la direction de Bölöni, le Roumain qui a poussé le monument Van Damme vers la porte de sortie mais a écopé d'un nouveau caillou dans sa chaussure avec Lamkel Zé.
...

Un peu mieux chaque année, telle est la devise de l'Antwerp, le club de la métropole est le trouble-fête des ténors. Essayez donc, quand vous n'êtes pas un cador, de rivaliser avec Anderlecht, le Club Bruges, le Standard, Genk, La Gantoise et maintenant l'Antwerp, qui est passé en l'espace de deux ans de la D1B à une place européenne. C'est aussi la saison trois sous la direction de Bölöni, le Roumain qui a poussé le monument Van Damme vers la porte de sortie mais a écopé d'un nouveau caillou dans sa chaussure avec Lamkel Zé. Bolat et ses rêves de transfert : il y a toujours quelque chose. Tous les six mois, il figure dans les colonne des rumeurs de transferts mais à part ça, rien à dire : il est le meilleur gardien de Belgique. Il a devant lui une des meilleures défenses du championnat. Buta, qui n'a encore que 22 ans, a raté les PO1 mais peut devenir un des meilleurs arrières droits de Belgique, de l'autre côté, Jukleröd est un des meilleurs backs gauches. Au centre gauche, Pius est candidat à la succession de Van Damme. Seck, Arslanagic, Batubinsika et Borges sont les autres figures axiales. De Laet, Opare et le jeune espoir Quirynen offrent des options sur les flancs. Bölöni veut aligner quatre défenseurs mais pendant la préparation, il a testé des systèmes à trois ou à cinq. Chaque année un peu mieux, plus de bagage footballistique, un peu plus de créativité : c'est la recette du succès. Ne vous y trompez pas : la base reste la condition physique, le travail et le gabarit, le tout avec une sauce technique. Govea, la révélation des PO1 à côté d'un excellent Haroun, découvre à Zulte sa troisième équipe belge en autant de saisons. Alexis De Sart, le frère cadet du médian courtraisien Julien, peut le remplacer, de même que Nazarina ou Hongla. Ils ont tous une vingtaine d'années et peuvent faire leurs gammes avec Haroun, le capitaine. Refaelov est la valeur sûre de l'attaque, au centre, Coopman est sa doublure. Après des années difficiles, ce grand talent brugeois, est à un tournant de sa carrière : soit il reste un éternel espoir, soit il mord sur sa chique et souffre sous la férule de Bölöni, pour devenir un homme. Les flancs n'ont guère changé pour l'instant et auraient besoin de renforts, d'autant qu' Owusu est parti. Baby, Rodrigues et Bolingoli n'ont pas le sens du but et Lamkel Zé, le meilleur du noyau mais aussi le moins gérable, est imprévisible. Il reste possible de placer tous ses oeufs dans le même panier, celui de DieuMbokani, mais imaginez que l'Antwerp se qualifie pour la phase de poules de l'Europa League et doive lutter sur deux fronts cet automne : c'est une option dangereuse. Conclusion : pas de remaniements profonds et si Bolat reste, le Great Old restera un bloc extrêmement difficile à démanteler. Sans oublier ce que D'Onofrio (et Renard) sont capables de nous présenter fin août...