On ne peut pas déplaire à tout le monde, mais M arc-Olivier Fogiel, le hâbleur agaçant, est quand même un des kings de la déplaisance : Marc-O, l'animateur qui sait où sont les bons et les mauvais avant même de démarrer une interview, m'a encore douloureusement tripoté les nerfs voici dix jours sur FR3 ! Non pas qu'il ait mis mon patriotisme à mal en laissant Delphine Boël déballer ses malheurs de petite fille riche, ce qui fut plutôt gag et people : plus on en sait sur les dérapages de notre famille royale, plus elle nous devient familière, moins elle nous emmerde royalement !
...

On ne peut pas déplaire à tout le monde, mais M arc-Olivier Fogiel, le hâbleur agaçant, est quand même un des kings de la déplaisance : Marc-O, l'animateur qui sait où sont les bons et les mauvais avant même de démarrer une interview, m'a encore douloureusement tripoté les nerfs voici dix jours sur FR3 ! Non pas qu'il ait mis mon patriotisme à mal en laissant Delphine Boël déballer ses malheurs de petite fille riche, ce qui fut plutôt gag et people : plus on en sait sur les dérapages de notre famille royale, plus elle nous devient familière, moins elle nous emmerde royalement ! Mais Fogiel avait aussi amené en plateau les trois arbitres français amateurs qui, récemment, se sont fait tabasser dans leur vestiaire par une dizaine de supporters déchaînés... Trois nouvelles victimes de cette Sainte Trinité violente qui gangrène, lentement mais sûrement, le foot depuis des décennies : le fréquent sentiment d'injustice qui t'envahit quand tu es battu, la difficulté que tu rencontres à rester de marbre si ceux d'en face se paient un brin ta fiole, et pour couronner le tout la culture de la biture, intimement liée à la fête qu'est le match... D'où les dérives, évidemment condamnables : mais en faisant parler les arbitres agressés, Fogiel n'a fait entendre au monde non footeux que ce qu'il souhaitait lui-même entendre, à savoir que le monde du foot était vraiment un monde de débiles profonds. Aucune explication du pourquoi du comment de l'inadmissible branlée,... si ce n'est par cette remarque d'un des arbitres qui, candidement, mit ainsi ma détresse à son comble : " Les supporters ne connaissent pas le règlement ", affirma-t-il. " Ils devraient le lire attentivement ". Mazette, rien n'est plus faux ! Dire cela, se poser comme arbitre en connaisseur supérieur, affirmer que les supporters péteraient moins les plombs s'ils dévoraient Les Lois du Jeu, équivaut à faire reculer encore le Schmilblick pacificateur ! Car tout autant que l'arbitre, le footeux basique connaît la chanson des hors jeux, des hors jeux de position et des sliding tacles ! Le gros problème du règlement de foot, qu'une lecture attentive met en lumière sans RIEN résoudre, est précisément qu'on puisse chanter plusieurs chansons face à la même phase... Picole et provoc y furent aussi pour beaucoup dans le drame du Heysel, abondamment commémoré ces temps-ci : via des émissions certes respectables, mais qui furent davantage des hommages aux disparus de 1985 que des réflexions sur le hooliganisme. J'y ai quand même appris un truc, à savoir que les forces de l'ordre étaient déforcées ce soir-là... par la faute du pape, venu en Belgique peu avant : les flics spécialistes ès émeutes étaient après cela tous en heures de récup'... et l'on dut aligner l'équipe/flics réserve au Heysel ! Entre une foule papale et une foule de foot, question castagne potentielle, il ne me semble pourtant pas y avoir photo... Et puis, j'ai la douloureuse conviction que le supporter de 2005, parfois chouette, souvent calme et parfois susceptible de (grosses) conneries, est resté strictement identique au supporter de 1985. On s'est attaqué à la vétusté des enceintes, on s'est efforcé de parquer les clans, on a accru la mobilisation policière pour qu'au moins les plus belliqueux disjonctent loin des stades,... on ne s'est pas attaqué à la Sainte Trinité ! Les exemples demeurent multiples, même s'ils esquivent depuis quelques années l'assassinat de masse : mais l'âme supporteresse est toujours à fleur de peau, fleur parfois imbécile pouvant virer hooligane... Le foot change moins vite qu'on croit. Le foot change moins vite qu'on croit : vérité à rappeler amicalement, sur un mode moins tragique, à Mogi Bayat, le José Mourinho des comitards, pour avoir osé proclamer que Robert Waseige " n'avait tout simplement plus sa place en D1 ! " Mogi, c'est confondre vitesse et précipitation : faut pas donner de grands coups de botte dans 35 ans d'expérience accumulée, en croyant candidement que sont arrivées sur le marché du foot de nouvelles méthodes, miraculeuses et trop compliquées pour les vieux ! Mais continue quand même les coups de gueule, Mogi : t'es comme la Delphine d'Albert, tu mets du people dans nos petites vies... par Bernard JeunejeanL'âme supporteresse est toujours à fleur de peau, FLEUR PARFOIS IMBÉCILE pouvant virer hooligane...