06/10/17 : LA RENCONTRE

Un coup de foudre, ou une accroche bien ficelée, c'est selon. Les 6 et 7 octobre 2017, le salon annuel Aspire4Sport fixe Londres et Stamford Bridge, antre de Chelsea, pour QG. Claude Makelele, habitué de la maison Blue, se pointe dans son ancien jardin. Invité aux côtés de quelques noms, tels qu' Arrigo Sacchi, Kevin Keegan, Ronald De Boer ou Roy Hodgson, il en profite pour caresser ses hôtes dans le sens du poil, élogieux à l'égard du foot qatari et bien sûr, de son académie 2.0, Aspire. C'est là qu' Andreas Bleicher, relais d'Aspire au CA d'Eupen, lui glisse quelques mots doux. Un mois plus tard, Claude est un Panda.

07/11/17 : RENTRÉE DES CLASSES

Le lendemain de l'annonce de son arrivée dans les Cantons de l'Est, surprenant même les joueurs eupenois, Makelele enfile déjà le bleu de chauffe. L'Alliance est bonne dernière et il a jusqu'à mi-mars pour sauver le club de la descente. Nicolas Verdier et Mickaël Tirpan matérialisent la tension, se prenant le chou devant un parterre de journalistes jamais égalé au Kehrweg. " Ce sont des choses qui arrivent quand un groupe se cherche et quand des joueurs veulent aussi se montrer ", explique " Papa Claude ", en mars 2018. " Moi, j'avais une semaine pour analyser tout ça. Après, je savais qui pouvait apporter un plus, ou pas... "

22/11/17 : PRESSE INTERDITE

Il s'agit surtout de mettre de l'ordre dans la boutique germanophone. Le vice-champion du monde 2006 opère un ravalement de façade. Discipline, mises au vert et...interdiction aux joueurs de s'adresser à la presse, jusqu'à " l'obtention de meilleurs résultats ", dixit le communiqué publié sur le site du KAS. Une dernière décision qui fait jaser et qui rompt complètement avec l'image d'entité familiale dégagée par Eupen. " Ils passaient leur vie dans les médias. Je voulais qu'ils se concentrent uniquement sur leur mission. C'était bien étudié ", répète encore le maître, dans nos colonnes.

26/12/17 : PREMIER SOULAGEMENT

Le professeur se mue en enfant gâté. Sous le sapin, dans le froid de l'Est et sur le gong, Noël 2017 lui apporte son premier succès. À deux minutes du temps réglementaire, le tout nouvel élément noir et blanc, l'ex-agent libre Florian Raspentino débarque de Corse pour offrir un peu de joie à la frontière allemande. 1-0 contre Waasland-Beveren, devant à peine 2.500 spectateurs, Claude Makelele rafle enfin trois points, dans la foulée de sept rencontres de rang sans une seule victoire, dont quatre défaites, trois pour commencer et seulement trois petits buts marqués. Patatino, ce héros.

30/01/18 : DES DOUILLES ET DU COEUR

Make n'a de cesse de le répéter. Pour aller chercher le maintien, il lui faut des guerriers, des vrais. Alors, il indique la porte de sortie à plusieurs déserteurs. Nicolas Verdier part à Malines, un concurrent direct, quand les joyaux Aspire à polir, Abdelkarim Hassan et surtout Akram Afif, trop tendres, trop exposés, sont rapatriés à Doha afin de mieux se préparer à l'échéance mondiale de 2022. " La situation du club ne leur permettait pas de se développer dans les meilleurs conditions ", tranche encore le principal intéressé, qui accueille au passage ses compatriotes Mathieu Peybernes et Rémi Mulumba.

03/03/18 : CIAO MBAYE MBAYE

" J'ai allégé son fardeau. On lui demandait d'être leader, exemplaire et efficace. Il devait à la fois marquer et encadrer les jeunes. Et si l'équipe ne performait pas, sur qui serait retombées les critiques ? Sur lui. " Lui, c'est Mbaye Leye. La relation des deux hommes est loin d'être au beau fixe, d'autant que Makelele reprocherait à l'attaquant sénégalais, désormais assistant rouche, d'avoir flirté avec Malines lors du mercato hivernal précédent. Résultat : Leye n'est pas convoqué pour les deux derniers matches de la saison régulière. Coup de tonnerre au Kehrweg.

11/03/18 : LE MIRACLE DE CLAUDE

Sans son meilleur buteur, Eupen reçoit Mouscron, pour l'ultime journée de la JPL. Les Pandas mâchouillent toujours leur bambou en bas du classement, mais à égalité avec Malines, qui les a pourtant battus le 10 février précédent (1-0). Si les Sang et Or gagnent, les soldats de Makelele doivent faire de même et inscrire deux buts de plus. Chose faite, en vingt minutes. Alors que les Malinois mènent 2-0 de leur côté, les Eupenois en enfilent quatre à l'Excel et assurent leur maintien, à la surprise générale. Durant la semaine, plusieurs d'entre eux sont contactés par des agents qui leur proposent de signer à...Malines. Habile.

04/08/18 : " MAKELELE, RAUS ! "

Claude le Français gagne son pari. Il bénéficie désormais de davantage de temps pour construire une équipe à son image, lui qui est déjà raillé pour son jeu plutôt " rigoureux ". Dans la capitale germano, c'est le grand chambardement : onze départs, treize arrivées. Mais la mayonnaise picote et tarde à prendre. Pour les quatre premiers rendez-vous de la saison, son équipe encaisse seize fois et s'incline à chaque fois. Pour le compte du deuxième, Charleroi vient en enfiler quatre (4-1) et les supporters, d'ordinaire assez calmes, expriment leur ras-le-bol. Dans la langue de Goethe, ils lancent : " Makelele, raus ! "

16/02/19 : NOUVEAU MAINTIEN

Pourtant, les ultras pandas en doivent l'une ou l'autre à leur T1. Si leur fanion chéri alterne entre le bon et le mauvais tout au long de la saison, enchaînant aussi bien les mini-séries de victoires que de défaites, il finit par composter définitivement son ticket synonyme de maintien dans l'élite. Après un revers infligé à Lokeren (4-1, le 19 janvier), le KASE partage à Ostende (1-1), grâce à Yuta Toyokowa, encore lui, un an après son doublé et son assist contre Mouscron pour la même issue Un second nul - il n'y en aura plus d'autre en phase régulière - au goût de trophée.

14/06/19 : CLAP DE FIN

Le maintien assuré, les joueurs se relâchent, perdent 2-3 contre Zulte et Make s'emporte. " Peut-être qu'on va arrêter de payer les joueurs... comme ça, au moins, ils pourront se bouger le cul ", lâche-t-il, au micro de la RTBF. Quatre mois plus tard, il arrête les frais, remercié par le board, qui lui offre un nouveau rôle pour services rendus : " ambassadeur des projets sociaux ". Alors qu'il devrait devenir officiellement une égérie d'Aspire et de son programme Generation Amazing, l'ex-international français est annoncé à Chelsea par plusieurs médias anglais. Non pas pour devenir l'entraîneur des Blues, mais plutôt pour s'occuper des jeunes prêtés par le club londonien. Un homme à tout faire.

Un coup de foudre, ou une accroche bien ficelée, c'est selon. Les 6 et 7 octobre 2017, le salon annuel Aspire4Sport fixe Londres et Stamford Bridge, antre de Chelsea, pour QG. Claude Makelele, habitué de la maison Blue, se pointe dans son ancien jardin. Invité aux côtés de quelques noms, tels qu' Arrigo Sacchi, Kevin Keegan, Ronald De Boer ou Roy Hodgson, il en profite pour caresser ses hôtes dans le sens du poil, élogieux à l'égard du foot qatari et bien sûr, de son académie 2.0, Aspire. C'est là qu' Andreas Bleicher, relais d'Aspire au CA d'Eupen, lui glisse quelques mots doux. Un mois plus tard, Claude est un Panda. Le lendemain de l'annonce de son arrivée dans les Cantons de l'Est, surprenant même les joueurs eupenois, Makelele enfile déjà le bleu de chauffe. L'Alliance est bonne dernière et il a jusqu'à mi-mars pour sauver le club de la descente. Nicolas Verdier et Mickaël Tirpan matérialisent la tension, se prenant le chou devant un parterre de journalistes jamais égalé au Kehrweg. " Ce sont des choses qui arrivent quand un groupe se cherche et quand des joueurs veulent aussi se montrer ", explique " Papa Claude ", en mars 2018. " Moi, j'avais une semaine pour analyser tout ça. Après, je savais qui pouvait apporter un plus, ou pas... " Il s'agit surtout de mettre de l'ordre dans la boutique germanophone. Le vice-champion du monde 2006 opère un ravalement de façade. Discipline, mises au vert et...interdiction aux joueurs de s'adresser à la presse, jusqu'à " l'obtention de meilleurs résultats ", dixit le communiqué publié sur le site du KAS. Une dernière décision qui fait jaser et qui rompt complètement avec l'image d'entité familiale dégagée par Eupen. " Ils passaient leur vie dans les médias. Je voulais qu'ils se concentrent uniquement sur leur mission. C'était bien étudié ", répète encore le maître, dans nos colonnes. Le professeur se mue en enfant gâté. Sous le sapin, dans le froid de l'Est et sur le gong, Noël 2017 lui apporte son premier succès. À deux minutes du temps réglementaire, le tout nouvel élément noir et blanc, l'ex-agent libre Florian Raspentino débarque de Corse pour offrir un peu de joie à la frontière allemande. 1-0 contre Waasland-Beveren, devant à peine 2.500 spectateurs, Claude Makelele rafle enfin trois points, dans la foulée de sept rencontres de rang sans une seule victoire, dont quatre défaites, trois pour commencer et seulement trois petits buts marqués. Patatino, ce héros. Make n'a de cesse de le répéter. Pour aller chercher le maintien, il lui faut des guerriers, des vrais. Alors, il indique la porte de sortie à plusieurs déserteurs. Nicolas Verdier part à Malines, un concurrent direct, quand les joyaux Aspire à polir, Abdelkarim Hassan et surtout Akram Afif, trop tendres, trop exposés, sont rapatriés à Doha afin de mieux se préparer à l'échéance mondiale de 2022. " La situation du club ne leur permettait pas de se développer dans les meilleurs conditions ", tranche encore le principal intéressé, qui accueille au passage ses compatriotes Mathieu Peybernes et Rémi Mulumba. " J'ai allégé son fardeau. On lui demandait d'être leader, exemplaire et efficace. Il devait à la fois marquer et encadrer les jeunes. Et si l'équipe ne performait pas, sur qui serait retombées les critiques ? Sur lui. " Lui, c'est Mbaye Leye. La relation des deux hommes est loin d'être au beau fixe, d'autant que Makelele reprocherait à l'attaquant sénégalais, désormais assistant rouche, d'avoir flirté avec Malines lors du mercato hivernal précédent. Résultat : Leye n'est pas convoqué pour les deux derniers matches de la saison régulière. Coup de tonnerre au Kehrweg. Sans son meilleur buteur, Eupen reçoit Mouscron, pour l'ultime journée de la JPL. Les Pandas mâchouillent toujours leur bambou en bas du classement, mais à égalité avec Malines, qui les a pourtant battus le 10 février précédent (1-0). Si les Sang et Or gagnent, les soldats de Makelele doivent faire de même et inscrire deux buts de plus. Chose faite, en vingt minutes. Alors que les Malinois mènent 2-0 de leur côté, les Eupenois en enfilent quatre à l'Excel et assurent leur maintien, à la surprise générale. Durant la semaine, plusieurs d'entre eux sont contactés par des agents qui leur proposent de signer à...Malines. Habile. Claude le Français gagne son pari. Il bénéficie désormais de davantage de temps pour construire une équipe à son image, lui qui est déjà raillé pour son jeu plutôt " rigoureux ". Dans la capitale germano, c'est le grand chambardement : onze départs, treize arrivées. Mais la mayonnaise picote et tarde à prendre. Pour les quatre premiers rendez-vous de la saison, son équipe encaisse seize fois et s'incline à chaque fois. Pour le compte du deuxième, Charleroi vient en enfiler quatre (4-1) et les supporters, d'ordinaire assez calmes, expriment leur ras-le-bol. Dans la langue de Goethe, ils lancent : " Makelele, raus ! " Pourtant, les ultras pandas en doivent l'une ou l'autre à leur T1. Si leur fanion chéri alterne entre le bon et le mauvais tout au long de la saison, enchaînant aussi bien les mini-séries de victoires que de défaites, il finit par composter définitivement son ticket synonyme de maintien dans l'élite. Après un revers infligé à Lokeren (4-1, le 19 janvier), le KASE partage à Ostende (1-1), grâce à Yuta Toyokowa, encore lui, un an après son doublé et son assist contre Mouscron pour la même issue Un second nul - il n'y en aura plus d'autre en phase régulière - au goût de trophée. Le maintien assuré, les joueurs se relâchent, perdent 2-3 contre Zulte et Make s'emporte. " Peut-être qu'on va arrêter de payer les joueurs... comme ça, au moins, ils pourront se bouger le cul ", lâche-t-il, au micro de la RTBF. Quatre mois plus tard, il arrête les frais, remercié par le board, qui lui offre un nouveau rôle pour services rendus : " ambassadeur des projets sociaux ". Alors qu'il devrait devenir officiellement une égérie d'Aspire et de son programme Generation Amazing, l'ex-international français est annoncé à Chelsea par plusieurs médias anglais. Non pas pour devenir l'entraîneur des Blues, mais plutôt pour s'occuper des jeunes prêtés par le club londonien. Un homme à tout faire.