Il y a quatre ans, la RTBF avait mis en place un vaste dispositif pour les Jeux de Sotchi, annonçant avec fierté " 100 heures " de direct. Cette année, il faudra se contenter des résumés aux JT ou bien zapper sur France Télévisions. La chaîne publique belge ne dispose pas des images et c'est aussi valable pour Tokyo 2020. La raison ? Le CIO a vendu les droits au groupe Discovery pour une somme de 1,3 milliard d'...

Il y a quatre ans, la RTBF avait mis en place un vaste dispositif pour les Jeux de Sotchi, annonçant avec fierté " 100 heures " de direct. Cette année, il faudra se contenter des résumés aux JT ou bien zapper sur France Télévisions. La chaîne publique belge ne dispose pas des images et c'est aussi valable pour Tokyo 2020. La raison ? Le CIO a vendu les droits au groupe Discovery pour une somme de 1,3 milliard d'euros. Propriétaire de la chaîne Eurosport, Discovery a donc entamé des négociations avec les diffuseurs européens. Les Américains ont placé la barre assez haut en matière de prix pour récupérer leur investissement. " Les négociations sont au point mort pour le moment alors que la VRT a annoncé récemment qu'elle avait signé un accord avec Discovery ", confirme Michel Lecomte. " Je ne sais pas dans quel sens va évoluer ce dossier. Trop de zones floues demeurent. " Bref, à l'heure actuelle, c'est mal parti, sauf si un autre acteur entre en piste. La Belgique n'est pas la seule concernée par ce problème. En Allemagne, ARD et ZDF avaient cessé de négocier avec Discovery avant qu'un arrangement ne soit trouvé pour les quatre éditions à venir (de 2018 à 2024). Outre-Quiévrain, France Télévisions détient les droits des Jeux jusqu'en 2020. Or, le média public est soumis à un plan d'économies. Il a même rétrocédé une partie des Jeux 2016 et 2020 à Canal+ pour regagner un peu d'argent . En 2024, les Jeux auront lieu à Paris et il va donc falloir négocier avec Discovery. Julien Bergeaud, directeur général de Discovery France, a déjà mis la pression en indiquant au Figaro, en octobre 2017, que les droits des J.O. de Paris valaient " au minimum le prix payé pour une Coupe du monde de football ". TF1 a aussi manifesté son intérêt pour la compétition. Paradoxalement, l'organisation de l'Olympiade d'été en France pourrait débloquer la situation en Belgique. " Les prochaines négociations incluront les Jeux de Paris qui sont manifestement plus attractifs que ne le sont ceux de Tokyo en raison du décalage horaire ", conclut Lecomte. A suivre, donc...