Les étés des années bissextiles sont par définition très chargés sur le plan sportif : EURO, Jeux Olympiques, Tour de France, Wimbledon, Formule 1,... Les Diables Rouges ne seront pas au Portugal mais, pour les sportifs belges, des événements comme le départ du Tour de France en Wallonie, le retour du GP de Belgique à Francorchamps ou les chances de voir Justine Henin et Kim Clijsters briller sur les courts de l'All. England Club constituent des événements ...

Les étés des années bissextiles sont par définition très chargés sur le plan sportif : EURO, Jeux Olympiques, Tour de France, Wimbledon, Formule 1,... Les Diables Rouges ne seront pas au Portugal mais, pour les sportifs belges, des événements comme le départ du Tour de France en Wallonie, le retour du GP de Belgique à Francorchamps ou les chances de voir Justine Henin et Kim Clijsters briller sur les courts de l'All. England Club constituent des événements incontournables. Cet été fou donne à la RTBF l'occasion de muscler son image de chaîne du sport. La télévision publique sera omniprésente et, selon Michel Lecomte, les téléspectateurs auront droit à plus de 1.000 heures de retransmissions. Etant donné que û et contrairement à la VRT û il n'était pas possible de créer un canal " spécial sport " pendant quelques mois (restrictions budgétaires obligent et il ne faut pas oublier qu'il faut remplacer les programmes qui disparaîtront des autres chaînes), le chef des services sportifs a précisé qu'un tel programme ne pouvait pas rester exclusivement cantonné à la Deux, en principe la chaîne du sport. Le casse-tête a été résolu : le GP de France (13.30 Warm Up, 13.55 GP de France) et la finale de l'EURO (20 h 45) seront sur la Deux pendant que le Tour de France sera retransmis sur la Une. La finale messieurs de Wimbledon quant à elle trouvera place en différé entre la F1 et le foot sur la Deux. La chaîne publique a donc consenti les efforts financiers qui s'imposaient, des efforts importants : Jean- Paul Philippot, l'administrateur général, en aurait même oublié le montant des droits des JO tellement ils étaient importants (1 million de dollars ?). Cette prise de position était toutefois logique quand on affirme que les résultats en cyclisme et en F1, malgré l'assommante domination de Michael Schumacher, sont très bons et puis la RTBF ne pouvait plus se permettre d'autres revers après la perte de la Ligue des Champions et de l'équipe nationale. Alors que les négociations avec la Ligue Pro pour les droits de championnat sont entrées dans une phase cruciale, la RTBF n'entendait absolument pas se désengager du terrain du foot. Pendant l'EURO, la chaîne publique multipliera les initiatives pour satisfaire les exigences des amateurs : directs, sujets magazines, émissions sur plateau avec des invités et des consultants parmi lesquels deux personnages bien connus des lecteurs de Sport/Foot Magazine : BertrandCrasson et EmilioFerrera. (N. Ribaudo)N.Ribaudo