Pour remporter une course contre-la-montre, mieux vaut parfois emprunter le chemin le plus rapide. Avec le football de Hannes Wolf, Genk a décidé de mettre sa poursuite vers les play-offs 1 entre les mains d'un jeu plus direct, moins dépendant de ces individualités qui avaient pris l'habitude de faire la différence dans l'axe du terrain la saison dernière. Après avoir tenté, en vain, de remplacer Alejandro Pozuelo sur le terrain, le ...

Pour remporter une course contre-la-montre, mieux vaut parfois emprunter le chemin le plus rapide. Avec le football de Hannes Wolf, Genk a décidé de mettre sa poursuite vers les play-offs 1 entre les mains d'un jeu plus direct, moins dépendant de ces individualités qui avaient pris l'habitude de faire la différence dans l'axe du terrain la saison dernière. Après avoir tenté, en vain, de remplacer Alejandro Pozuelo sur le terrain, le Racing a donc décidé d'appliquer un dicton cher à Jürgen Klopp : " Le meilleur numéro 10 du monde, c'est le gegenpressing. " La relance de Zulte Waregem n'est jamais parvenue à respirer face à la pression mise en place par les champions en titre. Avec un milieu de terrain athlétique, musclé par la titularisation de Dries Wouters et la présence en numéro 10 du nouveau venu Kristian Thorstvedt, Genk a étouffé le match, avant de profiter du talent de son duo axial norvégien pour faire battre le coeur de la rencontre à un rythme trop élevé pour son adversaire. Presque logiquement, ce sont les sprinteurs du Limbourg qui ont profité de cette vitesse de croisière où seuls les meilleurs peuvent allier tempo et talent. Junya Ito, d'abord, a rappelé qu'il était l'un des meilleurs centreurs du championnat, amenant le premier but avant d'inscrire le deuxième au bout d'une superbe combinaison avec Thorvstedt et Sander Berge. Même Theo Bongonda semble s'être retrouvé dans ce football qui lui permet de se déplacer entre les lignes ou de prendre la profondeur, rappelant les mouvements favoris de Leandro Trossard sous le même maillot quelques mois plus tôt. Longtemps en quête d'un style de jeu qui pourrait faire oublier les départs importants de l'été, Genk a réussi à planter trois buts dès sa première sortie de l'année 2020, malgré le transfert d' Ally Samatta qui occupait incontestablement le rôle de buteur-maison depuis le coup d'envoi de la saison. La taille de Paul Onuachu permet d'adopter par moments un football plus direct, qui étire les lignes adverses et offre des espaces précieux aux joueurs installés derrière lui. Tout semble enfin plus cohérent dans le Limbourg. Quand la route est trouvée, reste à appuyer sur l'accélérateur.