L'image est symbolique. José Mourinho a pris un selfie devant la statue de Marc Aurèle, le premier et un des plus grands empereurs romains. Toutefois, il ne veut pas être qualifié de nouvel empereur et ne sombre pas dans l'euphorie, même si des supporters enthousiastes ont organisé un feu d'artifice sur la Piazza del Popolo pour fêter les 94 ans du club, la semaine passée. "Ce n'est pas l'AS Rome de Mourinho, mais le club des Romains", a-t-il modestement souligné.
...

L'image est symbolique. José Mourinho a pris un selfie devant la statue de Marc Aurèle, le premier et un des plus grands empereurs romains. Toutefois, il ne veut pas être qualifié de nouvel empereur et ne sombre pas dans l'euphorie, même si des supporters enthousiastes ont organisé un feu d'artifice sur la Piazza del Popolo pour fêter les 94 ans du club, la semaine passée. "Ce n'est pas l'AS Rome de Mourinho, mais le club des Romains", a-t-il modestement souligné. Il sait ce qui l'attend. Il a dû changer trois fois de numéro de téléphone depuis son arrivée en juin. Il a été stupéfait de voir ses joueurs debout sur leur chaise, enlacés, pour entonner le chant du club: " Roma, Roma, Roma." Mourinho a ensuite dit que c'était son hymne favori: "Je le connaissais déjà par coeur quand, entraîneur de l'adversaire, j'étais chaque fois impressionné par la passion avec laquelle il était entonné. Je me réjouis de pouvoir vivre ce moment toutes les deux semaines." Il n'est pas venu à Rome pour la beauté de la capitale. "Je ne suis pas en vacances. Je veux insuffler ma mentalité à mon équipe." Il veut aider le nouveau propriétaire américain, Dan Friedkin, à réaliser son projet. "Les propriétaires ne veulent pas le succès aujourd'hui pour avoir des problèmes demain. Nous ne visons pas un succès sporadique, nous voulons rejoindre durablement l'élite. Or, c'est le plus difficile. Le succès d'un jour est aisé et encore plus quand on l'obtient sans avoir les moyens de payer les salaires." Il décoche ainsi une pique à l'Inter, qui a obtenu son premier titre depuis le triplé réussi par Mourinho en 2010, sous la direction de l'ennemi juré du Portugais, Antonio Conte. La nouvelle AS Rome n'est pas encore tout à fait au point, mais Mourinho a déjà rendu le brassard à l'avant bosnien Edin Dzeko, qui l'avait perdu depuis six mois, suite à son conflit avec l'entraîneur précédent, Paulo Fonseca. Mourinho a provisoirement retiré Dzeko de la liste des partants potentiels. Il compte sur l'avant de 35 ans, qui se produit pour Rome depuis 2015 et en est le troisième meilleur réalisateur, avec 119 buts en 259 matches, après Francesco Totti et Roberto Pruzzo. Dzeko arrive toutefois en fin de contrat dans un an et son salaire de 7,5 millions pèse lourd sur le budget d'un club qui, comme tant d'autres phalanges transalpines, doit économiser. À l'occasion du troisième match de préparation, à Trieste, Dzeko a rendu le brassard à celui qui l'avait remplacé. Lorenzo Pellegrini a effectué son retour là-bas, rétabli d'une blessure qui l'avait écarté in extremis de la sélection de Roberto Mancini pour l'EURO. Autre come-back remarqué, celui d'un autre international, Nicolò Zaniolo, qui a mis près d'un an à se rétablir d'une blessure aux ligaments croisés encourue dans un match de l'Italie contre les Pays-Bas. Contre Triestina, pendant une mi-temps, il a rappelé pourquoi il était l'un des plus grands talents italiens. Il a été transféré de l'Inter il y a deux ans, en tant que monnaie d'échange, en plus de 35 millions d'euros, pour le transfert de Radja Nainggolan. Juste après le match, on a appris que Zaniolo, âgé de 22 ans, était devenu père d'un petit Tommaso. Il a rompu avec la mère, son amie Sara, quelques mois plus tôt. Une affaire qui fait les choux gras de la presse people. Rui Patricio, le gardien portugais, transféré de Wolverhampton pour 11,5 millions, n'a pas encore joué, mais son arrivée contraint le Suédois Robin Olsen, un des portiers en vue lors de l'EURO, à se chercher un autre employeur. Alessandro Spinazzola, qui s'est blessé pendant le tournoi, est également absent. Le club lui cherche un remplaçant pour le flanc gauche.