Pour le RSCA, les transferts de Jan Polak et Mbark Boussoufa marquent le début d'un exode massif. D'autres cadres devraient logiquement imiter leur exemple lors du mercato d'été. A commencer par Lucas Biglia, réfractaire à une prolongation de bail, et Romelu Lukaku, qui garde la cote en Angleterre où Tottenham Hotspurs a repris le relais de Chelsea en vue de s'attacher ses services. Les Spurs, malgré une offre de 20,2 millions d'euros, s'étaient heurtés à une fin de non-recevoir de la part de la direction du Sporting l'été passé. En cas de proposition similaire après une campagne 2010-11 plutôt mi-figue mi-raisin, le RSCA se montrera beaucoup plus conciliant. Indépendamment de ce tandem, un autre joueur encore pourrait grossir le groupe des partants : Matias Suarez, suivi à la fois par Wolfsburg et, surtout, le Stade rennais où l'Argentin fait figure de priorité pour remplacer Sylvain Marveaux, pisté par Liverpool.
...

Pour le RSCA, les transferts de Jan Polak et Mbark Boussoufa marquent le début d'un exode massif. D'autres cadres devraient logiquement imiter leur exemple lors du mercato d'été. A commencer par Lucas Biglia, réfractaire à une prolongation de bail, et Romelu Lukaku, qui garde la cote en Angleterre où Tottenham Hotspurs a repris le relais de Chelsea en vue de s'attacher ses services. Les Spurs, malgré une offre de 20,2 millions d'euros, s'étaient heurtés à une fin de non-recevoir de la part de la direction du Sporting l'été passé. En cas de proposition similaire après une campagne 2010-11 plutôt mi-figue mi-raisin, le RSCA se montrera beaucoup plus conciliant. Indépendamment de ce tandem, un autre joueur encore pourrait grossir le groupe des partants : Matias Suarez, suivi à la fois par Wolfsburg et, surtout, le Stade rennais où l'Argentin fait figure de priorité pour remplacer Sylvain Marveaux, pisté par Liverpool. Au total, Anderlecht risque donc d'être privé d'une saison à l'autre de cinq éléments importants. Et ce n'est pas en récupérant ceux qu'il a essaimés à gauche et à droite ces derniers mois, tels Dmitri Bulykin à ADO La Haye ou Sébastien Siani au FC Brussels qu'il retrouvera un visage séduisant. Sur 13 prêtés, seul Reynaldo semble encore avoir un avenir au Parc Astrid, même si certains en haut lieu estiment qu'il aurait intérêt à jurer fidélité au Cercle Bruges pendant un an encore. Pour les autres, de Thomas Chatelle à Hernan Losada en passant par les Victor Bernardez, Nemanja Rnic, Sacha Iakovenko, Pablo Chavarria, Junior Kabananga, Olivier Mukendi, Felipe Boufleur et Nicaise Kudimbana, l'horizon paraît bel et bien bouché au Parc Astrid. A leur place, les dirigeants veulent du lourd, afin d'être pleinement compétitifs à l'aube d'un exercice où le champion obtiendra automatiquement un passe-droit pour la phase des poules de la Ligue des Champions. Du coup, les Mauves s'activent, prévoyant même une solution de rechange pour ArielJacobs. Si Jacobs peut se gausser d'être après Bill Gormlie et Pierre Sinibaldi l'entraîneur au plus long cours à Anderlecht, sa quatrième saison n'est pas la plus aboutie, loin s'en faut. Pris pour cible par une frange du public, le T1 a toujours pu compter jusqu'à présent sur le soutien de ses patrons. Mais son crédit n'est manifestement plus le même qu'à ses débuts. En coulisse, il se murmure en tout cas que si le championnat se termine en eau de boudin, Anderlecht jettera son dévolu sur un autre coach. Et c'est Georges Leekens qui figure en pole-position pour reprendre le flambeau. D'après quelques insiders, le coach national aurait fait encore une plus grosse impression à Philippe Collin, vice-président de l'URBSFA mais aussi secrétaire-général du RSCA, que Dick Advocaat. Ce qui n'est pas peu dire. + Mac the Knife connaît la maison mauve pour y avoir déjà travaillé en 1987-88. A l'époque, novice dans le métier, il avait fait long feu, cédant le relais à Raymond Goethals après quelques semaines à peine. Etre rappelé, voilà qui flatterait à la fois son ego et son portefeuille. Car le Sporting a davantage à lui offrir que les 380.000 euros annuels qu'il touche à la fédération. - Déloger le fédéral, c'est s'attirer les foudres. Mais le club n'en est pas à son coup d'essai en la matière. En 1985-86, pour succéder en pleine saison à Paul Van Himst, les Mauves n'avaient pas hésité à faire revenir Arie Haan, pourtant actif à l'Antwerp. A ce niveau, c'est chacun pour soi. Au sein de la ligne arrière, c'est davantage la relance que l'intransigeance qui pose problème. La direction en est consciente et ratisse à la fois en Amérique du Sud mais aussi en Espagne dans l'espoir de trouver un clone à Nicolas Pareja qui, outre ses qualités de stopper, était également capable de sortir habilement le ballon de la défense. En Argentine, Anderlecht n'a pas trouvé l'homme providentiel. Par contre, le capitaine du Barça Atletic, l'équipe B du FC Barcelone, Andreu Fontas, fait l'unanimité. Barré par Carles Puyol, Gerard Piqué et Sergio Busquets, il n'est pas insensible à un changement d'environnement. Reste à voir si le Sporting est une source de motivation pour lui. Sur les flancs, Anderlecht est plus avancé dans son approche puisqu'il lorgne son ancien joueur Denis Odoi, révélation de la saison à Saint-Trond. Les Mauves ne sont toutefois pas seuls sur la balle puisque le Standard est sur ses rangs aussi. + Difficile de trouver plus polyvalent que ce garçon que le coach des Canaris, Guido Brepoels, a aligné avec un égal bonheur cette saison au back gauche et droit ainsi qu'au poste de demi défensif ou offensif. Qui plus est, le Diablotin est charmé à l'idée de revenir dans un club dont il avait défendu les couleurs entre 1998 et 2004. - Saint-Trond est gourmand et demande 2 millions d'euros. Même si Pablo Chavarria et Hernan Losada pourraient être mêlés aux négociations, cela fait quand même désordre de récupérer un joueur formé à Neerpede pour un tel débours. Idem d'ailleurs pour un certain Dries Mertens, qui a appris lui aussi l'abc du football à Anderlecht mais pour qui le FC Utrecht demande aujourd'hui 7 millions d'euros ! Bien trop... Un Argentin en relayera-t-il un autre ? Le médian d'Estudiantes La Plata Enzo Perez (25 ans) est dans le viseur des Mauves depuis pas mal de temps. Son prix est abordable puisqu'il oscille autour des 3 millions d'euros. Mais il y a encore un autre joueur qui ne laisse pas indifférent non plus. Et une fois de plus il s'agit d'un ancien de la maison aussi : Vadis Odjidja Ofoe. Le Brugeois du Club frappait aux portes de la Première fin 2007 quand, contre toute attente, il décida d'opter pour Hambourg malgré un contrat mirobolant, à hauteur de 800.000 euros, de la part du RSCA. Ce qui était plus que conséquent pour un gars de 18 ans. Au Parc Astrid, le directeur général, Herman Van Holsbeeck, a toujours regretté amèrement son départ. Et s'il ne s'était heurté au refus catégorique du président Roger Vanden Stock, il l'aurait à nouveau accueilli à bras ouverts après une année foireuse en Allemagne. Aujourd'hui, la colère du n°1 des Mauves n'est plus qu'un mauvais souvenir. Quant au joueur, excédé par la poudrière brugeoise, il est prêt à revenir à pied là où tout a débuté pour lui. Ici aussi, un joueur pourrait servir de monnaie d'échange : Tom De Sutter. Lors du dernier mercato, on se souviendra que les Bleu et Noir étaient venus aux nouvelles pour lui. Mais la direction anderlechtoise s'était montrée absolument intraitable. Adoptera-t-elle encore ce comportement si le Club se manifeste à nouveau ? + Du talent à revendre, de la présence et un bon tir à distance. Le Sporting en sait quelque chose puisque Vadis marqua le premier but des siens à l'occasion du 2-2 au Parc Astrid lors de la phase classique. - Le public anderlechtois saura-t-il pardonner un joueur qui a transité par le Club Bruges, ennemi juré ? On sait aussi que le talent efface beaucoup de choses. C'est dans ce secteur qu'Anderlecht risque de subir une grosse saignée, vu le départ de Mbark Boussoufa et les transferts possibles de Tom De Sutter et Matias Suarez. Pour pourvoir au remplacement de Bous, le Sporting a fait de Yassine El Ghanassy sa priorité. Le hic, c'est que La Gantoise sait que les Mauves auront pas mal d'argent cet été et que ses dirigeants ne veulent pas brader le joueur. Celui-ci ne partira pas pour moins de 5 millions d'euros. alors que les Mauves ne veulent pas dépasser la barre des 3,5 millions, montant qu'ils avaient dépensé pour Boussoufa chez ces mêmes Gantois. Tom De Sutter, encore lui, pourrait intervenir dans ce dossier aussi. A Gand, il aurait la perspective de retrouver son pote Stijn De Smet. Quant à l'entraîneur, Francky Dury, il compte parmi ses fans. Ce qui ne peut être dit d' Ariel Jacobs. Dans sa quête de joueurs habiles, le Sporting a également retenu deux noms lors de ses missions en Espagne : Jonathan Soriano, qui, au même titre qu' Andreu Fontas, évolue au Barça Atletic. Deuxième meilleur buteur de la D2 espagnole, la Liga Adelante, cet attaquant de 25 ans semble toutefois répondre davantage au profil recherché par La Gantoise. Mais son salaire de 20.000 euros mensuels pose toujours problème aux Buffalos. Anderlecht, lui, est davantage sous le charme du réalisateur n°1 de la série, Alex Geijo, qui évolue au FC Grenade. Cet Hispano-Suisse a été prêté au club andalou par l'Udinese, dans la mesure où il y était barré par l'Italien AntonioDi Natale et par le Chilien Alexis Sanchez. Au Parc Astrid, tout le monde est convaincu de ses qualités. Mais son âge (29 ans) ne plaide pas en sa faveur. Car les Mauves préfèrent acheter jeune et spéculer sur une revente. Un élément, par contre, qui fait l'objet d'un suivi soutenu est Mahmud Shikabala. Il y a quelques mois, Anderlecht était même parvenu à un accord avec lui. Mais son club, le Zamalek du Caire, avait tout mis en £uvre pour faire capoter l'affaire. Le joueur s'est remis au service de ses couleurs mais il a déjà dû déchanter à plusieurs reprises. Victime d'attaques racistes de la part des supporters des rivaux d'Al Ahly, il tient absolument à quitter le pays. Il n'a pas de réelles perspectives non plus à Zamalek, qui risque une lourde suspension des compétitions africaines suite à l'envahissement du terrain par ses sympathisants à l'occasion du récent duel en Ligue des Champions d'Afrique contre le Club Africain de Tunis. De quoi le rapprocher du Parc Astrid. + Le Pharaon est un amuseur public comme les fans d'Anderlecht les aiment. Il est de nature à remplacer Mbark Boussoufa dans les c£urs. - Les joueurs égyptiens ne sont pas toujours de bons produits d'exportation. Anderlecht en a eu un aperçu jadis avec Tarek El Saïd. En revanche, les Mauves n'ont jamais eu qu'à se louer de MagicAhmed Hassan. D'autres noms ont été cités. Comme Dieumerci Mbokani, resté sur deux échecs consécutifs, à Monaco d'abord puis à Wolfsburg. Dans ce cas-ci aussi, Anderlecht devrait délier généreusement les cordons de la bourse (entre 5 et 6 millions) pour un joueur parti au Standard, ce qui n'a fait rire personne au Parc Astrid. En outre, autant la direction a ses apaisements avec les anciens mentionnés plus haut comme Denis Odoi, Vadis ou Dries Mertens, autant elle se méfie du Congolais dont la discipline n'est pas le point fort. Il vient d'être écarté de l'équipe nationale par le coach Robert Nouzaret pour conduite déplacée. Il a plus de détracteurs que de partisans au Sporting, ce qui rend sa venue hautement improbable. D'autant que le joueur ne fait pas de la Belgique sa priorité, malgré ses échecs à Monaco et à Wolfsburg, le Congolais rêve toujours d'Angleterre. Quant à Milan Jovanovic, que les Mauves tiennent pourtant en haute estime, il n'est pas à leur portée financière, vu son salaire net de 200.000 euros par mois. S'il est acquis que le Serbe ne fera pas de vieux os à Liverpool, son prochain point de chute devrait être le sud de l'Europe. Panathinaïkos, qui le voulait déjà dans le passé, est d'ores et déjà revenu à la charge. PAR BRUNO GOVERS Leekens aurait fait encore une plus grosse impression à Philippe Collin que Dick Advocaat. De Sutter pourrait servir de monnaie d'échange avec Vadis.