Décevant quatrième la saison passée, le Standard a entamé une nouvelle reconstruction en tournant la page Roland Duchâtelet qui a lâché le club au profit de Bruno Venanzi. Celui-ci veut et semble apporter davantage de visibilité dans le projet, mettant le sportif au centre du développement du club.
...

Décevant quatrième la saison passée, le Standard a entamé une nouvelle reconstruction en tournant la page Roland Duchâtelet qui a lâché le club au profit de Bruno Venanzi. Celui-ci veut et semble apporter davantage de visibilité dans le projet, mettant le sportif au centre du développement du club. Le Standard n'a rien touché à sa défense et la stabilité dans ce secteur est souvent gage de réussite. Le gardien Yohan Thuram, sobre à défaut d'être exceptionnel, a été conservé comme numéro un. Il aura désormais la préséance sur deux jeunes, Guillaume Hubert et Lucas Pirard, Eiji Kawashima ayant quitté le Standard. En défense centrale, la paire Jorge Teixeira-Alexander Scholz a montré une belle complémentarité et dégage une grande sûreté. Dino Arslanagic a un peu de retard sur les deux joueurs mais accumule de l'expérience au fil du temps. A moins qu'il ne soit prêté, Corentin Fiore, talentueux mais qui reçoit peu de possibilités de le montrer, est le quatrième homme. La nouvelle recrue du Lierse, Ahmed El Messaoudi a longtemps évolué en défense centrale au Lierse mais le Standard le voit davantage dans un rôle de médian défensif où il jouait ces six derniers mois. Sur les côtés, c'est solide également. Jelle Van Damme, qui reste sur une saison ratée, voudra se reprendre. Il part avec un avantage d'être meilleur sur le plan défensif que son concurrent, Darwin Andrade, plus tranchant offensivement et qui vient d'être définitivement transféré du club hongrois d'Ujpest. A droite, Martin Milec reste sur un bon championnat et est concurrencé par le jeune Damien Dussaut, qui a prouvé son potentiel lors du dernier exercice. C'est le secteur le plus fourni et le plus talentueux du Standard. Eyong Enoh, qui a mis du temps à trouver ses marques, a fourni de solides prestations dans le rôle de sentinelle. El Messaoudi sera son remplaçant tout trouvé. Dans le 4-3-3 prôné par Slavo Muslin, Julien de Sart, pas assez utilisé la saison passée, évoluera un cran plus haut, aux côtés de l'intouchable Adrien Trebel, qui, en une saison, a mis tout le monde d'accord du côté de Sclessin. Le placement d'Enoh, l'abattage de Trebel et la qualité de passes de de Sart fait de ce triangle un entrejeu particulièrement complémentaire. Les jeunes Faysel Kasmi, prêté par le Lierse, et Deni Milosevic, issu de l'Académie, sont d'autres solutions. Sur les côtés, le départ de Mehdi Carcela a laissé un vide, qui pourrait être comblé par la résurrection de Jonathan Legear qui reste sur une bonne préparation. Anthony Knockaert, un Français transféré de Leicester, pourrait être la révélation du Standard. Il peut évoluer sur les deux flancs même si c'est à gauche que son potentiel s'exprime le mieux. Geoffrey Mujangi Bia, l'homme le plus décisif la saison passée, et qui a marqué 9 buts en préparation, n'a néanmoins pas été repris pour le stage en Autriche, ce qui devrait accélérer son départ. Enfin, le jeune Beni Badibanga est loué par son entraîneur mais il doit acquérir davantage de constance et ne pas se reposer sur son talent. Il s'agit de l'inconnue de la saison. En perdant ses deux titulaires, Igor De Camargo et surtout Imoh Ezekiel, le Standard s'est délesté d'un duo complémentaire et efficace. Mais il a réagi en conséquence. De Camargo a été remplacé par Ivan Santini, le puncheur de Courtrai, et Ezekiel devrait céder sa place au Lyonnais Mohammed Yattara. De plus, en préparation, le jeune Ryan Mmaee a prouvé qu'il était un grand en devenir. Il devrait grappiller quelques minutes. Si l'attaque ne demeure plus une inconnue et que la griffe Muslin prend, le Standard pourrait être un candidat sérieux au titre, d'autant plus que, contrairement aux années Duchâtelet, le noyau est presque au complet pour la reprise du championnat. PAR STÉPHANE VANDE VELDE