Longue vie à ce joli bordel que cause la commission de review ! Certes, elle est fainéante : souvent elle pionce alors qu'il se passe des choses, pour tout à coup rugir sur quelques agressions qui passent. De la sorte, elle engendre quelques punis supplémentaires (pas plus à plaindre que les punis enlive) sans toujours engendrer davantage de justice : en l'occurrence récente, sanctionner Laurent Depoitre davantage que Silvio Proto, ça entérine le talent de Daniel Spreutels davantage que l'infaillibilité de Dieu-le-Foot-Père-de-l'Equité !
...

Longue vie à ce joli bordel que cause la commission de review ! Certes, elle est fainéante : souvent elle pionce alors qu'il se passe des choses, pour tout à coup rugir sur quelques agressions qui passent. De la sorte, elle engendre quelques punis supplémentaires (pas plus à plaindre que les punis enlive) sans toujours engendrer davantage de justice : en l'occurrence récente, sanctionner Laurent Depoitre davantage que Silvio Proto, ça entérine le talent de Daniel Spreutels davantage que l'infaillibilité de Dieu-le-Foot-Père-de-l'Equité ! Perso, plus je me repasse le contact avec Teddy Chevalier tout en lisant que Proto "effectuait un mouvement de retrait de la jambe gauche lorsqu'il a réalisé son retard, ce qui démontre qu'il a tenté d'atténuer le contact avec son adversaire"... plus je me dis qu'alors, ça frôle l'absolution pour tous les gaffeurs kamikazes, le feu vert pour arriver en retard dans la viande ! Mais qu'importe, il faut que cette commission perdure et s'améliore, elle fait déjà du bien ! D'abord, elle souligne l'hypocrisie biface de l'International Board quant au recours aux images télévisées : d'une part interdire une utilisation en direct, d'autre part laisser aux fédérations le loisir d'y recourir en différé ! Ensuite, elle montre l'incapacité chronique de la brave clique d'arbitres à repérer dans l'instant toutes les dangerosités et vicelardises commises par les fougueux footballeurs : plus la commissiondereview épinglera d'anomalies, plus ça deviendra boxon infernal. Ce qui serait chouette ! Au foot/sport de contact, même si les textes de loi étaient bien foutus et ils ne le sont pas, l'estimation de la dangerosité sera toujours présente et subjective. Alors, pour minimiser les polémiques, deux mesures sont efficaces. D'une part mieux voir, c'est-à-dire se repasser la phase, d'où l'utilité du review télévisé. D'autre part, être plusieurs, si possible fute-fute, à la revisionner : c'est-à-dire confronter plusieurs subjectivités pour mieux tendre vers un consensus, une cohérence. Le jour où, de par le monde footeux, les instances dites de review traqueront ces problèmes hebdomadairement, on finira par les inviter à prendre le pouvoir... c'est-à-dire à LE FAIRE EN DIRECT : à s'installer (le rugby le fait) au stade dans un petit local/TV bien chaud à l'abri des huées, et à communiquer si besoin leur décision via oreillette à l'arbitre de champ, ce qui ne prendrait pas tant de temps, non non non ! Peu à peu, le ref traditionnel se muera sans doute en subalterne...mais finira heureux de l'être car cessant d'être abonné aux engueulades, si si si ! Et ne me dites pas qu'on recourrait alors à une armée d'arbitres, ce serait d'abord une redistribution des six rôles actuels : car les décideurs du petit local bien chaud peuvent fort bien suppléer les actuels comparses de l'arbitre de champ...trois d'entre eux au moins glandent à rien juger les trois quarts du temps ! Je rêve, mais je termine en vous citant un autre avantage, suite à une réflexion de Felice Mazzu, qui a choqué certains mais pas moi. A l'issue de la défaite contre Anderlecht, le coach carolo a dit à Sudpresse : "Anderlecht a été plus malin que nous dans le vice, nous devons encore grandir à ce niveau, notamment dans la pression sur le corps arbitral." Cynique ? Réaliste : un témoignage de plus attestant que s'efforcer de mettre le brave arbitre influençable en poche, c'est un paramètre effectif pour espérer la victoire. Eh bien, imaginez les joueurs d'un foot où l'homme au sifflet ne sera plus maître absolu : à quoi bon encore contester, flatter, insulter ou caresser dans le sens du poil un gars qui ne fait qu'appliquer des décisions (qui plus est, collégiales) parvenues d'ailleurs jusqu'à ses écoutilles ? Et quand les supporters mettront eux aussi la pression en huant tout leur saoul (ce qui ne veut pas dire qu'ils sont tous saouls), l'homme au sifflet, déculpabilisé, se surprendra à garder son sourire... BERNARD JEUNEJEANPeu à peu, le ref traditionnel se muera sans doute en subalterne, mais finira heureux de l'être car cessant d'être abonné aux engueulades.