Pendant quatre ans, Johan Micoud a été le patron du Werder Brême. Le médian français distribuait des passes précises, décelait les brèches, animait l'attaque. Le départ de l'ancien international pour Bordeaux, l'été dernier, a plongé le club du Weser dans le désarroi. Cependant, le directeur sportif, Klaus Allofs, et le coach, Thomas Schaaf, ont réagi avec promptitude. Ils ont acquis le Brésilie...

Pendant quatre ans, Johan Micoud a été le patron du Werder Brême. Le médian français distribuait des passes précises, décelait les brèches, animait l'attaque. Le départ de l'ancien international pour Bordeaux, l'été dernier, a plongé le club du Weser dans le désarroi. Cependant, le directeur sportif, Klaus Allofs, et le coach, Thomas Schaaf, ont réagi avec promptitude. Ils ont acquis le Brésilien Diego au FC Porto, contre six millions. Le dribbleur a obtenu un contrat valable jusqu'en 2010. Au Portugal, il n'était pas parvenu à s'imposer. Il devait donc faire ses preuves au Werder. Agé de 21 ans, Diego a saisi sa chance car nul ne parle plus de Micoud à Brême. La direction du club a gagné son pari. Jusqu'à présent, ce transfert est une éclatante réussite. Véritable numéro dix, Diego s'est étiolé au Portugal sous la férule du sévère Co Adriaanse, qui prône une discipline sans faille et mise sur une organisation et un jeu collectif qui ne conviennent absolument pas au brillant technicien un brin individualiste qu'est Diego. Schaaf, lui, accorde confiance et liberté au Brésilien. Après neuf journées en Bundesliga, le régisseur a déjà marqué cinq buts et délivré huit assists. Diego retrouve progressivement le niveau qu'il avait atteint de 2001 à 2004 à Santos. A l'époque, au Brésil, on comparait le jeune médian à Pelé, la légende du club. Vista, technique, efficacité devant le but, ces atouts rappelaient le Roi. Comme celui-ci, à 17 ans, il a conduit le club au titre, avec Robinho (Real Madrid). Les deux talents ont d'ailleurs effectué leurs débuts en équipe nationale en même temps mais Diego a ensuite pâti de ses piètres prestations au Portugal. Maintenant, il peut espérer retrouver la Seleção. " Depuis mes seize ans, je suis habitué à jouer sous pression et à assumer mes responsabilités ", a confié Diego au quotidien Die Welt. " Nous devons oser être ambitieux. Le championnat se jouera entre le Bayern et le Werder, c'est aussi simple que ça. Nous devons aussi briguer un résultat en Ligue des Champions. Celle-ci constitue l'occasion rêvée de démontrer ce dont nous sommes capables sur le plan international. Je veux exploiter ma créativité mais je dois acquérir de l'expérience pour justifier mon statut de talent ". F. VANHEULE