À l'heure où le grand débat sur les retraites montre un peu plus à quel point notre monde est devenu odieux et injuste, il y a des retraités qui ne connaissent pas les mêmes affres que celles de millions de courageux qui ont usé leur vie à enrichir la minorité qui les méprise une fois la rentabilité tarie. On parle bien sur des footballeurs. Pour eux, le blême n'est pas de continuer d'avoir assez d'argent pour survivre mais bien de ne pas trop en perdre pour continuer à vivre.
...