"Jamais facile pour personne de reprendre le championnat et ça se vérifie encore plus dans les grands championnats européens où tout est tellement serré que ça prend une dimension folle. Une trêve peut autant servir à recharger les accus qu'à... briser un élan. D'autant que pas mal de clubs de pointe ont la CAN à gérer avec l'absence de leurs internationaux africains.
...

"Jamais facile pour personne de reprendre le championnat et ça se vérifie encore plus dans les grands championnats européens où tout est tellement serré que ça prend une dimension folle. Une trêve peut autant servir à recharger les accus qu'à... briser un élan. D'autant que pas mal de clubs de pointe ont la CAN à gérer avec l'absence de leurs internationaux africains. En Angleterre, il n'y a pas de trêve mais quand même une brisure de rythme quand on sort du foot des fêtes où les gars jouent une demi-douzaine de matches entre le 15 et le 31 décembre. Tout le monde veut bien se placer et gare aux déceptions : Newcastle vient de virer Graeme Souness, Chelsea fait deux nuls, Liverpool perd aussi des points et Arsenal qui se fait éliminer des deux Coupes se retrouve tout à coup à 11 points de Manchester United et en dehors du quatuor qualifié pour la Ligue des Champions 2007. Bien sûr, il lui reste les huitièmes de finale contre le Real mais c'est dur pour les Londoniens. En ce qui concerne le mercato, rien de particulier sinon la demi-douzaine de joueurs acquis par l'avant-dernier Portsmouth. En Espagne, le Real a l'air enfin requinqué après deux semaines de préparation suivant un premier tour raté du fait d'une tournée mondiale estivale de matches amicaux ; lucrative, certes, mais qui a coupé les jambes. Maintenant, avec le nouveau coach Lopez Caro, on retrouve une cohésion magnifiée par un Zinédine Zidane, qui bénéficie d'un second souffle. Mais le Real joue pour être deuxième : le Barça est toujours aussi impressionnant car agréable et efficace. Quand on a Ronaldinho et LionelMessi, on ne souffre pas de l'absence d'un SamuelEto'o parti à la CAN, même s'il avait inscrit 18 buts en 18 matches en Liga ! En Bundesliga, la trêve n'a rien changé pour le Bayern qui a immédiatement cravaché mais Hambourg a perdu sa deuxième place malgré le transfert du Brésilien Ailton. En Allemagne, c'est comme dans les autres gros championnats (France y comprise avec Lyon) : il y a un gros bras devant et les autres qui courent derrière. Fin février, le souffle excitant de la reprise sera passé et on aura d'autres intérêts, mais moi j'adore cette période-ci. Ça bouge dans tous le sens et c'est aussi le moment où certains joueurs mettent à profit des baisses de régime ou des absences pour s'imposer. " Fréderic Waseige