A partir de cette semaine, les supporters peuvent échanger leur carte, qui vient à expiration à la fin de la saison, contre une nouvelle, dans les clubs ou à la Ligue pro. Une formalité d'une minute. La carte coûte 500 francs et est valable jusqu'en 2004. En compensation, l'acheteur obtient des bons de réduction d'une valeur totale de 4.000 francs.
...

A partir de cette semaine, les supporters peuvent échanger leur carte, qui vient à expiration à la fin de la saison, contre une nouvelle, dans les clubs ou à la Ligue pro. Une formalité d'une minute. La carte coûte 500 francs et est valable jusqu'en 2004. En compensation, l'acheteur obtient des bons de réduction d'une valeur totale de 4.000 francs.Michel Declerck (ex-Alost) travaille pour la firme anversoise ?-clyps. Vendredi, lors de la présentation de la carte, il a promis le développement d'une "G04FUN-club card" dotée d'avantages supplémentaires. Le supporter quittera le stade avec le sourire même en cas de défaite, car il aura des points de bonus... On a également pensé aux entreprises. Celles-ci peuvent acquérir une Company Card qui donne droit à l'achat de dix, vingt ou trente billets, en fonction de son prix. Les sociétés paieront respectivement 5.000, 7.500 ou 10.000 francs. Les clubs de supporters obtiennent des facilités. Pour 1.500 francs, ils peuvent obtenir une carte sur laquelle enregistrer jusqu'à 30 numéros de membres. Ces deux cartes spéciales seront disponibles à partir du 15 juillet. Dans le courant de la saison, on installera des distributeurs auxquels les détenteurs de cartes de supporters pourront retirer leurs billets pour les matches. Jointe aux cinq points de vente extérieurs que chaque club peut ouvrir dès la saison prochaine, cette mesure facilitera la vie des supporters. Cette carte est-elle indispensable pour assister à un match de D1? Ça dépend du ministre de l'Intérieur, Antoine Duquesne. Jusqu'à présent, chaque détenteur d'une carte pouvait acheter quatre billets par match. Ceux qui n'en avaient pas pouvaient présenter leur carte d'identité. Tout en souhaitant qu'on puisse identifier les supporters, les différents ministres de l'Intérieur ne se sont jamais exprimés en faveur de la carte de supporter, au vu des nombreuses péripéties qui ont entouré le développement du projet (commercial) de la Ligue depuis trois ans. Un arrêté royal est pour l'instant sur le bureau de Duquesne. Une fois celui-ci signé et publié, les normes seront plus strictes et la carte obligatoire. Le projet précise qu'on ne peut délivrer qu'un billet par carte et que le contrôle doit s'effectuer par les voies électroniques. On ne mentionne pas explicitement la carte de supporter mais le terme "électronique" semble exclure la carte d'identité. Le ministre avait déjà insisté sur le principe une carte-un billet, le terme "électronique" restant sujet à discussion et à d'éventuels changements, craignait le représentant de la police, vendredi. La carte est débarrassée de ses maladies d'enfance. La plupart des clubs ont changé de système cette saison. Le système actuel est plus efficace. En éliminant les vides qui subsistent actuellement, on ne peut qu'améliorer le fonctionnement de la carte : mauvais usage de la notion de supporter neutre pour ceux qui n'ont pas de club préféré, défaut de contrôle après la vente de billets, problématique des faux billets... Sur ce plan, il y a au moins une modification: la notion de supporter neutre disparaît. Ceux qui achètent une carte doivent émettre une préférence.La Ligue pro a réalisé des investissements considérables ces trois dernières années. Installation, frais de lancement, introduction d'un système alternatif (un supplément de 24 millions), ces posqtes ont engendré un déficit de 99.809.108 francs. Après les semailles, le temps de la récolte est donc venu. 280.000 personnes détiennent actuellement une carte, la Ligue vise les 300.000. A 500 francs la carte, ça ferait 150 millions. Jupiler sponsorise l'entreprise pour trois ans, à concurrence de 60 millions, Keyware donne 15 millions. La vente des tickets rapportera 10 autres millions. Côté dépenses, la Ligue a budgétisé 73 millions pour les trois années à venir. En 2004, les clubs professionnels veulent avoir gagné environ 160 millions grâce à cette initiative si souvent contestée en leur sein même. Peter T'Kint