Si vous avez récemment regardé Téléfoot, vous y avez vu Corentin Tolisso en plateau alors qu'il se trouvait à Munich. Développée par l'entreprise carolo, cette technologie a de plus en plus de succès et débouche sur des collaborations avec l'Angleterre, l'Allemagne, l'Inde...
...

Si vous avez récemment regardé Téléfoot, vous y avez vu Corentin Tolisso en plateau alors qu'il se trouvait à Munich. Développée par l'entreprise carolo, cette technologie a de plus en plus de succès et débouche sur des collaborations avec l'Angleterre, l'Allemagne, l'Inde... Les images avaient fait le tour du monde lors du Mondial : des Diables ( Axel Witsel, Thibaut Courtois, ...) apparaissant sur le plateau de la RTBF pour y être interviewés, comme s'ils avaient été " téléportés " depuis la Russie. Science-fiction ? Non, le savoir-faire de Dreamwall, entreprise belge (Marcinelle) également active pour TF1 durant le tournoi. Ces collaborations se sont poursuivies et enrichies, aussi bien en Belgique qu'en France. " Nous avons participé à la création d'effets virtuels et à l'intégration du décor dans un stade virtuel pour Téléfoot ", explique Thibault Baras, directeur général " Et le procédé de téléportation a été utilisé plusieurs fois. Récemment, Corentin Tolisso a été interviewé de la sorte. Nous avons aussi signé un gros contrat avec RMC sport, qui a lancé plusieurs chaînes. Nous avons mis en place 8 décors virtuels. " En Belgique, le jeudi soir, l'entreprise accueille dans ses studios la RTBF pour l'Europa League. " Une équipe de la BBC est venue assister à une soirée, en décembre. Les Anglais ont investi dans ce domaine et ils cherchaient à améliorer Match of the Day. Nous avons aussi des contacts récurrents avec la Bundesliga. Les Allemands disposent d'un grand territoire et ils perçoivent un intérêt à utiliser la technologie pour réaliser des interviews à distance. " A terme, Dreamwall vise d'autres marchés. " Coupe du Monde de cricket et de rugby, Coupe d'Afrique des Nations, J.O., ... Le sport a plusieurs atouts. Il incite les foules à se déplacer dans des stades où on peut proposer du contenu aux spectateurs (affichage d'objets virtuels, etc.). Il y a aussi ceux qui le regardent à la télé, ce qui incite les chaînes à se différencier dans le traitement des contenus. " En 2018, 25% des activités de Dreamwall concernaient le sport. " Et ce chiffre va augmenter. Les technologies deviennent accessibles et plus mobiles, avec davantage de possibilités de déploiement auprès des stades. "