La pression était sans doute plus forte que la première fois. Du moins, celle que les autres mettaient sur ses épaules. Deux ans plus tôt, Kaveh Rezaei avait atterri à Charleroi dans le costume d'un coup de poker iranien, rapidement transformé en all-in au terme d'une saison conclue en play-offs 1, quand le champion brugeois lui ouvrait les portes de son vestiaire et de la Ligue des Champions. Cette fois, l'attaquant revient avec la charge d'un club à relever après une saison en play-offs 2, le poids d'une saison à oublier chez les Blauw en Zwart, et l'encombrant héritage du prodigieux Victor Osimhen à assumer.
...