InakiSaez, le nouveau coach fédéral, avait promis de nombreux changements dans l'équipe nationale appelée à rencontrer la Hongrie, ce soir à Budapest, dans le cadre d'un match d'hommage à FerencPuskas. Il a tenu parole. RaulBravo, le latéral du Real Madrid, est la principale surprise dans la sélection. Mais d'autres néophytes ont été convoqués: Orbaiz de Bilbao, GarciaCalvo de l'Atletico Madrid, Juanito du Betis Sévilleet Marchena de Valence.
...

InakiSaez, le nouveau coach fédéral, avait promis de nombreux changements dans l'équipe nationale appelée à rencontrer la Hongrie, ce soir à Budapest, dans le cadre d'un match d'hommage à FerencPuskas. Il a tenu parole. RaulBravo, le latéral du Real Madrid, est la principale surprise dans la sélection. Mais d'autres néophytes ont été convoqués: Orbaiz de Bilbao, GarciaCalvo de l'Atletico Madrid, Juanito du Betis Sévilleet Marchena de Valence. Inaki Saez, encore mal connu du grand public, était l'entraîneur des sélections nationales de jeunes qui ont remporté de nombreux trophées ces dernières années: champion du monde des -20 ans en 1999, champion d'Europe des -21 ans en 1998, médaillé d'argent aux Jeux Olympiques de Sydney en 2000, médaillé de bronze au Championnat d'Europe des -18 ans en 1997 et 2001, et 3e également du Championnat d'Europe des -21 ans en 2000. Il est d'origine basque, comme l'indique son prénom, et sa trajectoire sportive rappelle celle d'un certain JavierClemente. Il débuta à Baracaldo, où il évolua sous le sobriquet de Jaburu, en référence à un attaquant de couleur du FC Porto qui, durant la saison 1955-56, donna le tournis aux défenseurs de Bilbao dans le cadre d'un match de Coupe d'Europe. Lorsqu'il fut transféré à l'Athletic, Inaki Saez retrouva son véritable nom. Il remporta la Coupe du Roi à deux reprises (1969 et 1973) et fut vice-champion d'Espagne en 1970. Il fut aussi international A à trois reprises. Après la démission de JoséAntonioCamacho, il a été désigné pour lui succéder. "Le fait que j'ai connu plusieurs des vedettes actuelles lorsqu'elles évoluaient dans les catégories d'âge est certainement un avantage", admet-il. "J'ai déjà passé le stade des premiers contacts et cela facilitera nos relations. Je traite mes joueurs comme j'aimais que mes entraîneurs me traitent autrefois. C'est-à-dire, en utilisant un discours simple, en disant les choses de manière claire et précise, et en ne leur bourrant pas le crâne avec des tonnes de directives tactiques. Dans les catégories inférieures, j'utilisais la plupart du temps un 4-2-3-1, mais cela pourrait varier en fonction des joueurs qui figurent dans l'équipe. Il faut placer chacun dans le rôle qui lui convient le mieux". Inaki Saez n'a pas le charisme des grands entraîneurs médiatiques, mais il ne s'en formalise pas. "L'an passé, l'UEFA m'a octroyé le prix du sélectionneur le plus méritant au cours des dix dernières années pour les sélections de jeunes. C'est déjà une belle récompense".En Espagne même, la nomination d'Inaki Saez au poste de coach fédéral a déclenché peu d'enthousiasme. "Elle s'inscrivait dans la continuité puisque je suis un homme de la maison. D'une manière générale, je suis toujours demeuré fidèle à mon employeur. J'ai été joueur à l'Athletic Bilbao et je suis ensuite demeuré pendant 18 ans comme entraîneur dans ce club. J'ai rempli diverses fonctions, toujours avec une idée fondamentale en tête: créer une équipe et répondre à ce que les dirigeants attendaient de moi. C'est avec cette même philosophie que j'ai ensuite travaillé à la fédération et c'est de la même manière que je poursuivrai ma tâche à la tête de l'équipe A, désormais". (D.Devos)