Après la trêve hivernale, Hakim Ziyech a participé à la Coupe d'Afrique des Nations sous la vareuse du Maroc. En mai 2016, il a été élu joueur marocain de l'année. Beaucoup de gens, aux Pays-Bas, auraient aimé que le meilleur joueur de leur compétition se produise pour l'équipe nationale néerlandaise, comme on pourrait s'y attendre de la part d'un jeune homme né à Dronten. Mais non.
...

Après la trêve hivernale, Hakim Ziyech a participé à la Coupe d'Afrique des Nations sous la vareuse du Maroc. En mai 2016, il a été élu joueur marocain de l'année. Beaucoup de gens, aux Pays-Bas, auraient aimé que le meilleur joueur de leur compétition se produise pour l'équipe nationale néerlandaise, comme on pourrait s'y attendre de la part d'un jeune homme né à Dronten. Mais non. " Je joue pour le Maroc, qui est donc ma patrie ", raconte Ziyech. " Je ne représente pas les Pays-Bas, qui ne sont donc pas mon pays. J'y suis né, j'y ai grandi et je m'y sens très bien mais c'est tout. J'éprouve plus de sentiments pour le Maroc. Ma famille en est originaire et j'ai été élevé à la marocaine. Le Maroc n'est pas comparable aux Pays-Bas. Tout est différent, en fait, même indépendamment de la culture, de la météo, de la nourriture. Il y a aussi l'approche des gens. Je me sens simplement mieux au Maroc. " Les Marocains des Pays-Bas sont l'objet d'une discussion sociale. " La société se durcit ", explique l'agent de Ziyech, Mustapha Nakhli. " Les sondages pré-électoraux accordaient 33 sièges à Geert Wilders. Qu'est-ce que ça veut dire pour nous, les Néerlandais marocains ? Qu'une grande partie des Néerlandais nous rejette. " Ziyech : " Qu'on ne vienne pas dire qu'on rejette uniquement les criminels car on nous impute aussi la responsabilité de leurs méfaits. C'est épouvantable. J'ai déjà eu le sentiment d'être rejeté, considéré comme arriéré à cause de mes racines. " Ziyech et son manager affirment être régulièrement arrêtés parce qu'ils conduisent une grosse bagnole. " Récemment encore ", dit le footballeur. " Je revenais du Maroc. Un ami est venu me chercher à Schiphol et nous sommes rentrés à Dronten dans la Mercedes du club. Deux voitures de police nous ont interceptés. Nous ne roulions pas trop vite. La police nous a obligés à nous garer le long de l'autoroute, elle a fouillé l'auto ainsi que mes valises. J'ai été traité comme un criminel. Le sommet, c'est que les agents savaient que j'étais Hakim Ziyech, qui joue à l'Ajax. Ils m'ont humilié. J'ai conservé mon calme, ce qui est ma petite victoire à moi, mais ça aurait pu tourner mal. Je crois vraiment que tout le monde ne bénéficie pas des mêmes chances. En cette époque où un grand groupe de Marocains est pris pour cible, certains entament leur vie avec un handicap. Les Néerlandais d'origine marocaine qui ont réussi ont tout simplement reçu leur chance. Encore faut-il l'obtenir. Je pense que les jeunes Marocains de maintenant ont moins de chances, sauf s'ils connaissent le succès. Dans ce cas, tout le monde veut qu'ils soient néerlandais. Moi, franchement, je pense : allez vous faire voir. "