La deuxième ville des Pays-Bas peut à nouveau bomber le torse : avec huit succès d'affilée, son premier club réalise son meilleur début de saison depuis 1993-1994 et le PSV de 1999-2000. Il y a plus de vingt ans, Feyenoord avait connu la victoire dix matches d'affilée, avant de concéder un nul 2-2 contre l'Ajax. A titre d'info, le dernier de ses 14 titres date déjà de 1999.
...

La deuxième ville des Pays-Bas peut à nouveau bomber le torse : avec huit succès d'affilée, son premier club réalise son meilleur début de saison depuis 1993-1994 et le PSV de 1999-2000. Il y a plus de vingt ans, Feyenoord avait connu la victoire dix matches d'affilée, avant de concéder un nul 2-2 contre l'Ajax. A titre d'info, le dernier de ses 14 titres date déjà de 1999. Leader, Feyenoord totalise le maximum des points, ce qui est unique en Europe, mais a aussi le meilleur goal-average. La phalange de l'ancien international Giovanni van Bronckhorst (41 ans) a inscrit 23 buts et n'en a encaissé que 2. Elle n'avait plus connu pareil succès depuis la saison 1972-1973. " On peut toujours rêver ", déclare le capitaine Dirk Kuijt (36 ans), pour expliquer l'assurance actuelle des siens. " Mais vous ne m'entendrez pas dire que nous allons être champions. " Après le déplacement au NEC, Feyenoord aborde deux obstacles. Le 20 octobre, il reçoit le FC Zorja Louhansk, en Europa League, une scène sur laquelle il a vaincu Manchester United 1-0 mais a été défait sur le même score à Fenerbahçe. Le 23 octobre, il y a le choc contre l'Ajax. " Notre départ est excellent, sans plus. " Giovanni van Bronckhorst ne sera jamais un roi de la communication. Il accorde sporadiquement de longues interviews mais elles sont rarement personnelles. Son rayonnement a augmenté grâce à sa victoire en Coupe, 2-1 contre le FC Utrecht, la saison passée. L'ancien ailier gauche, qui s'est affilié à six ans au Kuip, a collectionné 106 sélections nationales de 1996 à 2010. Il est tranquille mais résolu. Il doit beaucoup à d'entraîneur Dick Advocaat, qui a assuré une partie de sa formation de joueur et qui l'a aidé à redresser l'équipe à partir de la fin février. " L'entraîneur est honnête ", raconte Eljero Elia (29 ans). " Il effectue ses changements sans s'intéresser aux noms et il parvient à motiver tout le monde. " Le budget de Feyenoord vient de passer de 34 à 50 millions. Il possède un stade empreint d'âme mais aussi, à nouveau, un noyau empreint de rage de vaincre, de respect et d'ambition. L'âge moyen a augmenté, dépassant les 27 ans. Les jeunes du cru, Sven van Beek, Lucas Woudenberg, Rick Karsdorp, Terence Kongolo et Tonny Vilhena, sont épaulés par des vétérans comme Brad Jones (34 ans), Jan-Arie Van der Heijden (28 ans), le taureau brésilien Eric Botteghin (29 ans), Karim El Ahmadi (31 ans), Kuijt et Nicolai Jörgensen (26 ans). Ce dernier, un avant, permet aux autres de mieux fonctionner, comme Steven Berghuis (24 ans, loué par Watford). Feyenoord va-t-il imiter Zulte Waregem et surpasser le PSV et l'Ajax ? A suivre. PAR FRÉDÉRIC VANHEULE