Si l'AZ joue les premiers rôles dans le championnat néerlandais, Stein Huysegems (23 ans) n'a guère l'occasion d'en profiter.
...

Si l'AZ joue les premiers rôles dans le championnat néerlandais, Stein Huysegems (23 ans) n'a guère l'occasion d'en profiter. Stein Huysegems : Nous avons pris un excellent début. Ce n'est pas inattendu. Le titre est et reste notre objectif, même si l'introduction des playoffs avec les huit meilleures équipes a modifié le concept du championnat. Nous devrons tenir compte de la surcharge engendrée par ces barrages, sans oublier la Coupe UEFA et la Coupe puisque nous restons en lice dans ces deux épreuves. Faire mieux que l'an passé où nous avons été éliminés en demi-finales. Notre mission relève donc de l'impossible mais nous devons au minimum passer la phase de poules. Ils ont tous deux un grand pouvoir de conviction et aucun détail ne leur échappe. Ce sont de grands entraîneurs. Van Gaal protège davantage ses joueurs de la presse. Adriaanse est sans doute un peu plus émotionnel. Par contre, sur le plan tactique, ils se valent. En effet. Ces joueurs devaient constamment permuter sous Adriaanse alors que maintenant, nous devons conserver cette organisation de manière plus stricte. L'ailier gauche doit rester près de sa ligne, provoquer l'adversaire, tenter de le prendre de vitesse et délivrer de bons services ou s'infiltrer. Kenneth Perez s'acquitte parfaitement de cette tâche actuellement. Ce n'est pas ma place favorite mais je m'incline devant le choix de l'entraîneur. Je joue fort peu. Je ne puis donc être satisfait de mon apport ni de mes prestations. Ma progression est freinée. Je veux avancer pas à pas mais pour l'instant, je piétine. Je dois saisir ma chance lorsque j'entre au jeu mais ce n'est pas évident du tout. Si la situation ne change pas rapidement, je devrai songer à une alternative pendant la trêve hivernale ou à la fin de la saison. Le club ne veut pas entendre parler d'une location. D'une part, sa confiance me fait plaisir mais de l'autre, je voudrais jouer plus régulièrement. J'ai donc regretté de ne pouvoir partir. L'AZ n'a pas beaucoup d'alternatives à gauche, en fait, et il souhaite me conserver en cas de problème. FRéDéRIC VANHEULE