Sergiy Serebrennikov (29 ans) n'a pas raté ses débuts avec Charleroi, contre Genk (victoire 2-1). L'Ukrainien prêté par le Club Bruges a marqué le deuxième but des Zèbres et s'est montré efficace de la première à la dernière minute, à la place de demi défensif de Sébastien Chabaud. " Tout le monde a vu que nous avions transféré un vrai joueur de foot ", lâcha Jacky Mathijssen. " Il va me faciliter la tâche. Il ne s'est pas beaucoup ...

Sergiy Serebrennikov (29 ans) n'a pas raté ses débuts avec Charleroi, contre Genk (victoire 2-1). L'Ukrainien prêté par le Club Bruges a marqué le deuxième but des Zèbres et s'est montré efficace de la première à la dernière minute, à la place de demi défensif de Sébastien Chabaud. " Tout le monde a vu que nous avions transféré un vrai joueur de foot ", lâcha Jacky Mathijssen. " Il va me faciliter la tâche. Il ne s'est pas beaucoup exprimé depuis son arrivée chez nous : il parle avec ses pieds, son intelligence et son talent. Certains de mes joueurs qui réclamaient une place dans le 11 de base constatent maintenant qu'ils n'ont pas le niveau d'un gars qui était réserviste d'une équipe comme Bruges. Ils doivent redescendre les pieds sur terre et se remettre au boulot ". Sergiy Serebrennikov : Mon premier match a été facilité par mon adaptation rapide. Dès le premier jour, j'ai eu l'impression d'être à Charleroi depuis deux ans. On a tout fait pour me mettre en confiance. Je l'ai parfois assumé au Club, mais aussi précédemment au Dynamo Kiev. No problem. J'ai travaillé là-bas avec Valeri Lobanovski, qui n'arrêtait pas de nous répéter que nous devions être capables de tout faire sur un terrain. Il disait souvent : -Vous n'avez pas le droit de réclamer un poste précis. Non. Il remonte à un an. Ou deux. Je n'en sais plus rien. Aucune idée non plus. Il y a tellement longtemps. (Il rigole). J'ai été vraiment accablé par les problèmes physiques. Ce n'était jamais très grave mais des petits pépins qui s'enchaînaient. Maintenant, j'en suis à 8 mois consécutifs sans contrariétés physiques et je touche du bois. Non. Mais tout est allé très vite. Charleroi s'est manifesté, et deux jours plus tard, mon prêt était réglé. Pour moi, c'était une très bonne solution car je voulais rejouer régulièrement. Je n'ai fait que deux matches partiels au premier tour : il me fallait autre chose. Bien sûr, j'y pense. Si je retrouve mon niveau avec Charleroi, pourquoi pas ? J'ai déjà été appelé 11 fois mais la dernière remonte à près de deux ans, dans un match contre l'Espagne. Le Mondial, c'est demain, mais j'estime qu'il n'est pas encore trop tard pour moi. PIERRE DANVOYE