Mi-septembre, Roberto Bisconti s'est fracturé la cheville dans un duel avec Mathieu Debuchy (Lille). Le médian, en fin de contrat à Nice, espère rejouer en janvier.
...

Mi-septembre, Roberto Bisconti s'est fracturé la cheville dans un duel avec Mathieu Debuchy (Lille). Le médian, en fin de contrat à Nice, espère rejouer en janvier. Robert Bisconti : Je suis à Saint-Raphaël où je suis un programme spécifique. On m'a ôté la plaque la semaine dernière et j'ai pu commencer à faire du vélo. Je dois retrouver la mobilité de ma cheville. Je pouvais déjà nager et faire de l'aquagym mais modérément. Je me trouve dans un centre spécialisé de réputation mondiale. Les kinésithérapeutes savent que faire pour ramener un sportif à son niveau. Je retournerai au club quand je pourrai marcher normalement, soit dans trois semaines, je pense. La seconde partie de janvier constitue l'objectif. Je suis dans les temps, si j'en crois le Dr. Popovic, du Standard, qui me soigne. Je lui fais confiance car il m'a déjà opéré avec succès du genou. Ses pronostics s'avèrent généralement exacts. (il rit) Cela va de mal en pis depuis que je ne joue plus. Non, soyons sérieux. Nous nous replions beaucoup trop et nos attaquants se retrouvent isolés. En début de saison, nous parvenions à nous créer une dizaine d'occasions par match contre une ou deux actuellement. Pas du tout. Notre équipe devrait nous permettre de terminer parmi les dix premiers. Le forfait de Cédric Varrault, notre capitaine, et le mien ont quelque peu déséquilibré l'équipe. Cela nous coûte des points, même si nous disposons d'un noyau étoffé. Je suis personnellement convaincu que nous allons atteindre notre objectif, le top dix. Absolument. Il m'a fallu quelques mois pour être sensible à son attrait car auparavant, le foot français m'intéressait très peu. Le niveau est très élevé, en technique, tactique et en puissance. Je m'amuse et j'ai déjà montré que je pouvais signifier quelque chose ici. Les Français profitent pleinement de leur excellente formation. Ici, il n'y a pas d'étrangers de troisième rang. Il faut avoir fait ses preuves avant d'obtenir une chance. Le Strasbourgeois Mickaël Pagis est très complet mais les Marseillais Wilson Oruma et Franck Ribéry sont aussi des joueurs fantastiques. Ils sont audacieux, fins techniciens et réalisent de belles actions. FRéDéRIC VANHEULE