Le gardien de La Louvière fut une des surprises de René Vandereycken dans le groupe des Diables qui a préparé le match contre l'Arabie Saoudite. Cette première sélection, il ne s'y attendait pas du tout.
...

Le gardien de La Louvière fut une des surprises de René Vandereycken dans le groupe des Diables qui a préparé le match contre l'Arabie Saoudite. Cette première sélection, il ne s'y attendait pas du tout. Michaël Cordier : Ma surprise a été totale. Je me préparais à rejoindre les Espoirs le lundi pour la préparation du match en Bulgarie. La veille, j'ai reçu un coup de fil de la Fédération. Ce n'était pas avec les Espoirs mais avec les A que je devais m'entraîner le lendemain. Je ne pouvais pas m'y attendre après la saison que j'ai connue avec La Louvière. Je suis conscient d'avoir réussi de bonnes choses, mais sur le plan collectif, ce ne fut quand même pas super, hein ! Pour être honnête, je pensais que je devrais encore faire mes preuves pendant un an avec les Espoirs avant d'avoir une chance de rejoindre l'équipe A. J'ai très peu parlé avec lui. Nous avons un peu discuté le dimanche à Knokke, au Gala du Footballeur Pro. Mais durant la semaine, non, nous n'avons plus eu de contact direct. Pas du tout. Le coach avait appelé trois nouveaux gardiens pour le match contre l'Arabie Saoudite, il y en a un qui a sauté pour la Slovaquie, c'est moi, ce n'est pas un problème. Je suis déjà content de ce que j'ai vécu. Je retrouve les Espoirs, c'est très bien aussi. J'ai encore beaucoup de choses à prouver avec eux : je n'ai encore disputé qu'une mi-temps avec cette équipe. Un match amical, contre le Cercle Bruges. Non. Rien du tout. Gand semble intéressé mais je dois réfléchir. Je suppose que Frédéric Herpoel va rester dans ce club. C'est évidemment important comme donnée. Je veux continuer à jouer chaque semaine. Il semble aussi qu'il y ait de l'intérêt du côté de Lokeren et du Brussels. A moi de prendre la meilleure décision. Je ne suis pas intéressé. Je vise plutôt un club du milieu de classement où je pourrais être titulaire. Etre réserviste, non merci, même pas au Sporting. Je n'ai guère de nouvelles fraîches. J'ai eu une seule entrevue avec Filippo Gaone : il m'a dit qu'il me laisserait partir pour que je puisse continuer à progresser, malgré le contrat d'un an qu'il me reste chez lui. S'il faut rester, je resterai, mais il est clair que je souhaite partir dès cet été. Je ne m'impatiente pas : on a jusqu'au 31 août pour trouver une solution. P. DANVOYE