Vendredi prochain, Michael Schumacher recommencera à conduire la F2005 afin de se rendre personnellement compte des progrès effectués par les pneumatiques et le moteur, deux nouveautés par rapport à la saison dernière. Entre-temps, le metteur au point livre son premier diagnostic.
...

Vendredi prochain, Michael Schumacher recommencera à conduire la F2005 afin de se rendre personnellement compte des progrès effectués par les pneumatiques et le moteur, deux nouveautés par rapport à la saison dernière. Entre-temps, le metteur au point livre son premier diagnostic. Les essais ont bien marché. Nous avons tenté avec succès de couvrir la distance de deux GP. Désormais nous devons travailler la récupération de la puissance. La baisse des cylindrées nous a coûté 200 chevaux. Cette amélioration se fera au détriment de la durée de vie du moteur. Non, il ne changera rien à la manière de conduire car mener une F1 au maximum de ses limites restera toujours un travail d'une extrême difficulté. Je dirais bien. Nous avons effectué plusieurs tests d'endurance et tout s'est déroulé selon les programmes établis. Je peux dire que le moteur sera le point de fort de la Ferrari en 2006. Nous n'avons pas pu transformer les chenilles en papillons en quelques semaines. Nous sommes en train d'y travailler ferme et nous profiterons des deux mois et demi qui nous restent. Oui. Nous multiplierons les essais tant que possible. En 2005, nous avons totalisé 90.000 kilomètres de tests dont 30.000 pour moi. Le programme 2006 est encore en phase d'étude. Mais nous avons l'avantage de ne plus être les seuls à développer les pneus Bridgestone et cela devrait nous permettre de souffler un peu de temps en temps. Bien que leur durée constituait un de nos plus gros points faibles, ils n'étaient en tout cas pas la source de tous nos ennuis. Le moteur aussi avait ses limites. Non. Nous venons de commencer à le faire. Disons qu'à ce niveau, nous avons à peine commencé la préparation. Mais, c'est comme faire du vélo, cela ne s'oublie pas. Nous aurons peut-être besoin d'un peu de temps pour retrouver l'excellence. Ce n'est pas celui des années en or mais nous sommes tous convaincus que nous sommes capables de nous sortir de nos difficultés. ESM