José De Cauwer, l'ancien sélectionneur, travaille depuis quatre mois comme coordinateur des jeunes chez Davitamon-Lotto. " Le week-end, je visionne des courses de jeunes. En semaine, je cherche des sponsors, teste le matériel et suis certains coureurs. Je fais partie, avec trois autres personnes, d'un comité fixe qui règle les contrats, discute des transferts possibles et trace les grandes lignes. Nous ne nous occupons...

José De Cauwer, l'ancien sélectionneur, travaille depuis quatre mois comme coordinateur des jeunes chez Davitamon-Lotto. " Le week-end, je visionne des courses de jeunes. En semaine, je cherche des sponsors, teste le matériel et suis certains coureurs. Je fais partie, avec trois autres personnes, d'un comité fixe qui règle les contrats, discute des transferts possibles et trace les grandes lignes. Nous ne nous occupons pas de la tactique des courses, en revanche ". José De Cauwer : Il n'en a jamais été question. Après avoir longtemps assumé la responsabilité finale, j'ai opté pour les jeunes. Je ne cultive pas d'autre ambition. Quand j'estime que certaines choses pourraient aller mieux, je le dis mais je ne mêle pas directement du travail de Marc Sergeant ou d'Herman Frison. Si nous voulons conserver notre statut, nous devons faire preuve d'ambition et essayer d'enrôler Nuyens et Hoste. Ce ne sera pas facile car nous n'avons pas un budget comparable à celui de Rabobank ou de T-Mobile mais Davitamon-Lotto a une certaine tradition. Il parvient à réaliser de jolis coups sans dépenser trop d'argent. Le problème, c'est que les spécialistes des classiques flamandes sont très convoités. Le Pro Tour contraint les formations ibériques et italiennes à courir le Tour des Flandres, Gand- Wevelgem et Paris- Roubaix et elles sont lasses de n'avoir jamais leur mot à dire au final. C'est pour ça que la Caisse d'Epargne s'intéressait à un cycliste à la Gert Steegmans. Heureusement, nous avons prolongé son contrat à temps. Van Avermaet est un vrai talent qui a commencé à courir sur le tard. Il n'y a pas si longtemps qu'il était encore le gardien des Espoirs de Beveren. Il est un spécialiste des classiques qui doit tirer son plan dans les petits tours. Dominique Cornu vient du monde du VTT. C'est un spécialiste du contre-la-montre et son potentiel devrait lui permettre de s'exprimer en d'autres domaines aussi. En Espoirs, il s'est déjà montré à Liège-Bastogne- Liège et au Tour des Flandres. Je pense qu'ils se montreront déjà au Tour de Belgique, qui commence la semaine prochaine. J. VAN BAELE