Cinq ans au Borussia Dortmund lui suffisent. Le message de Jan Koller (32 ans), est clair. L'international tchèque, qui s'est produit à Lokeren et à Anderlecht avant son départ en Allemagne, rêvait d'un transfert lucratif. Il y a dix jours, il s'est occasionné une déchirure des ligaments du genou qui le met sur la touche pour six mois. Et Dortmund a saisi la balle au bond en lui proposant une prolongation de contra...

Cinq ans au Borussia Dortmund lui suffisent. Le message de Jan Koller (32 ans), est clair. L'international tchèque, qui s'est produit à Lokeren et à Anderlecht avant son départ en Allemagne, rêvait d'un transfert lucratif. Il y a dix jours, il s'est occasionné une déchirure des ligaments du genou qui le met sur la touche pour six mois. Et Dortmund a saisi la balle au bond en lui proposant une prolongation de contrat. Koller prendra une décision définitive la semaine prochaine... Jan Koller : Une série de clubs s'étaient informés auprès de mon manager. J'ai maintenant le temps de faire le point tranquillement. Elle ne me met pas la pression. Ce n'est pas un facteur décisif, pas plus que l'argent, d'ailleurs, car Dortmund m'a soumis une offre très intéressante. Je suis simplement parvenu à la conclusion qu'après cinq ans, j'avais besoin d'un nouveau défi. Pas du tout. Je ne jouerai jamais pour Schalke. Le président Reinhard Rauball sait que je ne rejoindrai pas un autre club de Bundesliga. Vous pouvez donc barrer le Hertha de votre liste aussi. Le football de la Premier League me fascine. La France et l'Italie m'intéressent aussi. Je veux encore réussir quelque chose pendant les deux ou trois saisons qui me restent. Il faut oser viser haut et repousser ses limites. Je ne comprends pas le pessimisme ambiant. En l'espace de deux ou trois ans, ce club peut redevenir un grand de Bundesliga. Il faut donner à de jeunes talents comme Nuri Sahin, Marc-André Kruska et David Odonkor la chance de poursuivre leur développement. Les prestations de Sahin, à 17 ans, méritent un coup de chapeau. Il doit se chercher un nouveau club. Tomas est prêt pour une formation de très grand format. Le championnat espagnol lui conviendrait à merveille. Je pense au Real ou à Barcelone. Le football y est plus technique qu'en Bundesliga. Il s'y épanouirait mieux. Non car Marco van Basten a imposé son style très vite. Il déborde de possibilités en attaques et généralement, son équipe concrétise deux occasions sur trois. Les Pays-Bas ont aussi un bon bagage technique et sont rapides. (ESM)