Après deux défaites et un match nul face à des candidats à leur portée, les Zèbres ont renoué avec la victoire dans leur antre en battant Beveren (4-0). Sur un terrain partiellement déneigé - les ouvriers communaux ont rempli leurs obligations jusqu'à 15 h, heure de leur fin de journée mais personne n'a pris le relais - les Carolos n'ont pas dû forcer leur talent pour venir à bout d'une opposition bien...

Après deux défaites et un match nul face à des candidats à leur portée, les Zèbres ont renoué avec la victoire dans leur antre en battant Beveren (4-0). Sur un terrain partiellement déneigé - les ouvriers communaux ont rempli leurs obligations jusqu'à 15 h, heure de leur fin de journée mais personne n'a pris le relais - les Carolos n'ont pas dû forcer leur talent pour venir à bout d'une opposition bien faible. Cela demande une approche particulière, évidemment. J'avais demandé à mes hommes d'évoluer avec un jeu plus simple car sur ce terrain, il n'est pas facile de mettre en place un autre système. J'avais insisté sur la nécessité de jouer des ballons plus longs que d'habitude et d'être présent dans la deuxième ligne, à la retombée du ballon. Malgré cela, je trouve que l'on s'est encore trop compliqué les choses. Et puis, on sait aussi comment fonctionne Beveren. Le jeu des Waeslandiens est basé sur la technique et le passing. C'était évidemment plus difficile d'agir de la sorte sur une telle surface. Ils sont toujours dos au but et n'ont pas de bons appuis. Si on les mettait sans cesse sur pression, on savait qu'ils allaient peut-être dribbler un ou deux hommes avant de se heurter à un de nos défenseurs. Je voulais absolument jouer car il ne faut pas se voiler la face : de telles conditions de jeu ne peuvent que nous avantager face à une équipe comme Beveren. Pour le moral, cette victoire va faire du bien à tout le monde. Tout le groupe semble de nouveau concerné. Ceux qui montent au jeu apportent quelque chose. Ils sont bien dans leur peau. C'est ce qui nous faisait défaut au premier tour et qui avait fait notre réussite l'année dernière. Il nous reste neuf matches de championnat et la Coupe de Belgique. J'espère que l'on gagnera les bons et que l'on perdra les moins bons. Même si finalement je signerais des deux mains pour remporter toutes les rencontres. On ne lâchera rien même face à certaines équipes. Celles qui croient avoir plus de talent que nous devront le prouver. S. VANDE VELDE