Le coach du Standard a réussi sa copie tactique à Beveren. Ses troupes ont souffert tout au long de la première mi-temps face à la cavalerie légère de Beveren. Le ton changea après le repos et l'introduction au jeu de Marius Niculae a fait la différence.
...

Le coach du Standard a réussi sa copie tactique à Beveren. Ses troupes ont souffert tout au long de la première mi-temps face à la cavalerie légère de Beveren. Le ton changea après le repos et l'introduction au jeu de Marius Niculae a fait la différence. Quel est votre sentiment à l'issue de ce déplacement ? Dominique D'Onofrio : Tout le monde sait que rien n'est jamais facile face aux techniciens de Beveren. Quand ils se mettent en tête de bien faire circuler la balle, tout se complique. Pour nous, il y a eu deux mi-temps. Avant le repos, nous n'avons pas bien géré le problème. Le Standard a mal entamé la rencontre et cela a donné confiance à Beveren. Cette équipe a tout simplement joué plus vite nous. Heureusement que Beveren n'a pas marqué. Après le repos, ce fut différent. J'ai retrouvé un Standard qui faisait bloc. Il s'est mieux exprimé dans tous les secteurs de jeu avec deux buts en guise de récompense. Cela fait du bien, c'est un bon point de repère après pas mal de semaines sans compétition et des remises que personne n'apprécie. Vos joueurs étaient-ils au courant du match nul signé par Bruges à Saint-Trond où le coup d'envoi avait été donné à 18 h ? Non, et je crois que c'était mieux ainsi. Ils étaient assez déconcentrés comme cela. Ils mènent leur route, les Brugeois la leur. Ces trois points nous feront beaucoup de bien pour la suite des événements. C'était le moment de se rassurer, de prendre nos marques, de prouver que nous étions dans le bon. Je suis satisfait des premiers pas d'Igor De Camargo sous le maillot du Standard. Il était là, bien présent, et a pesé sur la défense de Beveren. Igor a gardé le ballon, a eu deux ou trois occasions et a fait office de relais et de point d'appui. Mais il sait aussi qu'il peut mieux faire et apporter plus. La montée au jeu de Marius Niculae à la place de Mémé Tchite a fait la différence : c'est une bonne surprise ?Pour nous, ce n'est pas une surprise. Il y a longtemps que nous sommes convaincus qu'il détient d'intéressantes qualités sportives et humaines. En deuxième mi-temps, nous avions un problème au niveau de la ligne médiane. Le Standard évoluait carrément en 4-2-4 et c'est pour cela que le Dembelé-Geraerts a semblé en difficulté. Il manquait de liaison entre le centre du terrain et l'attaque. J'avais besoin d'un attaquant qui décroche afin de combler un espace de plus en plus grand. Marius sait faire cela. Il s'est replié, a travaillé et a marqué un but à distance, ce qui n'était plus arrivé depuis un petit temps. P.BILIC