Contrairement à ce que les chiffres peuvent laisser supposer, Anderlecht-La Gantoise (3-0) fut loin, très loin d'être un match d'anthologie. Pendant 40 minutes, le Sporting a cafouillé son football comme pas permis, au grand dam de ses supporters. Puis, en l'espace d'une poignée de secondes à peine, il a subitement tué tout suspense, conséquence de deux buts inscrits coup sur coup par Hannu Tihinen et Mbo Mpenza au p...

Contrairement à ce que les chiffres peuvent laisser supposer, Anderlecht-La Gantoise (3-0) fut loin, très loin d'être un match d'anthologie. Pendant 40 minutes, le Sporting a cafouillé son football comme pas permis, au grand dam de ses supporters. Puis, en l'espace d'une poignée de secondes à peine, il a subitement tué tout suspense, conséquence de deux buts inscrits coup sur coup par Hannu Tihinen et Mbo Mpenza au prix d'une talonnade à la Madjer. En deuxième période, l'aîné des frérots, qui n'avait plus inscrit un but depuis le 1er octo-bre, réussit un doublé personnel au bout d'un superbe mouvement collectif ayant impliqué Christian Wilhelmsson et Anthony Vanden Borre. Le Suédois aura d'ailleurs été le grand bonhomme de la deuxième mi-temps, semant très régulièrement le trouble dans la ligne arrière des Buffalos par le biais de ces accélérations et autres passements de jambes dont il a le secret. Un fameux contraste par rapport au début de saison, où il n'était que l'ombre de lui-même. Christian Wilhelmsson : Au même titre qu'Aruna Dindane l'année passée, j'ai sans doute été quelque peu perturbé par des considérations purement extra-sportives. Tout comme mon ancien coéquipier, j'avais la possibilité de rebondir ailleurs (Fiorentina) et j'ai cru que contrairement à ce qui s'était passé avec l'Ivoirien, la direction ne me retiendrait pas. Finalement, les responsables du club se sont quand même montrés inflexibles et il m'a fallu le temps de retrouver mes esprits. Ce fut d'autant plus long, dans mon cas, que j'ai voulu forcer les choses à un moment donné en jouant beaucoup trop la carte individuelle. Il en a résulté une moin-dre période qui s'est éternisée. Je n'en sais rien. Ce n'est pas encore à l'ordre du jour. Mon manager déblaie le terrain mais moi, je veux tout mettre en £uvre pour que l'équipe soit toujours en position de force au moment d'aborder le deuxième tour, que ce soit avec moi ou sans moi. Honnêtement, je ne me suis pas arrêté à ce détail. J'essaie toujours de donner le meilleur de moi-même. Je devais de toute façon une revanche dans la mesure où je n'ai pas toujours été brillant comme je l'aurais souhaité cette saison. B. GOVERS