"Profitez bien de vos vacances, ne pensez pas trop au football mais n'oubliez pas votre programme individuel ", avait dit Hein Vanhaezebrouck (51) à ses joueurs après la fête du titre, qui avait rassemblé 125.000 personnes à Gand. L'entraîneur lui-même est parti en vacances en Italie mais, après trois jours, il était déjà impatient de retrouver de vieilles connaissances.
...

"Profitez bien de vos vacances, ne pensez pas trop au football mais n'oubliez pas votre programme individuel ", avait dit Hein Vanhaezebrouck (51) à ses joueurs après la fête du titre, qui avait rassemblé 125.000 personnes à Gand. L'entraîneur lui-même est parti en vacances en Italie mais, après trois jours, il était déjà impatient de retrouver de vieilles connaissances. Comme l'ex-défenseur Rudi Cossey (53) qui, après dix-sept ans de bons et loyaux services, quitte Lokeren pour remplacer Peter Balette au poste d'adjoint. Pour des raisons familiales, Balette a en effet décidé de rejoindre Genk, plus proche de son domicile limbourgeois. Cossey a côtoyé Vanhaezebrouck à Daknam de 1998 à 2002. D'abord comme joueur puis comme entraîneur de jeunes et comme adjoint. " Il y a plus d'enthousiasme, une meilleure approche et une meilleure organisation à Gand ", constate immédiatement Cossey. " Pour moi, c'était comme découvrir une nouvelle école. C'est un nouveau défi, on cherche un peu ses marques. Ce projet m'intéressait énormément et je me considère comme un privilégié. " Thomas Matton (29), qui était en fin de contrat à Courtrai, connaît également les méthodes de Vanhaezebrouck, sous la direction duquel il a travaillé de 2012 à 2014. " Il tente de faire régner une bonne ambiance au sein du groupe et il est très fort tactiquement. C'est sa force par rapport à d'autres entraîneurs ", dit le médian infiltreur. Le jour de la reprise, deux cents personnes environ sont venues assister au premier entraînement. Manquent à l'appel les internationaux Rami Gershon (Israël), Enis Gavazaj (Albanie), Damjan Sivkovski (Macédoine) et Haris Hajradinovic (Bosnie-Herzégovine), la star nigériane Moses Simon (qui s'était vu accorder quelques jours de congé supplémentaires après le championnat du monde U20 en Nouvelle-Zélande), ainsi que Renato Neto, toujours en rééducation après une petite intervention au genou. " Tout le monde semble en condition ", dit Vanhaezebrouck. " Comme les vacances ont été courtes, ils n'ont pas eu le temps de prendre trop de poids. C'est une bonne chose. " Le Flandrien est heureux d'avoir pu conserver tous ses titulaires et de pouvoir reprendre avec un groupe relativement inchangé. Le défi consiste désormais à confirmer tout en jouant sur trois fronts. " Chaque trophée compte mais le plus important, ça reste le championnat ", dit Vanhaezebrouck. " Nous tenterons d'aller le plus loin possible en coupe de Belgique et en Ligue des Champions mais avant cela, le 16 juillet, il y a la Super Coupe face au Club Bruges. Nous n'allons pas snober cette épreuve. Notre but est d'être compétitifs sur tous les fronts, de progresser. On attend beaucoup de nous et c'est logique car nous avons pris une dimension supplémentaire. " Les tests physiques conduits mercredi dernier par le médecin à l'effort Jan Boone à l'hôpital universitaire de Gand démontrent que les joueurs avaient bien fait leur travail de vacances. Thomas Foket (68) présente la meilleure VO2 max devant Thomas Matton (67) et Benito Raman, qui est passé de 61 à 63. Stijn Matthys, le préparateur physique, est très content car il va pouvoir mettre la barre plus haut. " Même si cela ne nous garantit rien en matière de victoires ", dit-il. La première semaine d'entraînement est bien remplie. Les joueurs ne travaillent sur le terrain (pendant deux bonnes heures) que lundi et vendredi. Les autres jours, après le petit-déjeuner (8 h 30), ils vont courir dans les bois et font du fitness. Du travail de fond donc mais le ballon est aussi au rendez-vous lors de trois matches amicaux face à des clubs voisins. La première rencontre a lieu au RFC Wetteren, club issu de la fusion entre le Standaard Wetteren et le RRC Wetteren-Kwatrecht. Entraîné par Henk Houwaart, il monte en Promotion. Deux mille spectateurs sont au rendez-vous et les grands moyens sont déployés pour les accueillir. Des comptoirs supplémentaires ont été aménagés et un DJ combine la beat avec des tubes plus classiques comme Mia, de Gorki, en hommage au héros populaire gantois Luc De Vos, décédé cette année. Il règne une ambiance de kermesse, une odeur de bière, de saucisses et de frites mais, lorsque les joueurs pénètrent sur le terrain pour l'échauffement, tout le monde veut prendre un selfie ou faire signer un autographe. Dans les tribunes, de nombreux jeunes supporters agitent un drapeau et arborent un T-shirt AA Gent kampioen 2014-2015. Sven Kums, le capitaine, tente de s'asseoir aux côtés de Neto mais il doit à chaque fois se bouger pour que les supporters, dont quelques septuagénaires ou octogénaires, puissent faire des photos. Tout cela se passe avec le sourire tandis que, sur le terrain, le rythme n'est pas très élevé. On cherche surtout à faire circuler le ballon, il y a peu de profondeur et Gand s'incline (1-0). " Nous sommes déjà une grande équipe, nous avons surtout voulu mettre Wetteren en confiance ", rigole un délégué gantois lors de la réception. Lasse Nielsen (27) a le sourire également. Transféré de NEC à titre définitif, il a préféré Gand à Nantes. " J'ai laissé parler mon coeur ", dit le défenseur central danois. " Nantes fut le premier club à me faire une proposition. J'ai visité la ville et le stade mais j'aspirais avant tout à une certaine stabilité sur le plan sportif. Je veux devenir un pilier de ce club. De plus, je vais retrouver la Ligue des Champions, que j'ai déjà connue avec Aalborg. " L'étape suivante est à De Pinte, où les espoirs Rron Broja et Sad'eeq Yusuf Ahmat retrouvent Ward Diricks (ex-Anzhi), leur nouvel entraîneur adjoint. Le vendredi matin, ce titulaire d'une maîtrise en sciences du mouvement les a soumis à une séance individuelle intense. Ici aussi, c'est la kermesse : on fait la file pour entrer, l'ambiance est détendue, il y a un DJ, des pizzas, des pitas et un espace VIP. Dans le stand improvisé de Jartazi, l'équipementier, ça parle le dialecte gantois. Tommy Careel a engagé trois vendeurs et propose des écharpes (15 euros), des drapeaux (20 euros), des maillots (70 euros pour les adultes, 65 euros pour les enfants) et le maillot des champions (50 euros). Ce dernier article est très prisé. " C'est un collector ", dit l'ancien joueur du RWDM. " C'est notre directeur qui a eu la bonne idée de le mettre en vente. Nous en avons déjà vendu plus de 1.500 et nous venons d'en produire 4.000 de plus. Ils partent comme des petits pains. " Les organisateurs accueillent 1.900 personnes. Les jeunes forment une haie d'honneur tandis que les joueurs montent sur le terrain dans un nuage de fumée et au son d'une musique identique à celle de la Ghelamco Arena. Maarten Haeck, président de De Pinte, offre une écharpe spéciale à Gunther Schepens, le coordinateur technique tandis qu'au milieu du terrain, Rafinha (32), capitaine pour l'occasion, reçoit un cadre et des fleurs. Vanhaezebrouck aligne une équipe mixte par mi-temps. Après la pause, il permet aux supporters de découvrir les jeunes Siebe Horemans (international U17) et le rapide Elton Kabangu (17), un ailier gauche qui, au terme d'un match à sens unique, fixe le score à 0-4. " A cette époque de l'année, la seule chose qui compte, c'est de bosser dur ", dit l'Israélien Kenny Saief (21) en tentant d'échapper aux chasseurs de selfies et d'autographes. Moins de 24 heures plus tard, c'est au tour de Dikkelvenne, néo-promu en P1, d'accueillir les champions grâce au soutien de la banque VDK, sponsor des Buffalos depuis 1998 et qui vient de rempiler jusqu'en 2020. L'ex-Soulier d'Or Erwin Vandendaele, aujourd'hui scout pour Gand, est le régional de l'étape et il est chaleureusement applaudi. Sporza a délégué une équipe de tournage, tout comme la chaîne de télévision locale AVS. Au repos, la fanfare SintCecilia de Gavere connaît son heure de gloire. Le stade Marc Gevaert n'est manifestement pas fait pour accueillir 1.500 spectateurs et les enfants sont invités à prendre place devant les panneaux publicitaires. Une nouvelle fois, Hein Vanhaezebrouck épargne quelques joueurs car, le matin, ils sont allés au bois pendant une heure puis ont fait du fitness pendant une heure trente. " Je suis vidé ", dit Ante Puljic (27), qui n'a pas très envie de rejoindre Mircea Rednic au Dinamo Bucarest. José Alvarez et Hassan Ozkan (17) se voient ainsi accorder une chance dans un match que les Gantois remportent sur le fil (1-2), avec deux buts de Kenny Saief. Après le coup de sifflet final, nouvel envahissement de terrain. Personne n'y échappe. Le médian Hannes Van Der Bruggen, fêté par l'administration communale d'Erpe-Mere quelques jours plus tôt, n'en revient pas. " Soudain, nous sommes à la mode. C'est fou, hein ! Ça donne la chair de poule. " PAR FRÉDÉRIC VANHEULE - PHOTOS : BELGAIMAGE" Lors des PO1, Kalifa Coulibaly a démontré plusieurs fois sa valeur face aux meilleures équipes belges. " Michel Louwagie " Je veux travailler à long terme. " Hein Vanhaezebrouck