Poussif, le mercato d'été l'aura longtemps été, jusqu'à ce qu'il s'emballe soudain infine. Dans le chef du Standard, en particulier, qui a passé la surmultipliée en vue de la deadline en jetant son dévolu sur trois attaquants, et non des moindres : Mémé Tchité, AloïsNong et Mbaye Leye. Les Rouches se devaient absolument d'étoffer leur division offensive suite aux départs conjugués de Milan Jovanovic, Dieumerci Mbokani et Igor de Camargo. Des transferts sortants synonymes jusqu'il y a peu d'indigence offensive puisque, depuis la reprise, une seule pointe était arrivée à marquer en championnat : Luigi Pieroni. Un ex-international qui, par la force des choses, risque d'être exposé à Sclessin à la même déconvenue que chez les Buffalos où il était barré par Leye, Elimane Coulibaly et Zlatan Ljubijankic. Pour lui, l'enfer est et reste les autres, manifestement.
...

Poussif, le mercato d'été l'aura longtemps été, jusqu'à ce qu'il s'emballe soudain infine. Dans le chef du Standard, en particulier, qui a passé la surmultipliée en vue de la deadline en jetant son dévolu sur trois attaquants, et non des moindres : Mémé Tchité, AloïsNong et Mbaye Leye. Les Rouches se devaient absolument d'étoffer leur division offensive suite aux départs conjugués de Milan Jovanovic, Dieumerci Mbokani et Igor de Camargo. Des transferts sortants synonymes jusqu'il y a peu d'indigence offensive puisque, depuis la reprise, une seule pointe était arrivée à marquer en championnat : Luigi Pieroni. Un ex-international qui, par la force des choses, risque d'être exposé à Sclessin à la même déconvenue que chez les Buffalos où il était barré par Leye, Elimane Coulibaly et Zlatan Ljubijankic. Pour lui, l'enfer est et reste les autres, manifestement. Des trois ténors traditionnels, Anderlecht et Bruges se seront révélés les plus sages au cours des dernières heures du marché. Logique dans la mesure où, de part et d'autre, les activités en matière de transhumance avaient battu leur plein plus tôt avec un tas d'arrivées en cascade : une nouvelle vague tchèque et argentine du côté des Mauves ( Jan Lecjaks, Pablo Chavarria, Pier Barrios) et une autre, de coloration liégeoise au Club, où l'on avait délogé du bord de Meuse le duo Marcos Camozzato- WilfriedDalmat qui n'y faisait plus figure de priorité. In extremis, les Bleu et Noir ont engagé l'international costaricain Junior Diaz, actif au Wisla Cracovie la saison passée, pour compenser le départ de Michael Klukowski, parti à Ankaragücü, en Turquie. Ils se sont séparés aussi, en toute dernière instance, de Momo Dahmane, considéré comme l'une des pommes pourries du noyau. A Anderlecht, on s'est contenté d'élaguer le groupe pro avec les cessions de Sasha Iakovenko à Westerlo (un an, à l'image de ce qui s'était déjà produit en 2009-2010) et de Bouba Saré à Rosenborg (6 mois). La seule inconnue, au plan des entrées, concerne le sort que la FIFA réservera au dossier de l'Egyptien Mahmoud Shikabala, auquel les Champions de Belgique n'ont pas encore renoncé. Deuxième au terme de la défunte campagne, vainqueur de la Coupe et qualifié à présent pour les phases des poules de l'Europa League, La Gantoise a produit un ultime effort également pour mettre le plus d'atouts de son côté dans les semaines à venir. Pour contrebalancer le départ de Roberto Rosales au FC Twente, elle s'est tournée vers le Croate Mario Baric du NK Karlovac. Et afin de pousser Kenny Thompson dans ses derniers retranchements sur l'autre aile, les Gantois ont transféré aussi le Brésilien Wallace Fernando Pereira, venu de Frederikstad en Norvège. Suite aux migrations de Leye et de Pieroni sous les cieux de Sclessin, les dirigeants à Gentbrugge se sont rabattus sur un jeune prometteur pour leur ligne d'attaque : l'Equatorien Edson El Montano Angulo, originaire du même club que l'ex-gardien du Standard, Andres Espinoza : El Nacional. Avec lui, les Buffalos espèrent réitérer le même coup qu'avec un autre Sud-Américain, le Vénézuélien Rosales, qui avait coûté 250.000 euros avant d'être revendu pour 3 millions d'euros aux Tukkers. Genk, seul en tête avec le maximum des points après cinq journées, a bien failli réaliser l'un des coups fumants du marché estival avec l'embrigadement de l'ex-Anderlechtois Anthony Vanden Borre. Sa venue n'est que partie remise somme toute, vu que l'intéressé devrait être qualifié chez les Limbourgeois dès janvier 2011, puisque son employeur, Genoa, a tergiversé lors des ultimes péripéties du mercato. C'est qu'il fallait quand même s'accrocher avec le joueur qui, au cours de la journée fatidique du 31 août, était encore en négociations, le matin même, avec l'Hapoel Tel-Aviv où il avait même passé les tests médicaux avant de s'enfuir. Alors que tout paraissait bien emmanché, il se ravisa en dernière instance pour prêter une oreille attentive à son ancien coach au Parc Astrid, Frankie Vercauteren, visiblement désireux de lui accorder une nouvelle chance. Après deux ans et demi d'errance, à la Fiorentina d'abord, puis à Genoa et à Portsmouth, il est sans doute bon signe qu'à près de 23 ans, le copain de Vincent Kompany ait décidé de remettre son sort entre les mains d'un coach qui ne l'avait pourtant pas ménagé lors de leur trajectoire commune au RSCA. A Genoa, on ne tient pas à communiquer sur le sujet. Le directeur sportif StefanoCapozucca affirme qu'il n'a pas suivi l'affaire personnellement et qu'il fallait contacter l'administrateur délégué Alessandro Zarbano qui, à son tour, renvoie la balle à son collègue. En fait, les dirigeants râlent de ne pas avoir pu placer Vanden Borre à Lecce, Cologne, West Ham, Hapoel Tel-Aviv ou Genk. A Genoa, on nie le fait que le club s'est montré trop gourmand : " Il s'agissait d'un prêt gratuit ", assure Capozucca. " Le joueur a fait carton plein. Il a refusé toutes les offres concrètes qui lui ont été proposées. Il s'est dit intéressé par un retour au pays mais il a traîné avant de donner sa réponse. " Genk devait-il donc prendre en charge le salaire du joueur : 500.000 euros nets par an ? " Je n'en sais rien ", coupe directement Capuzzo avant d'ajouter : " Espérons qu'en janvier, on pourra conclure l'affaire. " Dans le monde du football la dernière impression prévaut souvent, c'est bien connu. On ne s'étonnera donc pas si, après la joute amicale entre la Finlande et la Belgique, remportée à la surprise générale (1-0) par les Nordiques, certains de nos dirigeants se sont intéressés de plus près à la main-d'£uvre finlandaise. Charleroi a jeté son dévolu sur un forward, Hermanni Vuorinen du FC Honka. Un gars qui a manifestement le sens du but puisqu'il a scoré 31 goals en 64 matches entre 2008 et 2010. Il s'ajoute à un autre élément que les Zèbres ont engagé un peu plus tôt, Romain Elie, qui s'était signalé lui aussi dans ce même laps de temps en étant désigné meilleur back gauche de L2 sous la casaque de Gueugnon d'abord (2009) puis d'Arles-Avignon l'été passé. Au Germinal Beerschot, par contre, on a eu moins de chance avec la Finlande. Tout portait à croire, en effet, que Roni Porokara, auteur de la seule réalisation face aux Diables Rouges, rejoindrait le Kiel. Son club suédois, Örebrö , avait d'ailleurs donné son aval pour la mutation mais c'est le joueur qui décida finalement de ne pas réserver de suite favorable à cette demande. A la hâte, les Ours tentèrent alors de convaincre le puncheur sénégalais Leye. Mais à choisir entre la Métropole ou la Cité ardente, le garçon privilégia le Standard. Dans une lutte acharnée contre le chrono, le Germinal Beerschot essaya de se rabattre aussi sur l'ancien Loup Mannaseh Ishiaku du FC Cologne ainsi que sur l'ex-Brugeois Dieter Van Tornhout, de Paralimni à Chypre, mais ce fut peine perdue. L'entraîneur Glen De Boeck doit donc continuer à composer avec quatre avants qui ne recueillent guère ses faveurs : David Janczyk, Tosin Dosunmu, AdnanCustovic et Bavon Tshibuabua. Une lueur dans la grisaille quand même : Sherjill Mc Donald devrait être opérationnel bientôt. Avec un compteur bloqué désespérément à zéro jusqu'ici, on ne sera pas vraiment surpris non plus si les deux nouveaux venus parmi l'élite, Eupen et le Lierse, ont fait preuve d'une activité de tous les instants avant la clôture du marché. Les Frontaliers ont fait leurs emplettes en Italie et en Suisse essentiellement (et plus spécialement dans la partie italienne de ce pays) mais c'est le retour au pays d'un certain Kevin Vandenbergh qui aura défrayé la chronique. Côté lierrois, il n'en va pas autrement avec la signature d'une autre gâchette bien connue : Wesley Sonck. Un garçon, au demeurant, qui figurait lui aussi sur les tablettes du Germinal Beerschot mais dont le dossier était en définitive resté sans suite en raison de ses exigences salariales : 2,5 millions d'euros pour trois ans. Les pensionnaires du Lisp ont encore mis le grappin sur un autre joueur dont le nom présente des consonances familières aux amateurs de foot : Benjamin Nicaise, qui jouait les utilités au Standard. Le FC Malines, lui, a hérité d'un autre Rouche : Christian Benteke, loué un an à l'instar de 2009-2010 à Courtrai. Un passage dont le joueur n'avait eu qu'à se louer... Enfin, on notera que certains clubs n'ont pas eu besoin de rectifier le tir lors des dernières heures du mercato. C'est le cas des Trudonnaires qui n'enregistrent ni entrées ni sorties et de Zulte Waregem qui s'est borné, en tout et pour tout, à céder son Danois Steffen Emenamm à Roulers. Une initiative imitée par le Cercle pour le jeune Jonas Buyse. Pour terminer ce tour d'horizon, on mettra en exergue une neuvième arrivée à Lokeren depuis l'entame de la présente saison : celle du Norvégien Geir LudvigFevang. De quoi porter à 12 nationalités les composantes du noyau. Ce qui ne constitue toutefois pas un record car le Lierse n'en compte pas moins de 15. Mais pour quels résultats ? par bruno govers - photos: belga