"Les nouvelles stars de l'équipe de France?" demande Frank Leboeuf. "Peut-être que leur succès est trop rapide, mais j'ai surtout peur que la jeune génération ne comprenne pas la notion de groupe. Je leur souhaite autant de succès, mais les faits démontrent que l'idée de groupe a toujours augmenté les chances de réussite. Je crains qu'après la Coupe du Monde on ne subisse ce problème. Beaucoup d'entre nous vont arrêter, et il faudra peut-être du temps pour trouver une nouvelle identité.
...

"Les nouvelles stars de l'équipe de France?" demande Frank Leboeuf. "Peut-être que leur succès est trop rapide, mais j'ai surtout peur que la jeune génération ne comprenne pas la notion de groupe. Je leur souhaite autant de succès, mais les faits démontrent que l'idée de groupe a toujours augmenté les chances de réussite. Je crains qu'après la Coupe du Monde on ne subisse ce problème. Beaucoup d'entre nous vont arrêter, et il faudra peut-être du temps pour trouver une nouvelle identité.Les mentalités n'évoluent pas dans le bon sens?Cela dépasse le cadre du football. Les jeunes en général sont de plus en plus individualistes. Dans un sport collectif, même si je sais que c'est chacun pour soi, il y a un minimum à respecter. Le succès de l'équipe de France a reposé sur sa solidarité, et c'est pour cela que je crains une période de transition alors que la qualité est là. S'il est doué, celui qui a pour devise -Je vis ma vie et le reste je m'en fous atteindra sans doute le niveau international, mais on parle de gagner, pas simplement d'atteindre le niveau. Pour gagner, il faut être vingt-deux. Ceux qui n'entrent pas dans le moule ne s'en sortiront pas. Henry, qui est sans doute le meilleur attaquant au monde aujourd'hui, ne fait pas la gueule quand il se retrouve sur le banc. Vous avez constaté ce type de comportement chez certains jeunes sélectionnés?Je n'ai pas le souvenir d'avoir vu des jeunes arriver avec le chou. Le staff technique les connaît tous, il opère déjà une sélection. Il y a une cinquantaine de joueurs en France qui peuvent intégrer le groupe, mais il y a des joueurs en place. Et il ne suffit pas d'être aussi bon que nous, mais d'être meilleur, car on sait ce que nous valons dans une compétition.Le groupe devrait évoluer d'ici la Coupe du Monde?Il y aura toujours l'évolution naturelle, des joueurs blessés, en difficulté dans leurs clubs... Mais aujourd'hui, je ne vois pas qui doit sortir et qui peut entrer dans ce groupe. Regardez Manu Petit. Il ne joue pas à Barcelone, il entre contre l'Allemagne, et il est le meilleur homme du match. Mais Manu s'entraîne, il sait pourquoi il court, il a toujours cette pensée pour l'équipe de France. D'ailleurs, on rêve qu'un jour un président nous achètera tous. On en a parlé des dizaines de fois. Bon, ça coûterait une certaine somme. Mais imaginez un milliardaire qui... Je pense qu'on gagnerait quelques matches.Vous devriez vous supporter au quotidien.Pendant la Coupe du Monde, nous nous sommes vus pendant deux mois, au même endroit, chaque jour. Et deux mois à Clairefontaine, c'est chiant! Quand tu ne joues pas et que tu affrontes les pompiers de Paris, malgré le respect que j'ai pour eux, c'est ennuyeux. Je savais pourquoi j'étais là. Je l'ai fait volontiers, ce qui ne m'empêchait pas de m'ennuyer profondément. Le bilan, c'est qu'il n'y a eu aucun conflit, aucune engueulade, chacun a respecté l'autre.