Le foot, c'est sur l'herbe. L'herbe, c'est vert jusqu'à nouvel ordre. Alors que la neige, c'est blanc jusqu'à preuve du contraire. Conclusion : entre le foot et la neige, il y a difficilement compatibilité. D'accord, la neige est un blanc manteau pur : certains chauvins de Jésus affirment même que CHAQUE FLOCON est une preuve de l'existence de Dieu, t'imagines ? ! D'accord, elle est belle quand elle chute, les flocons dansent mieux que les gouttes. Ou plutôt, d'accord qu'elle SERAIT belle s'il n'y avait pas en même temps le foot en lancinance : lequel rend la neige aussi abominable que l'Homme du même nom !
...

Le foot, c'est sur l'herbe. L'herbe, c'est vert jusqu'à nouvel ordre. Alors que la neige, c'est blanc jusqu'à preuve du contraire. Conclusion : entre le foot et la neige, il y a difficilement compatibilité. D'accord, la neige est un blanc manteau pur : certains chauvins de Jésus affirment même que CHAQUE FLOCON est une preuve de l'existence de Dieu, t'imagines ? ! D'accord, elle est belle quand elle chute, les flocons dansent mieux que les gouttes. Ou plutôt, d'accord qu'elle SERAIT belle s'il n'y avait pas en même temps le foot en lancinance : lequel rend la neige aussi abominable que l'Homme du même nom ! Dans la Belle Province en effet, l'ardeur d'avance n'a d'égale que les matches en retard. Nous en avions joué 17 avant Noël et 3 juste après, tout baignait alors dans l'huile, pas dans la neige : 3 week-ends demeuraient libres dans le calendrier en cas de remises, le championnat normal finirait comme prévu le 23 avril. Donc, même en cas d'implication ensuite dans un quelconque barrage ou tour final, l'alea jacta est serait pour fin mai au grand plus tard. Donc je pouvais me tailler quelques jours fin mai, donc j'ai réservé en janvier un truc pour la cause !... Tout le calendrier des loisirs a beau être dicté par le foot, faut quand même savoir intercaler aussi autre chose que le foot, non ? Voilà maintenant que j'angoisse : le week-end dernier était le sixième consécutif sans championnat, je broie du noir tellement ça n'arrête pas d'être blanc partout ; les gars s'entraînent avec des pieds gelés (et de plomb) quand ils veulent bien venir ; il restera 10 matches de championnat à partir de dimanche prochain... si on joue, et je n'en mettrais pas mon pied au feu par ce froid de canard ! Or, au classement, nous caillons sous le ventre mou plutôt que d'être au chaud dans celui-ci : un piège du genre barrages n'est pas à exclure, je vous épargne les détails mais j'ai fait les calculs ! A moins que je sois viré d'ici là, cette saloperie de poudreuse blanche pourrait donc me faire louper LE match décisif qui déciderait du sauvetage ou de la chute ! Cette perspective est insupportable : depuis qu'en 1991 m'a pris la folie d'occuper mes week-ends à coacher des bipèdes à crampons, je n'ai jamais loupé un match même amical... Le problème étant que, si j'opte pour me débiner d'un voyage pourtant réservé avec mon entier consentement, je boute alors le feu au climat familial ! En l'occurrence et ça me tue, je serais donc voué à me sentir gros lâcheur... Quoi qu'il arrive, faut donc rattraper au plus vite les matches remis, et c'est ici que notre URBSFA me retapote les nerfs. Traditionnellement, dans notre province, quand l'hiver météorologique nous a amené à pareille extrémité, le week-end de Pâques est exploité pour jouer deux fois à 15 h, le samedi et le lundi. Or, ce samedi pascal 2005 au soir est programmé Belgique-Bosnie, dit de la dernière chance pour ceux qui ont la chance de croire au Père Noël. Or, l'URBSFA a décrété voici quelque temps qu'aucun de ses clubs ne pouvait concurrencer (!) les Diables à domicile. Or, il paraîtrait qu'elle maintiendrait ici ce mot d'ordre, même si les petits comme nous jouons à 15 h, tandis que nos grands Diables jouent en soirée... Faut pas déconner, Union Belge ! D'abord, ce ne sera pas l'éventuelle absence de quelques lointains provinciaux luxembourgeois qui empêchera que le stade Roi Baudouin paraisse plein... ou vide ! Ensuite, nous regarderons le match à la télé, nous aurons même eu le temps de boire auparavant quelques bières en buvette. Enfin, faut pas placer à notre place les Diables au-dessus de tout : le footeux belge basique et idéal chouchoute d'abord son équipe, celle de ses potes et de son patelin. Ensuite et seulement, il s'intéresse aux Diables quand les Diables sont intéressants. Contre la Bosnie, ils ont d'ailleurs intérêt à l'être, à être réglos, courageux, victorieux, irréprochables. Blancs comme neige. Petite blague/devinette qui n'a rien à voir. Quel joueur le regretté Raymond Goethals, qui s'emmêlait souvent les pinceaux quand il citait des noms, appelait-il erronément Boumyoupee ? Réponse la semaine prochaine. par Bernard JeunejeanFaut pas placer les Diables au-dessus de tout : LE FOOTEUX BASIQUE CHOUCHOUTE D'ABORD L'ÉQUIPE DE SES POTES