Plus les Jeux Olympiques approchaient, et plus on se rendait compte que Jean-François de Sart aurait du mal à partir à Pékin avec la meilleure équipe possible. L'Union belge devait donner sa sélection finale hier, mais au moment d'écrire ces lignes (dimanche dernier) on ne savait pas encore de quelle manière les plus belles espérances du coach allaient se réduire comme peau de chagrin.
...

Plus les Jeux Olympiques approchaient, et plus on se rendait compte que Jean-François de Sart aurait du mal à partir à Pékin avec la meilleure équipe possible. L'Union belge devait donner sa sélection finale hier, mais au moment d'écrire ces lignes (dimanche dernier) on ne savait pas encore de quelle manière les plus belles espérances du coach allaient se réduire comme peau de chagrin. En juin, le Standard et Anderlecht avaient déjà obtenu de la Fédération de ne devoir céder que deux Diables parmi Fellaini, Witsel, Mulemo, Goreux... ce qui n'était pas la même chose. Mais on comprend que les Rouches de Luciano D'Onofrio se soient inquiétés de devoir se passer de deux pions méga-importants à l'heure de tenter leur chance en Ligue des Champions. Anderlecht, par contre, était très cool par rapport aux JO. Outre Nicolas Pareja qui jouera avec l'Argentine, Roland Lamah et Jonathan Legear ont directement fait partie de la présélection belge. Le Cercle Bruges, lui, avait bataillé pour obtenir que son avant-centre Tom De Sutter ne soit pas repris. Pas pour des raisons de LC, mais tout simplement parce que De Sutter n'a plus joué depuis février dernier quand il s'était cassé les ligaments croisés du genou dans un match amical... avec l'équipe de de Sart ! Le grand Tom a cinq semaines d'avance sur son plan de rétablissement, mais on comprend que le Cercle ait fait la tête. Et puis, il y a eu le cas de Vincent Kompany qui aurait bien aimé jouer mais au sujet duquel son club allemand d'Hambourg avait d'abord dit - Nein... Finalement, de Sart ne partira à Pékin qu'avec des joueurs ayant " envie de ne pas rater une chance unique de participer aux Jeux Olympiques " et dont les clubs n'ont jamais eu l'impression de se tirer une balle dans le pied en les encourageant... Ces clubs sont rares. Pourtant, si on s'en réfère à la FIFA, les choses sont très claires : les clubs sont en principe obligés de céder à leurs équipes nationales olympiques tous les joueurs de moins de 23 ans (les Belges précités sont dans ce cas). Il n'y a que concernant les joueurs de plus de 23 ans (trois ayant plus de 23 ans au 1er janvier de l'année olympique sont permis) que les clubs peuvent refuser... quoiqu'ils soient vivement encouragés à partager l'idéal olympique. Dans les faits, tout est compliqué car la FIFA ne joue pas totalement le jeu olympique. Elle veut le beurre et l'argent du beurre : participer aux Jeux pour garantir son image de sport universel et protéger ses clubs pros. Donc, contrairement aux autres fédérations internationales, elle prend deux mesures : 1. La FIFA ne veut pas que les JO concurrencent ses compétitions et elle snobe la trêve olympique. Dans les autres sports, des compétitions importantes ne sont jamais organisées pendant les Jeux. D'où les tours qualificatifs à la Ligue des Champions et de la Coupe de l'UEFA pendant Pékin 2008 ! 2. La FIFA décide aussi d'un critère d'âge en se disant que le foot pro de haut niveau était surtout l'affaire de joueurs aguerris de plus de 23 ans. C'était sans compter avec l'effet des jeunes du Standard ou la classe précoce de joueurs comme Kompany. Les Brésiliens Kakà et Robinho rêvent aussi de Pékin 2008 mais ont plus de 23 ans et c'est Milan et le Real qui décident : ils restent chez eux ! La situation mi-chair mi-poisson de la FIFA vis-à-vis du mouvement olympique change donc la donne entre les fédérations nationales et les clubs. Pour un match d'une équipe nationale A, aucun club n'oserait refuser ses joueurs car la FIFA ferait immédiatement parler ses foudres en suspendant l'impétrant. Pour un match de l'équipe olympique, les fédérations nationales font semblant de froncer les yeux mais concluent des deals avec les clubs... comme la belge avec le Standard. De toute manière, Luciano D'Onofrio a un plan. Il partira à Pékin pour le début du tournoi de foot avec Robert Louis-Dreyfus dans le Falcon Jet de ce dernier. Et qui dit qu'il ne rapatrierait pas dare-dare ses Standardmen pour le premier match de Ligue des Champions (le 12 ou le 13 août) ? Ce serait possible si les deux premiers matches des Belges à Pékin (le 7 août contre le Brésil et le 10 contre la Chine) tournaient mal et que le troisième (contre la Nouvelle Zélande le 13) ne se jouait plus que pour l'honneur... olympique. PAR JOHN BAETE