Le 23 avril, la Catalogne fêtera son saint-patron : Sant Jordi. Cette journée est devenue, au fil des ans, le symbole du nationalisme catalan. Les drapeaux rayés jaune et rouge flottent aux balcons. Mais, davantage encore qu'un souhait d'indépendance, deux thèmes se trouvent au centre de la fête : la culture et l'amour. Partout, dans Barcelone, des échoppes sont érigées. Elles vendent des livres et des roses. La tradition veut que Monsieur achète une rose pour Madame et, qu'en contrepartie, elle lui offre un livre. Les médias ne ...

Le 23 avril, la Catalogne fêtera son saint-patron : Sant Jordi. Cette journée est devenue, au fil des ans, le symbole du nationalisme catalan. Les drapeaux rayés jaune et rouge flottent aux balcons. Mais, davantage encore qu'un souhait d'indépendance, deux thèmes se trouvent au centre de la fête : la culture et l'amour. Partout, dans Barcelone, des échoppes sont érigées. Elles vendent des livres et des roses. La tradition veut que Monsieur achète une rose pour Madame et, qu'en contrepartie, elle lui offre un livre. Les médias ne demeurent pas en reste. Ainsi, El Mundo Deportivo offre gratuitement un supplément de 60 pages intitulé : Els valors de la Masía, édité par... le FC Barcelone. Uniquement disponible en catalan, forcément. La date de la publication n'a pas été choisie par hasard, car les valeurs de La Masía' ont tendance à se perdre et la presse n'a pas manqué d'en faire l'écho. Selon Jordi Vinyals, l'entraîneur actuel du Barcelona B, ses joueurs négligent ces valeurs, même s'ils ont été formés à La Masía. Depuis le 25 novembre 2012, lorsque Tito Vilanova avait aligné onze joueurs formés à La Masía contre Levante (0-4), le passage des joueurs du centre de formation vers l'équipe première s'est fortement réduit. Sous Tata Martino 64 % du noyau provenait de La Masía. Ce pourcentage est passé à 52 % sous Luis Enrique. Actuellement, aucun joueur du Barcelona B n'est en mesure de franchir le pas qui le sépare de l'équipe Première, c'est le club lui-même qui le dit. Le gros problème est le comportement des joueurs, à commencer par celui de l'enfant prodige croate Alen Halilovic (17 ans). " On dirait qu'il y a sept Ballons d'Or dans cette équipe ", a fait remarquer quelqu'un lors d'un entraînement du Barcelona B. La plupart des joueurs se fichent que l'équipe soit menacée de relégation en Segunda División B, le troisième étage du football espagnol, pour la première fois depuis longtemps. En interne, on se pose de plus en plus de questions sur l'utilité de La Masía. Des clubs comme Arsenal et Real Madrid ont une autre approche : ils achètent les plus grands talents dès qu'ils atteignent l'âge de 16 ans. Pour l'instant, le FC Barcelone se tait dans toutes les langues. La première réaction de Jordi Roura, ancien assistant de Vilanova et directeur de l'école des jeunes du club depuis le début de cette année, se fait attendre.1 Autonomie apprendre à prendre ses responsabilités 2 Force capacité à surmonter les difficultés 3 Contrôle de ses émotions 4 Prudence réfléchir avant d'agir 5 Confiance en soi et en l'équipe 6 Humilité connaître ses propres limites 7 Ténacité être constant dans l'effort 8 Courage oser affronter de grands défis