Que pensez-vous des prestations des arbitres pendant la Coupe du Monde?

Luc Huyghe (41 ans): Je dois vous dire que j'ai vu beaucoup de bons arbitres. Le problème, c'est qu'on grossit les erreurs qu'ils commettent. Un avant de format mondial qui rate un contrôle dans le rectangle est tout aussi coupable mais la différence, c'est que nul n'y prête attention. J'ai un peu pitié de mes confrères. En fin de compte, ils ont beaucoup travaillé pour participer à ce Mondial, ils ont consenti beaucoup de sacrifices et on les cloue au pilori. Avant, je n'étais absolument pas partisan des images TV. Je ne pouvais pas imaginer qu'on s'en serve. J'ai changé d'avis. Grâce aux techniques actuelles, il est tout à fait possible que le quatrième arbitre donne un signal à son collègue, sur le terrain, après avoir visionné une phase de jeu délicate. Ainsi, il aurait la chance de pouvoir revenir sur une décision.
...

Luc Huyghe (41 ans): Je dois vous dire que j'ai vu beaucoup de bons arbitres. Le problème, c'est qu'on grossit les erreurs qu'ils commettent. Un avant de format mondial qui rate un contrôle dans le rectangle est tout aussi coupable mais la différence, c'est que nul n'y prête attention. J'ai un peu pitié de mes confrères. En fin de compte, ils ont beaucoup travaillé pour participer à ce Mondial, ils ont consenti beaucoup de sacrifices et on les cloue au pilori. Avant, je n'étais absolument pas partisan des images TV. Je ne pouvais pas imaginer qu'on s'en serve. J'ai changé d'avis. Grâce aux techniques actuelles, il est tout à fait possible que le quatrième arbitre donne un signal à son collègue, sur le terrain, après avoir visionné une phase de jeu délicate. Ainsi, il aurait la chance de pouvoir revenir sur une décision. Comment avez-vous réagi au but annulé de Marc Wilmots face au Brésil?Comme tous les Belges, sur le moment, j'étais furieux que ce but soit annulé. Lorsque j'y ai réfléchi, après-coup, en ma qualité d'arbitre, mon sentiment s'est nettement atténué. L'arbitre avait déjà sifflé avant le heading de Wilmots et on ne peut donc pas parler d'un but annulé... Ne me comprenez pas mal: je regarde ces matches en supporter des Belges et je réagis donc comme n'importe quel autre supporter le ferait, sous le coup de l'émotion. Cette phase m'a fait jurer. Pas plus que les autres téléspectateurs, je ne voyais la moindre faute. C'est dommage mais on ne peut rien y changer.Quel match rêvez-vous d'arbitrer?En championnat de Belgique, j'aime les matches qui opposent de grandes équipes qui se tiennent de près au classement. Actuellement, ce sont les duels entre des équipes comme Bruges, Anderlecht, Genk et le Standard, mais la saison prochaine, d'autres équipes viendront peut-être s'y mêler. Sur le plan international, je pense que tout arbitre rêve de siffler la finale de la Ligue des Champions mais cette mission est l'apanage d'un nombre très restreint de personnes.Etes-vous nerveux avant un match?Je ressens quand même une forme saine de stress. C'est quelque chose de positif à mes yeux: ça prouve que vous êtes concentré. Récemment, j'ai dirigé un match de vétérans pour faire plaisir à quelqu'un mais même avant cette rencontre, j'ai ressenti une certaine tension.Quelles sont vos occupations en dehors du football?J'en ai fort peu. Je suis un des directeurs de l'entreprise familiale. En dehors de mon travail, je consacre tout mon temps au football et à ma famille. L'arbitrage est mon seul véritable hobby. Sinon, j'aime la vie en famille.Etes-vous un père sévère?Pas vraiment. Charlotte (15 ans) et Barbara (11 ans) reçoivent une éducation très traditionnelle, assez similaire à celle que nos parents nous ont inculquée. Nous estimons le respect et la politesse extrêmement importants. Lorsque vous faites preuve de respect, de savoir-vivre et que vous êtes aimable, on vous le rend. Nous essayons de discuter de tout d'une manière très ouverte avec nos filles et je dois dire que ça marche bien, jusqu'à présent.Un objet a-t-il une importance particulière pour vous, dans la maison?Peut-être les deux Sifflets d'Or que j'ai reçus de la Ligue Professionnelle, quand j'ai été élu meilleur arbitre des saisons 1996-1997 et 1997-1998. J'en suis très fier. Ce sont de beaux souvenirs.Admirez-vous quelqu'un en particulier?(Très résolu). Helmut Lotti. Quand vous voyez tout ce qu'il a réalisé... Mais ce que j'admire le plus en lui, c'est la simplicité qu'il a conservée malgré ses succès. Je ne le connais pas personnellement mais sa musique me plaît beaucoup. Dans l'absolu, j'aime écouter des airs populaires. Une chanson doit transmettre un message, avoir un contenu, pour me plaire. Quelle est l'importance du football dans la vie de Luc?Marina Desodt (42ans) : Il occupe une part importante de ses loisirs et de sa vie. Le football vient à la troisième place, après sa famille et son travail. J'y suis habituée car Luc arbitre depuis l'âge de 18 ans. Personnellement, j'aime le football et je dois dire que je suis plus prompte à enregistrer un match que lui. Avez-vous également suivi la Coupe du Monde?En grande partie, oui. En fait, chaque fois que j'en avais la possibilité. Je suis supportrice acharnée des Diables Rouges et j'ai également beaucoup de sympathie pour l'équipe italienne. Sans doute parce que nous passons nos vacances en Italie depuis des années. Ce pays a conquis nos coeurs et est devenu une seconde patrie.Et en championnat de Belgique, quelle équipe vous plaît le plus?Je suis supporter du Club Brugeois. Nous habitons en Flandre Occidentale et Bruges est un choix logique, quelque part. (Luc: -Attention! Ce n'est pas parce que ma femme est supporter du Club que je le suis également. Beaucoup de gens me le reprochent mais c'est tout à fait injustifié. J'éprouve beaucoup de sympathie pour certains joueurs mais quand je suis sur le terrain, tout le monde est égal devant la loi!)L'argent et le luxe sont-ils importants pour vous?Pas vraiment. L'argent est nécessaire mais je ne suis pas très matérialiste. Il m'arrive quand même de dépenser de coquettes sommes en vêtements. J'aime être bien habillée. En général, j'effectue mes achats avec ma mère. Parfois avec Luc, mais alors, il ne faut pas que ça dure trop longtemps.Luc est-il coquet?Il veille en tout cas à toujours être soigné. Où qu'il aille, il est présentable, il porte des vêtements adaptés aux circonstances. Il s'intéresse à son apparence et à ses vêtements. Dans une certaine mesure, on peut dire qu'il est coquet.Quelles sont vos occupations?Le ménage et son cortège de tâches: le jardin, les enfants... J'ai arrêté de travailler il y a huit ans environ. J'étais infirmière, mais comme l'arbitrage accaparait souvent Luc le week-end, nous nous voyions fort peu et les enfants étaient plus souvent chez mes parents qu'à la maison. J'ai donc choisi de devenir femme au foyer, bien que j'aie toujours aimé mon travail. Comme je passe toute la journée à la maison, je suis folle de ma chienne, Maya. Je ne pourrais plus me passer de sa présence. Qui a réalisé la décoration de la maison?Nous l'avons faite ensemble. Nous avons les mêmes goûts et pas seulement en matière de décoration. Dès le début, nous nous sommes découvert des tas de points communs: les vacances, l'habillement, la nourriture, pour ne citer que ces aspects.A quoi ressemblent vos vacances idéales?Elles doivent être très calmes. La famille occupe la première place. Nous préférons des endroits où personne ne nous connaît. Nous évitons la foule. Nous aimons nous asseoir à une terrasse ou manger un bout dans un restaurant convivial. Comme je vous l'ai dit, l'Italie nous a conquis. Depuis environ dix ans, nous partons chaque été au lac de Garde. Nous nous y plaisons beaucoup.Quels sont les défauts et qualités de Luc?Il est très facile à vivre. Voilà pour sa principale qualité. Son gros défaut? Laissez-moi réfléchir... (Luc: -Je dois quand même en avoir quelques-uns.) Non, je ne sais vraiment pas. Assume-t-il sa part de travaux ménagers?(Ils éclatent de rire). Non! Peut-être est-ce son gros défaut... Non, sérieusement, je ne lui demande rien non plus. Finalement, je suis à la maison toute la journée. (Luc: -Et si elle me demandait quelque chose, je provoquerais sûrement des catastrophes!) Ilse Peleman