On a vite été fixé sur la physionomie du match dans le derby flandrien Gand-Lokeren. Il a en effet fallu attendre plus de cinq minutes avant de voir l'équipe locale franchir pour la première fois la ligne médiane. Peter Maes, le coach des visiteurs, s'était inspiré de la tactique de son homologue du Cercle Bruges, le Français Laurent Guyot : il avait formé un bloc avec deux attaquants qui s'écartaient l'un de l'autre en perte de balle, un médian of...

On a vite été fixé sur la physionomie du match dans le derby flandrien Gand-Lokeren. Il a en effet fallu attendre plus de cinq minutes avant de voir l'équipe locale franchir pour la première fois la ligne médiane. Peter Maes, le coach des visiteurs, s'était inspiré de la tactique de son homologue du Cercle Bruges, le Français Laurent Guyot : il avait formé un bloc avec deux attaquants qui s'écartaient l'un de l'autre en perte de balle, un médian offensif chargé de construire et trois médians défensifs pour fermer l'axe derrière lui. Dans un premier temps, Gand n'a pas trouvé la solution. La première fois que l'équipe a franchi la moitié de terrain, elle a cependant montré l'exemple : une longue passe croisée de Brecht Dejaegere a trouvé Thomas Foket, qui était monté très haut. À gauche, il trouvait parfois la solution avec Roman Yaremchuk qui se repliait mais cela n'amenait guère de danger car Lokeren et ses trois médians ne laissaient pas d'espaces et Gand manquait de qualité au niveau technique. Étonnant : en première période, les locaux n'ont pas commis une seule faute. Ce n'était pourtant pas un choix tactique d' Yves Vanderhaeghe, qui aime les battants. À Courtrai, on appelle même un tacle à hauteur du genou een Yvske. Au repos, il a donc mis les choses au point : sans grinta dans les duels, Gand ne pouvait pas gagner. Après la pause, Dejaegere a de plus en plus souvent quitté la position qu'il occupait devant la défense aux côtés de Birger Verstraete pour s'infiltrer par la droite, par la gauche et dans l'axe, ce qui a amené plus de pressing et plus de danger. Après une de ces actions individuelles, il s'est aussi laissé tomber, un geste qu'il maîtrise mais qui, cette fois, ne lui a valu qu'une faute contre lui et un carton jaune. Après avoir encaissé un but peu avant l'heure de jeu (un cadeau du capitaine Nana Asare), Gand a tout de même fini par trouver la bonne carburation. Lokeren est de moins en moins parvenu à fermer les espaces et a manqué de fraîcheur pour exploiter les contres. Dans les vingt dernières minutes, Vanderhaeghe a amené plus de physique en ajoutant un deuxième et même un troisième avants de pointe. Ce n'est qu'à partir de ce moment-là que Lokeren a définitivement lâché prise dans les 16 mètres.