Ouf ! Les responsables de la Pro League ont dû être soulagés, vendredi soir. Le Beerschot a battu Lokeren 2-0 tandis que Westerlo a coulé sur le terrain de l'Union (3-1). Du coup, le titre de la seconde période a été attribué lors de la dernière journée du championnat régulier. Il n'y aura donc pas de procédure juridique pour désigner le deuxième finaliste du double match pour la montée.

Peu avant cette dernière journée, un tribunal d'Arlon avait en effet décidé qu'on ne pouvait pas rejouer le match Virton - Beerschot " avant d'avoir épuisé tous les moyens du droit ". Le Beerschot avait obtenu qu'on rejoue le match de la neuvième journée grâce à sa plainte auprès de la commission des litiges, qui lui avait donné raison, estimant que Virton s'était imposé grâce à un but non-valide, suite à une grave erreur de l'arbitre.

Le Beerschot avait ainsi une chance supplémentaire de remporter la période, après la fin de la compétition régulière. Westerlo, le seul rival du club anversois, n'était pas d'accord. Mais voilà, le Beerschot a gagné et Westerlo a perdu, ce qui rend le match Virton - Beerschot de lundi dernier inutile. Il a d'ailleurs été supprimé entre-temps.

UN FOOTBALL RÉALISTE

Initialement, OHL, lauréat de la première tranche, voulait devenir la première formation depuis l'intronisation de la D1B en 2016 à remporter les deux périodes et à être ainsi directement promue. Les Louvanistes ont toutefois rapidement perdu les pédales. Le Beerschot, Westerlo et Virton sont devenus les plus costauds. Sur l'ensemble de la saison, le promu du Luxembourg et Westerlo sont les équipes les plus régulières de la Proximus League. Conséquence de cette étrange formule de compétition, aucune des deux équipes en tête du classement ne peut participer aux barrages pour la promotion.

Ceci dit, OHL et le Beerschot n'ont pas volé leur billet. Louvain a dominé la première période, avec un football bien organisé, en s'appuyant sur les qualités individuelles de son compartiment offensif, comme le meilleur buteur, Thomas Henry et Jérémy Perbet, pour faire la différence. Le Beerschot en a tiré ses leçons et a opté pour un football plus " réaliste " en octobre, après avoir remplacé Stijn Vreven par Hernan Losada. Avec succès.

Nous avons créé une famille soudée et c'est ça qui nous a permis d'accéder à la finale. " Hernan Losada

Le Beerschot dispose de moins de talents individuels que Louvain. Raphael Holzhauser, la seule vedette de l'équipe, transféré en été des Grasshoppers Zürich, est le meilleur buteur de l'équipe avec... sept goals. Le distributeur autrichien est toutefois le meilleur passeur de D1B, avec neuf assists. Dans la finale très nerveuse de ce championnat, plusieurs joueurs différents ont gagné des points. Comme l'ancien Lierrois Frédéric Frans, transféré en hiver. Ses headings ont valu des points cruciaux au Beerschot ces dernières semaines. Ou Marius Noubissi, le héros de la saison passée, qui a eu du mal à retrouver sa forme après une longue blessure mais s'est avéré déterminant dans les dernières journées, avec deux buts contre Lommel (2-1) et le 0-2 de la délivrance à Daknam.

COMME MALINES

Hernan Losada (37 ans) n'hésite pas à pratiquer la rotation ni à varier sa tactique. Trois, quatre ou cinq hommes derrière, deux ou trois devant, des flancs à un ou doublés. Mais une constante : il a mis l'organisation défensive au point au second tour. Le gardien Mike Vanhamel s'est régulièrement distingué. Les Rats ont encaissé 19 buts dans les 14 premiers matches, seulement neuf durant la deuxième période. Les phases arrêtées, sur lesquelles Holzhauser a été un atout important grâce à sa technique de frappe, ont gagné en importance.

Sur le plan mental, Losada a opté pour la formule " c'est nous contre eux ". Les Rats ont perdu la sympathie de l'opinion publique et des clubs de D1B suite aux démarches juridiques de la saison passée -pour contester la montée de Malines- et de l'exercice en cours -la défaite contestée contre Virton. Ils ont puisé leur motivation dans ce sentiment.. Comme Malines la saison passée suite à l'agitation suscitée par l'Opération Mains Propres.

Les déclarations tranchantes de Losada le week-end dernier illustrent bien cette mentalité. " Je constate que Virton, Westerlo et même Louvain se sont unis contre nous dans cette affaire ", a déclaré l'Argentin au Laatste Nieuws. " Le Beerschot a été dépeint comme le mauvais parce nous ouvrons soi-disant la porte à une volée de plaintes à l'avenir. Alors que nous avons été volés à Virton ! Compte tenu de ces événements, nous sommes vraiment heureux de ne plus avoir à disputer ce match à Virton. C'est notre manière de dire fuck off à tous ceux qui sont contre nous.

Nous sommes en finale pour la troisième fois d'affilée et c'est amplement mérité. Nous avons réussi un six sur six contre OHL et Westerlo durant la deuxième période. C'est éloquent. Franchement, je trouve fantastique ce que nous avons réalisé, avec les joueurs, le staff et tous les collaborateurs du club. Quand j'ai repris l'équipe début octobre, elle n'était pas en bonne condition physique et avait le moral à zéro. Nous avons créé une famille soudée et c'est ça qui nous a permis d'accéder à la finale. Contre tout le monde", a-t-il conclu, entre fierté et énervement.

AVANTAGE DU TERRAIN À OHL

Même si, dans une longue interview fin décembre, Losada nous avait affirmé que les propriétaires saoudiens du Beerschot ne lui plaçaient aucune pression pour la montée, il est clair que les Anversois n'avaient aucune envie de s'attarder dans les limbes de la D1B. L'été dernier, ils avaient déjà réalisé leurs transferts en prévision de la D1A.

Finalement, la logique a été respectée dans cette campagne : malgré la résistance méritoire de Virton, de l'Union Saint-Gilloise et de Westerlo, ce sont le Beerschot et OHL, les sélections les plus coûteuses de D1B, qui étaient les favoris à la montée. Ces deux clubs le doivent à leurs riches investisseurs étrangers, qui ont vu leur patience mise à rude épreuve depuis quelques saisons.

Les Louvanistes ont l'avantage du terrain dans cette double finale, puisqu'ils ont terminé devant le Beerschot, au classement général recouvrant les deux périodes. Le match aller a lieu le dimanche 8 mars à 16 heures au Kiel, le retour le samedi 14 mars à 20h30 à Den Dreef.

Ouf ! Les responsables de la Pro League ont dû être soulagés, vendredi soir. Le Beerschot a battu Lokeren 2-0 tandis que Westerlo a coulé sur le terrain de l'Union (3-1). Du coup, le titre de la seconde période a été attribué lors de la dernière journée du championnat régulier. Il n'y aura donc pas de procédure juridique pour désigner le deuxième finaliste du double match pour la montée. Peu avant cette dernière journée, un tribunal d'Arlon avait en effet décidé qu'on ne pouvait pas rejouer le match Virton - Beerschot " avant d'avoir épuisé tous les moyens du droit ". Le Beerschot avait obtenu qu'on rejoue le match de la neuvième journée grâce à sa plainte auprès de la commission des litiges, qui lui avait donné raison, estimant que Virton s'était imposé grâce à un but non-valide, suite à une grave erreur de l'arbitre. Le Beerschot avait ainsi une chance supplémentaire de remporter la période, après la fin de la compétition régulière. Westerlo, le seul rival du club anversois, n'était pas d'accord. Mais voilà, le Beerschot a gagné et Westerlo a perdu, ce qui rend le match Virton - Beerschot de lundi dernier inutile. Il a d'ailleurs été supprimé entre-temps. Initialement, OHL, lauréat de la première tranche, voulait devenir la première formation depuis l'intronisation de la D1B en 2016 à remporter les deux périodes et à être ainsi directement promue. Les Louvanistes ont toutefois rapidement perdu les pédales. Le Beerschot, Westerlo et Virton sont devenus les plus costauds. Sur l'ensemble de la saison, le promu du Luxembourg et Westerlo sont les équipes les plus régulières de la Proximus League. Conséquence de cette étrange formule de compétition, aucune des deux équipes en tête du classement ne peut participer aux barrages pour la promotion. Ceci dit, OHL et le Beerschot n'ont pas volé leur billet. Louvain a dominé la première période, avec un football bien organisé, en s'appuyant sur les qualités individuelles de son compartiment offensif, comme le meilleur buteur, Thomas Henry et Jérémy Perbet, pour faire la différence. Le Beerschot en a tiré ses leçons et a opté pour un football plus " réaliste " en octobre, après avoir remplacé Stijn Vreven par Hernan Losada. Avec succès. Le Beerschot dispose de moins de talents individuels que Louvain. Raphael Holzhauser, la seule vedette de l'équipe, transféré en été des Grasshoppers Zürich, est le meilleur buteur de l'équipe avec... sept goals. Le distributeur autrichien est toutefois le meilleur passeur de D1B, avec neuf assists. Dans la finale très nerveuse de ce championnat, plusieurs joueurs différents ont gagné des points. Comme l'ancien Lierrois Frédéric Frans, transféré en hiver. Ses headings ont valu des points cruciaux au Beerschot ces dernières semaines. Ou Marius Noubissi, le héros de la saison passée, qui a eu du mal à retrouver sa forme après une longue blessure mais s'est avéré déterminant dans les dernières journées, avec deux buts contre Lommel (2-1) et le 0-2 de la délivrance à Daknam. Hernan Losada (37 ans) n'hésite pas à pratiquer la rotation ni à varier sa tactique. Trois, quatre ou cinq hommes derrière, deux ou trois devant, des flancs à un ou doublés. Mais une constante : il a mis l'organisation défensive au point au second tour. Le gardien Mike Vanhamel s'est régulièrement distingué. Les Rats ont encaissé 19 buts dans les 14 premiers matches, seulement neuf durant la deuxième période. Les phases arrêtées, sur lesquelles Holzhauser a été un atout important grâce à sa technique de frappe, ont gagné en importance. Sur le plan mental, Losada a opté pour la formule " c'est nous contre eux ". Les Rats ont perdu la sympathie de l'opinion publique et des clubs de D1B suite aux démarches juridiques de la saison passée -pour contester la montée de Malines- et de l'exercice en cours -la défaite contestée contre Virton. Ils ont puisé leur motivation dans ce sentiment.. Comme Malines la saison passée suite à l'agitation suscitée par l'Opération Mains Propres. Les déclarations tranchantes de Losada le week-end dernier illustrent bien cette mentalité. " Je constate que Virton, Westerlo et même Louvain se sont unis contre nous dans cette affaire ", a déclaré l'Argentin au Laatste Nieuws. " Le Beerschot a été dépeint comme le mauvais parce nous ouvrons soi-disant la porte à une volée de plaintes à l'avenir. Alors que nous avons été volés à Virton ! Compte tenu de ces événements, nous sommes vraiment heureux de ne plus avoir à disputer ce match à Virton. C'est notre manière de dire fuck off à tous ceux qui sont contre nous. Nous sommes en finale pour la troisième fois d'affilée et c'est amplement mérité. Nous avons réussi un six sur six contre OHL et Westerlo durant la deuxième période. C'est éloquent. Franchement, je trouve fantastique ce que nous avons réalisé, avec les joueurs, le staff et tous les collaborateurs du club. Quand j'ai repris l'équipe début octobre, elle n'était pas en bonne condition physique et avait le moral à zéro. Nous avons créé une famille soudée et c'est ça qui nous a permis d'accéder à la finale. Contre tout le monde", a-t-il conclu, entre fierté et énervement. Même si, dans une longue interview fin décembre, Losada nous avait affirmé que les propriétaires saoudiens du Beerschot ne lui plaçaient aucune pression pour la montée, il est clair que les Anversois n'avaient aucune envie de s'attarder dans les limbes de la D1B. L'été dernier, ils avaient déjà réalisé leurs transferts en prévision de la D1A. Finalement, la logique a été respectée dans cette campagne : malgré la résistance méritoire de Virton, de l'Union Saint-Gilloise et de Westerlo, ce sont le Beerschot et OHL, les sélections les plus coûteuses de D1B, qui étaient les favoris à la montée. Ces deux clubs le doivent à leurs riches investisseurs étrangers, qui ont vu leur patience mise à rude épreuve depuis quelques saisons. Les Louvanistes ont l'avantage du terrain dans cette double finale, puisqu'ils ont terminé devant le Beerschot, au classement général recouvrant les deux périodes. Le match aller a lieu le dimanche 8 mars à 16 heures au Kiel, le retour le samedi 14 mars à 20h30 à Den Dreef.