M anaseh Ishiaku û tout juste 22 ans û vient du SV Roulers. En 2001, Maurice Cooreman et Bart De Bruyne, qui avaient fondé une école de football à Lagos, avec le soutien des autorités nigérianes, l'y avaient envoyé en compagnie de trois jeunes compatriotes. Roger Havegeer, alors président du club flandrien de D2, et son conseiller sportif, James Storme, les avaient accueillis.
...

M anaseh Ishiaku û tout juste 22 ans û vient du SV Roulers. En 2001, Maurice Cooreman et Bart De Bruyne, qui avaient fondé une école de football à Lagos, avec le soutien des autorités nigérianes, l'y avaient envoyé en compagnie de trois jeunes compatriotes. Roger Havegeer, alors président du club flandrien de D2, et son conseiller sportif, James Storme, les avaient accueillis. C'est le manager SaiduAbass qui avait a recruté Ishiaku et d'autres joueurs nigérians pour Cooreman & De Bruyne : " Manaseh est originaire de Kaduna, à mille kilomètres de Lagos. C'est un jeune homme timide qui recèle d'énormes qualités footballistiques et est discipliné. Il peut aller loin ". " C'est moi qui ai insisté pour qu'il vienne ", explique Storme. " J'avais décelé sa vista, sa bonne longue balle, son jeu des deux pieds, un bon heading, des mouvements extraordinaires et une incroyable puissance physique. Un diamant brut. Au début, il donnait l'impression d'être fainéant mais il semble avoir bien évolué à La Louvière. Je ne sais pas s'il est un finisseur typique. Il peut réussir au Club Bruges mais il y règne énormément de concurrence. Selon moi, il n'a pas non plus tout à fait le registre d'un avant-centre. Il est aussi capable de redescendre et d'adresser une bonne passe. En plus, c'est un garçon calme, intelligent, bien élevé et poli ". Mais selon la loi belge, les jeunes joueurs devaient avoir 18 ans au moins ! Storme : " Il s'est retourné contre nous, par peur d'être expulsé. Depuis, tout le monde nous reproche d'avoir fait de la traite d'êtres humains alors que toute la procédure s'est déroulée dans les meilleures conditions. Ces jeunes vivaient dans un appartement flambant neuf de Roger Havegeer et la voisine s'occupait de leur ménage. Notre école de football de Lagos, où ils s'entraînaient deux fois par jour, était très professionnelle. Selon les normes nigérianes, ils habitaient des villas et recevaient chaque mois le salaire d'un ouvrier. Le contrat stipule qu'en cas de transfert, il faut verser une indemnité à l'école mais on l'a vendu pour 100 à 125.000 euros à La Louvière derrière notre dos. Nous sommes les victimes. Nous avions investi en lui ". Roland Deblaere, le secrétaire du SV Roulers : " J'ai toujours dit à notre ancien président, Roger Havegeer, qu'il était impossible d'aligner un joueur de moins de 18 ans qui n'émarge pas à l'Espace européen mais on ne m'a pas écouté. On m'a dit que ça marcherait. De fait, au vu des pratiques utilisées, cela a marché. Falsification des documents, etc. Quand j'ai dit que je n'acceptais pas des passeports internationaux avec des vignettes, on m'a dit : - Pas de problème. Deux semaines plus tard, j'avais devant moi de nouveaux passeports qui stipulaient que les joueurs avaient bien 18 ans accomplis. J'ai toujours refusé d'être entraîné dans ces combines "... A cette époque, la commission sénatoriale du trafic des êtres humains s'est penchée sur ce phénomène dans le sport. Renaat Landuyt, alors ministre du Travail, a donné ordre à l'inspection sociale de contrôler tous les clubs de D1 et de D2. Au SV Roulers, quelques personnes ont senti venir l'orage et ont commandé des billets retour pour Manaseh Ishiaku et Omo Sunday, les deux Nigérians restés. Katrien Vanderper s'est alors mouillée pour eux. Elle est la mère de l'amie de Pieterjan Monteyne, ancien joueur du SV Roulers. Avec Jean-Claude Lagaisse, le manager de Pieterjan, elle s'est adressée au sénateur Jean-Marie Dedecker, qui a impliqué le centre pour l'Egalité des chances. L'affaire est arrivée entre les mains de Solange Cluydts, alors responsable de la cellule traite des êtres humains et maintenant d'un centre d'Aide aux victimes de traite. Elle a déposé plainte pour trafic d'êtres humains. L'affaire passait mercredi dernier devant la chambre du Conseil de Courtrai. Peter Van Wambeke entraînait le SV Roulers à l'arrivée d'Ishiaku : " A l'entraînement, il a fait bonne impression d'emblée mais il marquait difficilement. Ce n'est pas un killer mais il était fort, souple, bon dans les duels et avec le ballon, il savait écarter un homme, pivoter. Il avait l'instinct du football ". Quand il a enfin eu 18 ans, il a pu être affilié à l'Union Belge et a effectué ses débuts en équipe fanion de Roulers sous la direction de Raoul Peeters : " Au début, il était un peu naïf mais il avait envie d'apprendre et était très raisonnable. Il venait en vélo et tout le monde l'appréciait. Apparemment, il s'est distingué à La Louvière mais comment va-t-il réagir au Club quand il ne sera pas titulaire ? Il est grand, fort, rapide, ce qui est très important dans le football moderne. Il joue bien mais j'ai des doutes quant à sa finition : parfois, il avait un tir fantastique mais parfois, il n'aboutissait pas ". Ariel Jacobs l'a enrôlé à La Louvière en 2002 : " J'avais joué contre lui avec le RWDM mais les renseignements que j'avais recueillis étaient contradictoires : ils allaient du très positif aux doutes. Ceux-ci concernaient ses aptitudes à évoluer en D1 mais aussi le fait qu'il ne marquait pas facilement. Il y avait aussi l'affaire entourant sa situation juridique et son statut administratif. Et puis, s'il était si bon que ça, pourquoi des clubs des alentours, comme Gand, le Club ou le Cercle, ne l'embauchaient-ils pas ? Nous avons procédé à une petite enquête et nous avons obtenu la garantie que Mana ne devait plus redouter d'être le jouet de personnes mafieuses. A ma grande surprise, il s'est très bien adapté la première année. Il jouait généralement et a marqué deux buts en finale de la Coupe. La saison passée a été très mauvaise, par contre. Peut-être était-ce le contrecoup de tout ce qui était arrivé. Il a fait la connaissance d'une jeune Limbourgeoise, a pris définitivement ses distances avec l'époque Roulers et s'est installé à Hasselt. En peu de temps, il a quitté le cocon de Roulers, sa vie a brutalement changé. Ceux qui s'en sont occupés à Roulers, la famille Vanderper, chez laquelle il avait habité, et Jean-Claude Lagaisse, son manager, m'ont dit que Mana avait besoin de beaucoup de calme, de sérénité. Avec toutes ces navettes, il n'était plus affûté. Depuis qu'il habite près de La Louvière, c'est une fameuse différence... Mana est un charmant garçon. Il écoute quand on lui explique quelque chose et qu'il sent qu'on s'intéresse vraiment à lui. Il recèle beaucoup de qualités mais peut encore progresser à tous points de vue. Son jeu de tête est perfectible. Il joue surtout sur sa puissance et est parfois maladroit avec le ballon. Il n'est pas explosif mais a une bonne vitesse de course. C'est au centre-avant qu'il obtient son meilleur rendement, seul ou en duo ". Jacobs est maintenant directeur technique du RC Genk, qui aurait bien besoin d'un avant de ce genre : " Je sais mais est-il capable de franchir le cap du subtop vers le top, où on attendra chaque jour des prestations de qualité ? Avec son noyau, cette saison, La Louvière ne pouvait pratiquement pas se passer de lui. Mentalement, il en a certainement tiré profit. A Bruges, Rune Lange a souvent été violemment critiqué mais il répond toujours présent aux moments cruciaux. Mana en sera-t-il capable ? Une équipe comme La Louvière exploite les espaces dans le dos de l'adversaire, ce qui n'est pas le cas de Genk ni de Bruges. Il faut donc observer le joueur dans un contexte radicalement différent. Je pense qu'il a les qualités voulues pour faire la guerre dans le rectangle adverse et adresser une passe mais est-ce suffisant ? On attend toujours d'un avant qu'il marque. On est finisseur ou on ne l'est pas et il n'a quand même pas marqué beaucoup jusqu'à présent ". En 54 matches de championnat, ces dernières années, il n'a inscrit que dix buts mais cette saison, son compteur est déjà à huit. Jamais son 1.83 mètre et ses 82 kg n'ont été aussi impressionnants. Délivré des tensions provoquées par sa situation, il a fondé une famille, va se marier, est devenu père et sa mère a passé trois semaines chez lui. Il s'est épanoui, psychologiquement et sportivement. Gunter Van Handenhoven, capitaine de La Louvière : " C'est une question de confiance. Il y a un monde de différence La saison passée, il n'était pas aussi sûr de sa place. Albert Cartier lui a fait comprendre immédiatement qu'il était important. Mana s'est montré de plus en plus au fil des semaines. Il a marqué plus facilement, surtout de la tête et sur des longs tirs. Sur ses huit buts, il y en a trois sur penalty, deux de la tête, deux du gauche et un du droit. On l'a vu s'épanouir. A l'entraînement, il faisait aussi de ces saltos ! Il est davantage lui-même en dehors du terrain aussi. Il est calme, souriant, et s'entendait particulièrement bien avec Michael Klukowski et George Blay, qui parlent anglais. Il en faut vraiment beaucoup pour qu'il se fâche. Malgré son physique impressionnant, il est charmant. Il est plus complet que Lange. Il a plus de qualités footballistiques. On peut le servir dans les pieds, dans les airs, des flancs. Au début, il souffrait toujours des séquelles de la saison passée. Il est tout simplement trop gentil. L'entraîneur lui a dit : - Tu es une cathédrale. Un homme de ta stature ne peut pas se laisser balayer. Chaque fois qu'à l'entraînement, dans des duels, Mana ne s'engageait pas à fond, on arrêtait le jeu et on insistait sur ce point. Après, il reprenait des ballons de la poitrine là où d'autres utilisent leur tête. Je pense que c'était dans sa tête. La saison passée, il se cherchait, il se compliquait la vie et éprouvait de grosses difficultés devant le but. Il a encore une large marge de progression. Il va s'améliorer si Bruges lui accorde le temps et les chances nécessaires. Le système et le jeu physique du Club Bruges lui conviennent en tout cas fort bien. Il abat énormément de travail, offensif et défensif. Mieux entouré qu'à la Louvière, il peut casser la baraque ". En plus, il envisage de demander la naturalisation. Un futur Diable Rouge ? C'est possible car jusqu'à présent, il a refusé toute sélection pour le Nigeria. Christian Vandenabeele" Ishiaku CONVIENT BIEN au jeu physique du Club " (Gunter Van Handenhoven)