Le Club, qui a battu Auxerre 3-1 lors des Mâtines Brugeoises, est-il prêt à affronter le Lokomotiv Plovdiv, ce soir, au deuxième tour préliminaire de la Ligue des Champions ?

A la place de l'entraîneur Trond Sollied, je n'aurais quand même pas tous mes apaisements. Ses joueurs se sont, certes, imposés par deux buts d'écart mais l'équité commande de dire que les Bleu et Noir ont bénéficié à autant de reprises des largesses du gardien de l'AJA, Fabien Cool, qui s'est blousé complètement, tour à tour, sur un coup franc de Nastja Ceh, puis sur un tir lointain d'Ivan Gvozdenovic. En réalité, seul le troisième et dernier goal aura résulté d'un beau mouvement collectif, amorcé par Alin Stoica et ponctué une nouvelle fois par l'international slovène du Club. Pour le reste, il faut bien avouer qu'on n'a pas vu grand-chose de la division offensive locale, tant Gert Verheyen, Rune Lange et, dans une moindre mesure, Bosko Balaban, se seront mo...

A la place de l'entraîneur Trond Sollied, je n'aurais quand même pas tous mes apaisements. Ses joueurs se sont, certes, imposés par deux buts d'écart mais l'équité commande de dire que les Bleu et Noir ont bénéficié à autant de reprises des largesses du gardien de l'AJA, Fabien Cool, qui s'est blousé complètement, tour à tour, sur un coup franc de Nastja Ceh, puis sur un tir lointain d'Ivan Gvozdenovic. En réalité, seul le troisième et dernier goal aura résulté d'un beau mouvement collectif, amorcé par Alin Stoica et ponctué une nouvelle fois par l'international slovène du Club. Pour le reste, il faut bien avouer qu'on n'a pas vu grand-chose de la division offensive locale, tant Gert Verheyen, Rune Lange et, dans une moindre mesure, Bosko Balaban, se seront montrés très discrets. Je ne voudrais pas jouer les oiseaux de mauvais augure mais sans le concours d'Andrés Mendoza, Bruges joue à nouveau un football par trop stéréotypé à l'attaque. En Belgique, ce jeu-là sera peut-être payant, suite à la pression de tous les instants imposée par l'équipe, mais je doute qu'en Coupe d'Europe, cette manière-là sera payante. D'autre part, j'émets des réserves aussi, pour le moment, concernant la fiabilité de la défense. Face à l'Etoile Rouge Belgrade, elle avait déjà été prise en défaut à trois reprises et, contre les troupes de Guy Roux, elle s'est une nouvelle fois fait rouler complètement dans la farine sur le but d'ouverture. Si les dauphins d'Anderlecht veulent franchir le tour contre le Lokomotiv Plovdiv, ils devront afficher plus de rigueur dans ce secteur, temporairement déforcé suite aux absences d'Olivier De Cock et Peter Van der Heyden. Les clubs belges ne portent manifestement pas chance aux Allemands, qui avaient déjà été privés de la Ligue des Champions à cause du Club, la saison passée, et qui n'auront donc pas, non plus, la possibilité d'accéder à la Coupe de l'UEFA par le truchement de la coupe d'été, comme ils en avaient l'intention. Au match aller déjà, le Racing aurait pu prétendre à davantage qu'une défaite et ce n'est que justice, finalement, si ses joueurs ont remis les pendules à l'heure au retour. La performance brugeoise, devant cette même formation, était peut-être beaucoup plus impressionnante encore, dans la mesure où l'équipe de la Ruhr s'était alors alignée au grand complet. Cette fois, sans le concours de Jan Koller et de Tomas Rosicky, entre autres, elle n'était sans doute pas aussi compétitive. Mais cela n'enlève rien au mérite des Limbourgeois où l'on décèle, déjà, la griffe du nouveau coach, René Vandereycken. On a beau être pour ou contre sa méthode, volontiers attentiste, il n'en reste pas moins que l'homme a une certaine vision, pour ne pas dire une vision certaine, du football. Ce qui n'est pas toujours d'application à d'autres entraîneurs parmi l'élite, même chez ceux qui ont le bonheur d'entraîner des teams encore plus huppés. En deux temps trois mouvements, l'ancien Anderlechtois a su conférer un style à sa phalange. A cet égard, je suis stupéfait de la métamorphose de Gert Claessens, par exemple. Il y a quelques mois, celui-ci courait encore perdu dans l'entrejeu. A présent, il fait d'ores et déjà figure de révélation au sein de la ligne arrière. Au même titre que Genk, qui a eu le nez creux d'après moi en confiant son effectif à René Vandereycken, je pense que le président des Buffalos, Ivan De Witte, a fait preuve de perspicacité aussi en cédant les rênes de l'équipe Première à Georges Leekens. A son instigation, La Gantoise a effectué quelques transferts très intéressants, à n'en pas douter. Stephen Laybutt à l'arrière, notamment, et surtout Nordin Jbari et, à présent, Ali Lukunku aux avant-postes. Avec Sandy Martens comme troisième apport offensif, je suis convaincu que l'équipe gantoise réussira un beau parcours dans quelques mois. Propos recueillis par Bruno Govers