Quand Andrea Agnelli a accédé à la présidence de la Juventus en 2010, celle-ci avait un budget de 156 millions. En moins de dix ans, il a triplé pour frôler le demi-milliard, d'après les comptes de la saison 2018-2019. Le champion d'Italie fonctionne avec 494 millions très exactement. C'est nettement supérieur au numéro deux de la Botte, l'Inter, qui annonce un montant de 377 millions alors qu'il ne pouvait compter que sur 207 millions lors de sa reprise par le groupe chinois Suning en 2015-2016.
...

Quand Andrea Agnelli a accédé à la présidence de la Juventus en 2010, celle-ci avait un budget de 156 millions. En moins de dix ans, il a triplé pour frôler le demi-milliard, d'après les comptes de la saison 2018-2019. Le champion d'Italie fonctionne avec 494 millions très exactement. C'est nettement supérieur au numéro deux de la Botte, l'Inter, qui annonce un montant de 377 millions alors qu'il ne pouvait compter que sur 207 millions lors de sa reprise par le groupe chinois Suning en 2015-2016. Les deux clubs sont toutefois déficitaires. L'Inter enregistre une perte de 48 millions et la Juventus est dans le rouge pour la deuxième saison d'affilée. Son déficit est passé de 19 à 40 millions alors que les trois saisons précédentes, la Vieille Dame a réalisé des bénéfices, qui s'élevaient même à 43 millions en 2016-2017. Agnelli voit plus loin. Il a appuyé une augmentation de capital de 300 millions pour soutenir un nouveau plan quinquennal de développement. " Nous en sommes à l'année zéro mais nous avons des ambitions élevées ", a-t-il précisé. Il veut rejoindre les plus grands clubs européens, qui réalisent un budget d'un milliard par an. Il veut participer à la Ligue des Champions chaque saison, se maintenir parmi les douze plus grands cercles européens tout en respectant les règles du fair-play financier de l'UEFA et limiter la masse salariale à 55 ou 60% du budget. Il a déjà atteint cet objectif. Cette saison, la masse salariale s'élève à 294 millions, soit 59% du budget. Cristiano Ronaldo est le plus gros salaire de la Juve avec 31 millions par an, soit quatre fois plus que le deuxième plus gros contrat de Serie A, qui échoit également à un footballeur de la Juventus. Matthijs de Ligt, transféré cet été, gagne huit millions par an. Sept des dix joueurs les mieux payés de la Botte portent d'ailleurs le maillot de la Juve, qui verse à treize d'entre eux un salaire annuel d'au moins cinq millions. Pour boucler son budget, le club doit atteindre au moins les huitièmes de finale de la LC, en ajoutant : " Nous sommes toujours très prudents dans nos pronostics. " Un certain nombre de sponsors ont revu à la hausse leur contribution. Cette année, le sponsoring maillot rapporte 93 millions, une somme qui peut s'élever à cent millions avec les primes. Cette saison aussi, le contrat d'Adidas est passé de 23 à 51 millions. En outre, le sponsor principal, Jeep, une marque propriété du holding familial des Agnelli, verse 42 millions, contre seulement 17 la saison dernière. Cette somme avoisine les montants versés aux grands clubs anglais par leur sponsor principal, même si les véritables ténors perçoivent encore plus. Ainsi, le Real touche 70 millions d'Emirates et United 66 millions de Chevrolet. Sassuolo est le numéro deux d'Italie avec 18 millions de Mapei, suivi par l'AC Milan, qui reçoit onze millions d'Emirates.