"L'Europe n'est qu'une partie de ce que nous voulons atteindre ", avait dit le président gantois Ivan De Witte à la veille du match retour face à l'AS Rome. " Si nous travaillons bien, nous en serons récompensés aux niveaux national et international. L'Europe n'est donc pas un objectif à part, même si on regretterait l'absence de matches européens. "
...

"L'Europe n'est qu'une partie de ce que nous voulons atteindre ", avait dit le président gantois Ivan De Witte à la veille du match retour face à l'AS Rome. " Si nous travaillons bien, nous en serons récompensés aux niveaux national et international. L'Europe n'est donc pas un objectif à part, même si on regretterait l'absence de matches européens. " La Gantoise est, avec Bruges, le seul club belge qui a toujours su se qualifier pour une coupe d'Europe au cours des cinq dernières saisons. Depuis son titre, en 2015, le club a beaucoup progressé au classement UEFA, passant de la 84e à la 38e place, ce qui fait de lui le club belge le mieux classé devant Anderlecht (41e), Genk (54e), le Club Bruges (57e) et le Standard (73e). " Je veux à tout prix retrouver un jour la Ligue des Champions ", dit De Witte " Je ne fixe pas de date, ça ne se commande pas comme ça, c'est difficile à prévoir. Mais nous devons tout faire pour que le club soit mieux organisé et structuré, afin de viser un niveau plus élevé. " Là, c'est le psychologue d'entreprise qui parle. Il sait que la prudence est de mise mais aussi qu'en terminant deuxième, son équipe disputera le troisième tour de qualification et les barrage de la Ligue des Champions. C'est ainsi que Bruges s'est qualifié cette saison, en éliminant le Dynamo Kiev et LASK Linz, qui n'étaient pas des clients. Des chiffres récents de l'Observatoire du Football CIES démontrent que, de tous les clubs belges, La Gantoise est actuellement celui qui tire le plus au but (6,2 tirs par match), devant le Club Bruges (5,7) et le duo Genk-Standard (5,4). En matière de passes réussies (84,7 %), les Buffalos font mieux qu'Anderlecht et Saint-Trond (84,6) ou que le Club Bruges (84,1). Des chiffres qui ne peuvent que conforter l'optimisme du président. Mais le passé a également démontré qu'un club belge qui a du succès risque toujours de perdre ses meilleurs joueurs. C'est arrivé à Gand après l'inattendue campagne de Ligue des Champions (élimination en huitième de finale des oeuvres de Wolfsburg) parce que les Buffalos ne pouvaient pas refuser les offres de Watford pour Sven Kums (9 millions d'euros), de Newcastle United pour Matz Sels (6,6 millions d'euros) ou du FC Porto pour Laurent Depoitre (6 millions d'euros). En place depuis 30 ans, le manager général Michel Louwagie sait très bien que les clubs belges ne peuvent pas rivaliser avec les salaires gigantesques perçus dans les grands championnats européens. Grâce aux droits de télévision, même les plus petits clubs de Premier League peuvent offrir cinq fois ce que Gand propose à ses meilleurs joueurs. Dans cette optique, on peut dès lors craindre un départ du buteur canadien Jonathan David (20 ans, arrivé gratuitement en juillet 2018 et encore sous contrat jusqu'en 2023), de l'attaquant ukrainien Roman Yaremchuk (24 ans, arrivé en août 2017 pour 2 millions d'euros, sous contrat jusqu'en 2023) et du médian défensif français Elisha Owusu (22, arrivé en juillet 2019 pour un million d'euros, sous contrat jusqu'en 2023). Cela veut dire qu'à la Ghelamco Arena et au centre d'entraînement d'Oostakker, on doit sans cesse se réinventer, chercher des solutions aux départs et réaliser les transferts. Les dirigeants ont des solutions de rechange pour chaque poste. Jusqu'il y a peu, ils travaillaient avec le manager sportif, Peter Verbeke. Mais le 15 février, celui-ci a démissionné pour signer à Anderlecht. Au cours de la trêve hivernale, Gand a profité de quelques opportunités pour anticiper et apporter de petites corrections. Le médian défensif gambien Sulayman Marreh (24, ex-Eupen, sous contrat jusqu'en 2023) peut remplacer Owusu ou jouer en défense centrale. Afin d'éviter de manquer de Belges, le club a acheté Bruno Godeau (27, ex-Mouscron, sous contrat jusqu'en 2023) pour 300.000 euros tandis que l'attaquant droitier ivoirien Anderson Niangbo (20, ex-RB Salzbourg, sous contrat jusqu'en 2024) a coûté quatre millions d'euros. La balle est maintenant dans le camp du réseau mis en place par Louwagie, notamment avec Mogi Bayat et l'équipe des scouts dans laquelle on retrouve Gilbert De Groote, Erwin Vandendaele, Tim Matthys, Patrick Remy et Nebojsa Pavlovic. Ils vont devoir trouver des joueurs qui seront prêts tout de suite. Heureusement, le club a fait 927.025 euros de bénéfices la saison dernière et ses caisses vont encore se remplir. Outre de jeunes talents belges comme Jelle Bataille (20 ans, Ostende), le club cherche des internationaux qui ont déjà joué en Europe (comme Michael Ngadeu et Igor Plastun). Une chose est certaine : il sera difficile de trouver un joueur aussi doué, efficace et calme devant le but que David.