Il n'est pas surpris que nous le confrontions au chiffre, record historique du nombre le plus bas d'entraîneurs belges en JPL. " Un journaliste vient de me dire que certains clubs prétendent que les entraîneurs belges ne soient pas assez bien formés ", répond-il. " Ces gens ne savent pas de quoi ils parlent. Ils jasent pour camoufler leurs propres carences. "
...

Il n'est pas surpris que nous le confrontions au chiffre, record historique du nombre le plus bas d'entraîneurs belges en JPL. " Un journaliste vient de me dire que certains clubs prétendent que les entraîneurs belges ne soient pas assez bien formés ", répond-il. " Ces gens ne savent pas de quoi ils parlent. Ils jasent pour camoufler leurs propres carences. " Kris Van Der Haegen sait de quoi il parle. Il est directeur de la formation belge des entraîneurs et réalise pour l'UEFA des contrôles de qualité des formations Pro License dans toute l'Europe. " Notre formation figure dans le top cinq du continent. C'est pour ça qu'on nous demande partout de prendre la parole à des conférences et qu'on vient même des Pays-Bas et d'Allemagne pour apprendre à notre contact. Nous devrions en être fiers. Mais chaque club est évidemment responsable de sa gestion. Tout ce que nous pouvons faire, c'est fournir un maximum d'efforts pour que la formation prodiguée soit excellente. Ces cinq ou six dernières années, la RBFA, Voetbal Vlaanderen et l'ACFF ont énormément investi. Le psychologue du sport Jef Brouwers et Ariël Jacobs sont désormais à temps plein afin d'encourager les coaches à vouloir progresser et de partager leurs connaissances. C'est que les footballeurs professionnels ou les anciens pro risquent de penser qu'ils savent déjà tout sur le football. Et alors, ils échouent. Entraîner est complètement différent. Il s'agit de diriger des individus, de s'entourer de spécialistes, d'instaurer une culture de la victoire et un management quotidien, d'apprendre et de se bonifier jour après jour. Philippe Clement, un des causeurs d'un récent colloque de Voetbal Vlaanderen, l'aile flamande, a beaucoup moins parlé des aspects techniques et tactiques que de l'approche humaine et de la manière d'initier une culture de la haute performance. Nous l'avons formé complètement. Il a un passé idéal et la bonne mentalité : il est modeste et toujours disposé à apprendre. Ses assistants et lui ne savent que trop bien en quoi consiste la formation des entraîneurs belges."