Le début de saison de Cafu n'a guère été brillant. Le capitaine du Brésil en est conscient mais il laisse entendre qu'il ne s'agit que d'un passage à vide qui suit logiquement une Coupe du Monde et surtout une préparation écourtée à cause d'une opération aux sinus.
...

Le début de saison de Cafu n'a guère été brillant. Le capitaine du Brésil en est conscient mais il laisse entendre qu'il ne s'agit que d'un passage à vide qui suit logiquement une Coupe du Monde et surtout une préparation écourtée à cause d'une opération aux sinus."Je suis tranquille. J'ai encore de grands objectifs à atteindre: la Ligue des Champions et surtout disputer mon quatrième Mondial en 2006", rétorque le joueur de la Roma.D'ici le rendez-vous allemand, il y a tant de choses qui peuvent se passer d'autant que le 30 juin, le contrat de Cafu arrive à expiration et, qu'à partir du 1er janvier, il peut lui-même négocier son contrat: il sera libre. Vu qu'ils n'auront aucun prix de transfert à débourser, plusieurs clubs ont déjà frappé à la porte du Brésilien. Le premier nom cité a été celui de l'Inter. De son côté, le président de la Roma a déclaré qu'il n'augmenterait pas les salaires des joueurs et surtout qu'il ne désirait plus signer des contrats de très longue durée.Cafu: C'est vrai mais cela ne veut pas dire grand-chose. Je suis un joueur de la Roma et jusqu'au 1er janvier, ce club restera mon premier choix. Eventuellement, par la suite, je verrai bien. Car n'oubliez pas que ce championnat qui vient de débuter est mon sixième avec ce maillot et que je me sens lié à ce club et à la ville. Si les dirigeants sont d'accord, je suis prêt à terminer ma carrière ici. Et s'ils ne le veulent pas, je serai contraint d'analyser les différentes propositions qui me parviendront. Du reste, elles ne manquent déjà pas. Effectivement, Manchester s'est récemment manifesté et m'a bien fait comprendre que le club m'attend la saison prochaine. J'ajouterai cependant que, dans un passé récent, j'ai déjà refusé différentes offres de clubs anglais, Manchester, bien entendu, et Tottenham.Avez-vous déjà rencontré Alex Ferguson?Non, mais si Sir Alex me contactait, je lui répondrais ce que j'ai dit aux autres: qu'avant tout, je veux rencontrer les dirigeants de la Roma. Ensuite, je prendrais en compte toutes les offres en pesant bien le pour et le contre. Car je ne dois pas perdre de vue une donnée importante: j'ai 32 ans et il est fort probable que celui-ci sera le dernier contrat important que je pourrais revendiquer. Il est donc juste que je prenne le temps de réfléchir. Je ne peux me tromper."Je veux être correct avec Sensi"Il n'y a rien de neuf à ce sujet. Mais ce n'est pas un problème. Le président a d'autres choses à faire. Laissons le temps au temps. De toute façon, j'attends, confiant.Ne craignez-vous pas de vivre la même situation que vos compatriotes, Zago et Aldair, qui se sont retrouvés sans club à la fin de la saison?Je ne le crains pas. Pour la simple raison, que je n'ai pas l'intention de vivre la même expérience que mes amis. Une situation inconfortable à tel point qu'en fin de saison, ils ne savaient pas où ils joueraient la saison suivante. Moi, je déciderai tout bien avant.Jusqu'à quand attendrez-vous une réponse de la Roma?Il ne me paraît pas correct de parler de date limite. Je dirais donc: j'espère que le club me fera part de ses intentions avant la fin de l'année. Personnellement, j'ai déjà dit tout ce que j'avais à dire. Et si la Roma tient à moi, je suis prêt à finir ma carrière ici.Et si dans quelques semaines, la Roma décidait de vous vendre en janvier, que feriez-vous?J'écouterais mais c'est moi qui déciderais. Car je n'oublie pas qu'à partir du 30 juin, je ne coûterais pas un euro. Ne craignez-vous pas que l'on attribue la modestie de vos prestations à votre situation: celle d'un joueur libre en fin de saison, qui pense plus à son contrat qu'à jouer?Les personnes qui pensent une telle chose me vexent au plus profond de moi-même. Je donnerai le meilleur de moi-même jusqu'au dernier jour où je porterais le maillot de la Roma. Le fait que des clubs de renom s'intéressent à moi me réconforte et me fait dire que j'ai bien fait mon travail pendant toute ma carrière. Comme je l'ai toujours fait en club ou en équipe nationale, je me battrais à 100% pour mon maillot.Nicolas Ribaudo, avec ESM