Vendredi passé, Aruna Dindane a été reçu, deux jours avant l'important Côte d'Ivoire-Soudan, par son ami et président de son pays, Laurent Gbagdo. L'Anderlechtois est depuis quelques années un des meilleurs ambassadeurs sportifs de sa terre natale. Pour continuer sur cette lancée, il a bien sûr besoin de se produire en Ligue des Champions où il devra se multiplier avec Anderlecht qu'il quitta en claquant la porte. A son retour, les choses ne seront cependant plus jamais comme avant. L'affaire Aruna aurait d'ailleurs pu s'inscrire dans le sillage de la bombe Philippe Mexès û passé à l'AS Rome et suspendu six semaines par la FIFA û qui a éclaté le 31 août et révolutionnera tout le football professionnel européen.
...

Vendredi passé, Aruna Dindane a été reçu, deux jours avant l'important Côte d'Ivoire-Soudan, par son ami et président de son pays, Laurent Gbagdo. L'Anderlechtois est depuis quelques années un des meilleurs ambassadeurs sportifs de sa terre natale. Pour continuer sur cette lancée, il a bien sûr besoin de se produire en Ligue des Champions où il devra se multiplier avec Anderlecht qu'il quitta en claquant la porte. A son retour, les choses ne seront cependant plus jamais comme avant. L'affaire Aruna aurait d'ailleurs pu s'inscrire dans le sillage de la bombe Philippe Mexès û passé à l'AS Rome et suspendu six semaines par la FIFA û qui a éclaté le 31 août et révolutionnera tout le football professionnel européen. Le dossier Mexès est, au niveau mondial, une extension de la loi belge de 1978 portant sur les relations contractuelles entre patrons et employés. A la fin de la saison passée, Auxerre envisageait de céder son arrière central û toujours sous contrat chez lui û à Liverpool. Les clubs avaient, disait-on, défini un montant de transfert. Mais le joueur préféra s'orienter vers l'AS Rome dont le style de jeu lui convenait mieux. Refus d'Auxerre car la Roma était moins généreuse que Liverpool pour le rachat du contrat du joueur. Dans cette épreuve de force, Philippe Mexès opta pour la rupture de contrat en cours et il prit le chemin de la capitale italienne. Une très grosse affaire : son avocat, Jean-Louis Dupont, à la base de l'arrêt Jean- MarcBosman avec Maître Luc Misson (liberté du joueur en fin de contrat), a tout simplement fait appel à la chambre de règlement des litiges de la FIFA. Personne ne l'avait jamais fait avant lui. La FIFA avait mis ce machin sur pied en espérant secrètement qu'aucun club ne songe jamais à y défendre sa cause. Elle freina des quatre fers quand il en fut question mais le Tribunal arbitral du sport (TAS) a mis la FIFA au pied du mur : elle devait trancher car, d'après le CorrieredelloSport, les positions de la Roma, prête à verser 2,5 millions d'euros de dédommagements et celle d'Auxerre qui réclamait 18 millions, étaient inconciliables. Et la chambre de règlement des litiges a tranché : la Roma est le nouveau club du joueur qui, cependant, sera suspendu six semaines. Philippe Mexès devra être un peu patient mais il a gagné et jouera dans le championnat qu'il a choisi. Désormais, un joueur professionnel peut rompre son contrat à chaque moment de la saison. Il risque cependant une suspension de jouer pouvant aller jusqu'à quatre mois. (De plus, la FIFA envisage d'infliger aux clubs fautifs une interdiction d'activités lors de plusieurs périodes de transferts. Important mais cette mesure serait vite réduite à néant par de bons avocats). En parlant de la nouvelle donne déclenchée par son ancien joueur, Guy Roux, le coach d'Auxerre, n'hésitait pas à dire avant la prise de position de la FIFA : " Un arrêt Mexès mettrait fin à l'économie du football. Ce serait la pure loi de la jungle. Les plus riches pourraient constamment piller les plus pauvres sans que ceux-ci puissent se défendre ". Les idées sont certainement partagées par la direction d'Anderlecht qui, en janvier, espère faire fructifier son capital ivoirien (Aruna Dindane) sur le marché des transferts internationaux. Mais qui mettra le paquet alors que le joueur aura d'autres solutions : attendre la fin de la saison, patienter jusqu'au terme de son contrat de deux ans, partir où bon lui semble dès janvier comme Mexès l'a fait... Le prix du transfert de Mexès doit encore être fixé par la chambre de règlement des litiges de la FIFA. L'Auxerrois Guy Roux espère que le montant correspondra à celui du marché. Il affirme avoir reçu des offres de 15 à 18 millions d'euros d'Angleterre. Roux est malin. Ces chiffres avaient été lancés par ses amis de Liverpool et de Manchester United pour mettre la pression sur Rome. Selon Maître Dupont, les Anglais n'ont pas confirmé leur offre. Guy Roux s'est-il créé un marché imaginaire ? De même, le montant de 12,5 millions d'euros espéré par Anderlecht pour Aruna est-il sensé ? N'était-il pas temps qu'un organisme fixe la vraie valeur financière des joueurs en cas de désaccord entre les différentes parties ? L'AS Rome et Auxerre ont 60 jours pour trouver un accord financier en ce qui concerne Mexès. Si cela ne se fait pas, la FIFA tranchera. " La chambre de règlement des litiges a les outils nécessaires afin de dégager un prix ", nous disait récemment Maître Dupont : " Elle calculera le prix de la formation, les montants investis pour transférer un remplaçant, le payer durant la durée du contrat auquel Mexès a décidé de mettre un terme, etc ". Même si le montant sera appréciable, inutile de dire que le chèque qu'Auxerre attend sera loin d'être aussi lourd que celui espéré par Guy Roux. Les Anderlechtois risquent d'enregistrer tôt ou tard la même déception prévisible que le grand chef d'Auxerre. Ce sont des parties d'échecs et il est intéressant de savoir qui tire les ficelles pour obtenir, finalement, la plus grosse part du gâteau. A ce petit jeu-là, Aruna Dindane est loin d'être une oie blanche et mesure qu'il y a beaucoup en jeu : sa carrière, de l'argent, etc. Il n'a jamais renié l'esprit de l'Académie mise sur pied par Jean-Marc Guillou en Côte d'Ivoire. On connaît la recette de l'ancien joueur français : sélection très stricte du jeune talent, formation, éducation, lancement dans le grand bain à l'ASEC Mimosas d'Abidjan et saut vers l'Europe. Petit à petit, cette méthode s'est révélée efficace. Jean-Marc Guillou contrôle tout. Ses méthodes ont connu le même succès en Europe. Ses académiciens ont réussi à Beveren (qui aurait été rayé de la carte sans eux), dans de grands clubs dont Anderlecht avec Dindane. Ce dernier y avait été présenté par Serge Trimpont, agent de joueurs doté d'une licence FIFA, ex-journaliste sportif et dirigeant de l'Union Saint-Gilloise, petit-fils d' Eugène Steppé qui fut un des grands dirigeants de l'histoire des Mauves. Dindane et ses camarades académiciens ont parcouru du chemin en D1 belge. Cela a attiré les regards, les autres clubs, les investisseurs, les requins de tous les océans. L'argent, différents investissements et prêts, les commissions de transferts non versées à l'ASEC ont compliqué les relations entre Jean-Marc Guillou et Roger Ouegnin, le président de l'ASEC. L'Académie a d'ailleurs déplacé son champ d'action vers un autre club ivoirien, Toumoudi, et un autre pays, Madagascar. La justice ivoirienne condamne Guillou à une amende de 445.189 euros et cinq ans de prison ferme. Il est évident que tout le monde songe d'abord à ses intérêts et aux énormes bénéfices financiers engrangés par la progression sportive des artistes ivoiriens. Les bénéfices de Guillou ont sacrément augmenté depuis le passage de Kolo Touré à Arsenal (parti de Côte d'Ivoire à Londres en 2001) et de Dindane à Anderlecht. Depuis Beveren, il y a eu les transferts de Yapi Yapo à Nantes, de Yaya Touré et d' Arsène Né au Metalurh Donetsk. S'il a misé sur l'Afrique et rend service au talent de ce continent, l'homme n'est pas un mécène. Il a ses sociétés au Luxembourg, à l'Ile Maurice et dans d'autres paradis fiscaux. Mais un de ses anciens académiciens a échappé à ses filets : Didier Zokora a été transféré de Genk à St-Etienne par un personnage louche qui est actuellement derrière les barreaux. Guillou tâchera qu'une telle perte financière n'arrive plus. Pas question d'investir dix ans et de laisser les bénéfices à d'autres, parfois des opportunistes de dernière minute. Il est le moteur secret d'une société de gestion de carrières : Académy Management. Son ami Régis Laguesse détiendrait 20 % des parts, le reste (80 %) se retrouve dans le portefeuille de Bernard Massini, un chirurgien qui a opéré Dindane. Mais, et c'est important, Massini est le mari de Sarah, une des deux filles de Guillou. A Beveren, on certifie que le club n'a jamais eu de contacts avec cette société en sommeil pour le moment. Stéphanie, l'autre fille de Guillou, a essayé en vain d'obtenir une licence d'agent de joueurs FIFA. Sur cette lancée, le but serait de créer bientôt une association des académiciens en activité. Ils sont invités à prendre des parts dans cette société et de choisir un agent FIFA (Régis Laguesse ?) qui défendra leurs intérêts. Ce dernier devra ristourner une partie de ses commissions. Le but est de promouvoir le football de l'Académie, d'éviter que les bénéfices ne disparaissent ailleurs. On chuchote que ce serait, en fait, une espèce de société de leasing de joueurs. Les clubs intéressés loueraient les joueurs, n'en seraient jamais propriétaires mais toucheraient un pourcentage d'un montant convenu en cas de transfert. Dindane est forcément proche du projet de Guillou, qui a été à la base de sa réussite en Europe. L'Anderlechtois est d'ailleurs actionnaire et administrateur du centre de formation de Guillou à Toumoudi. Le but serait de préserver l'acquis sportif, de continuer à promouvoir la formation en Côte d'Ivoire et de préparer l'après Jean Marc Guillou qui se retirerait des affaires dans deux ans. Les principaux conseillers d'Aruna Dindane ont des entrées de première importance en France et en Angleterre. Monaco a soutenu les plans de Guillou à Abidjan. Arsène Wenger et Arsenal sont proches de Beveren. La toile de Guillou est parfaitement tissée. Officiellement, Serge Trimpont est l'agent d'Aruna Dindane. Mais ce dernier est en contacts étroits avec Régis Laguesse. Dans l'entourage de ce dernier, on reproche à Trimpont de donner plus la priorité aux intérêts du club qu'à ceux du joueur. Mais ce dernier a réagi violemment par voie de presse : " Je peux prouver noir sur blanc que je suis bel et bien son agent. Régis Laguesse peut dire tout ce qu'il veut. Si quelqu'un hurle demain en rue qu'il est le Roi Albert, cela ne suffit pas, il me semble, pour le croire ". En juillet, avant qu'on évoque l'intérêt de Lyon, de West Bromwich Albion, de Tottenham et surtout de La Corogne, Dindane avait fait état d'une proposition du Metalurh Donetsk. L'agent bruxellois Trimpont aurait carrément crié au fou. Les Ukrainiens avaient été généreux afin d'acheter Andrés Mendoza, Arsène Né et Yaya Touré mais, vu le talent de Dindane, il y aurait eu une erreur de casting. Avant que Serge Trimpont ne gagne la Côte d'Ivoire jeudi dernier afin de trouver une solution avec Dindane, Régis Laguesse nous avait déclaré il y a huit jours que Dindane reviendrait immédiatement à Anderlecht après son match en Afrique. Il devrait même être de la partie le 14 septembre quand Anderlecht entamera son parcours en Ligue des Champions à Valence. A court terme, les Mauves ont gagné leur partie de bas de fer. Même si Nenad Jestrovic, auteur de deux buts avec le Serbie Monténégro face à Saint-Marin (3-0), brille de mille feux, ils ont besoin de leur artiste sur la scène européenne. Ils l'auront. Les Bruxellois espèrent le vendre à pris d'or en janvier (12,5 millions d'euros) afin de tirer un profit maximum de son talent. Le manager d'Anderlecht Herman Van Hoslbeek est parti en Côte d'Ivoire aussi pour sauver la face du club... auprès du joueur. Il a refroidi la patate chaude que lui avait remise Michel Verschueren, son prédécesseur. C'est ce dernier, selon Laguesse, qui avait promis à Aruna, après la signature d'un nouveau contrat de deux ans, de lui permettre de partir en cas d'offre d'un grand club. Verschueren dément, mais en Afrique, où beaucoup d'adultes sont illettrés, la parole a valeur de contrat. Aruna ne peut pas faire l'impasse sur la Ligue des Champions mais, demain ou après-demain, c'est lui qui décidera quand il partira. A la rigueur de la façon spectaculaire dont Mexès a quitté Auxerre pour l'AS Rome. Plus rien ne sera jamais comme avant. Pierre Bilic et Peter T'Kint" Aruna Dindane est loin d'être UNE OIE BLANCHE "" Herman Van Holsbeek avait hérité d'une patate chaude de MICHEL VERSCHUEREN "