Les premiers contacts entre le président Tom Van Damme et son homologue rwandais Aimable Bayingana datent de 2015, en marge d'un congrès de l'UCI. Ces contacts ont abouti l'année dernière à une visite de Bayingana au centre sportif flamand Eddy Merckx à Gand et à un accord de collaboration. Van Damme s'est ensuite rendu en novembre au Rwanda pour tout concrétiser avec l'ambassadeur de Belgique tout en assistant aux trois première étapes du Tour du Rwanda.
...

Les premiers contacts entre le président Tom Van Damme et son homologue rwandais Aimable Bayingana datent de 2015, en marge d'un congrès de l'UCI. Ces contacts ont abouti l'année dernière à une visite de Bayingana au centre sportif flamand Eddy Merckx à Gand et à un accord de collaboration. Van Damme s'est ensuite rendu en novembre au Rwanda pour tout concrétiser avec l'ambassadeur de Belgique tout en assistant aux trois première étapes du Tour du Rwanda. " J'ai rarement vu des spectateurs aussi enthousiastes ", commente le président. " Ce n'était pas seulement du folklore : la course était très bien organisée, sur des routes en bon état, en toute sécurité, et le niveau sportif était excellent. On sent que le gouvernement et la population adorent le cyclisme. Le sport a un bel avenir au Rwanda. Nous avons donc décidé de choisir la fédération rwandaise, parmi toutes les demandes de soutien des fédérations issues de pays pauvres. " Ce partenariat comporte plusieurs volets. " La brasserie belge Skol, qui a une filiale au Rwanda, est le sponsor principal du Tour du Rwanda et elle soutient également un club cycliste de jeunes à Kigali, la capitale. Via nos contacts avec Ridley, le fabricant belge de cycles, ce club a pu acheter une vingtaine de vélos à prix d'ami. Nous allons étudier avec d'autres partenaires la possibilité de conclure des deals avec la fédération cycliste rwandaise ou des clubs. C'est du win-win car ils pourront peut-être placer leurs produits sur le marché rwandais du cycle, qui prospère. " La collaboration va prendre de l'ampleur au fil des années. " Si le Rwanda vient rouler en Belgique, nous lui offrirons un soutien logistique. Nous chercherons des familles d'accueil, par exemple. Inversement, nous pourrons envoyer une sélection de jeunes Belges en stage d'altitude à l'Africa Rising Cycling Center, conçu par l'ancien coureur américain Jock Boyer. C'est un complexe fantastique, à 1.500 mètres, avec de bons chemins dans un massif volcanique où on peut également s'adonner au VTT. L'entraîneur belge Simon Hupperetz y a d'ailleurs passé six mois pour mettre sur pied un projet de VTT. " Van Damme souligne aussi que sa fédération va faire bénéficier son homologue de son bagage en matière d'organisation. " Ainsi, nous allons envoyer un commissaire de course belge au Tour du Rwanda. Pendant l'épreuve, il partagera son expérience avec ses collègues locaux. Il s'attardera ensuite quelques jours pour leur donner un cours, à eux ainsi qu'à des commissaires issus d'autres pays africains. Nous voulons ainsi contribuer au développement du cyclisme au Rwanda et sur tout le continent africain. " JONAS CRETEUR